Le vide

Le mien est toujours intérieur. Et il englobe tout le plein extérieur. C’est une découverte valant le premier pas de l’homme sur la lune. Il n’y a de véritable vide que là, et dans lequel toutes les informations ressemblent à ces étoiles filantes qu’on imagine rêver.

Parce que le rêve est sans doute la seule issue valable, celle que j’ai trouvée, pour faire face au trop plein comme au trop vide.

C’est de ce vide je crois que mes mots viennent, ombres qui se meuvent indolentes et espiègles sous la surface de la conscience.

Mais parfois une gerbe, un bond, des éclaboussures dépassent cette conscience elle-même, une joie qui approfondit encore plus ce vide lorsque tout disparaît soudain. Comme le mot fin au bout d’une série de phrases de chauffe.

3 réflexions sur “Le vide

    1. Merci Geneviève, oui certains jours aussi mais d’autres « je ne suffis pas à la vie » me vient aussi. Ça doit sûrement dépendre de l’humeur du je. Et aussi comment on définit la vie. Mais c’est perché comme réflexion 🧐

      J’aime

      1. Je crois effectivement que cela dépend de l’humeur du je. En tout cas, ça ne parle pas de la même chose! Mais le dénominateur commun, c’est l’insuffisance. Ensuite, le diable s’en mêle (il est dans les détails…). 🙈

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.