Et des fois

Et des fois ce ne serait pas bien

De ne rien dire.

Une autre forme du silence surgit impérieuse et pressante

Et il faut à la fois lâcher cet oiseau que l’on ne peut garder

L’encourager en soi à nous en dessaisir

Et aux vagues, aux mers, aux océans leur rendre par la plus hideuse ou les savantes caresses

tout ce que brise en nous la douceur des zéphyrs.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.