Noblesse

Série « Ciels » travail d’élève

Noblesse oblige. Tout vient de là. Les bourgeois veulent être nobles, les ouvriers bourgeois, et au final c’est un bordel sans nom.

Je me souviens encore et encore de cette pancarte accrochée à l’un des murs de ce capharnaüm. l’entrepôt d’un copain de mon grand-père, dans le 15ème.

 » une chose à sa place, une place pour chaque chose »

Je peine à me souvenir de l’ordre exact des mots de ce slogan.

Mais il y avait une vérité que mon regard d’enfant y voyait déjà, quelque chose comme une évidence sans arrêt contredite, comme par ironie. C’était dans les années 70, De Gaulle était tombé de son piédestal depuis pas mal de temps. La guerre ne devenait plus qu’un vague souvenir ou une histoire qu’on se raconte pour meubler le silence entre les générations.

Le travail, sa valeur n’était plus la même entre les générations déjà. Ce que mon grand-père paternel nommait le travail recelait une noblesse dans son imagination que mon père tentait de s’accaparer et de me transmettre. Mais la terre n’avait plus suffisamment de nutriments. Ce que l’on y semait désormais poussait de façon biscornue. Le mot travail revenait à son point de départ qui n’était plus autre chose dans mon esprit d’enfant qu’une torture.

L’éducation nationale tentait tant bien que mal de m’inculquer des valeurs qui n’avaient plus cours. Plutôt mal à mon avis, c’est comme ça en tous cas que je l’ai pris. C’est à dire que de bonne heure je me doutais de toute cette supercherie du désir.

Le désir de mon grand-père de trouver la noblesse dans son travail faute de mieux. Celui de mon père de vouloir dépasser le père. Et ainsi de suite. Comme s’il y avait toujours ce tiers, seigneur ou bourgeois à qui le simple ouvrier ne peut s’empêcher de vouloir ressembler.

A 16 ans ce devint tellement insupportable de constater ce ravage permanent du désir que je m’engageais en politique, je voulais être communiste pour inverser la vapeur. Et pourquoi donc sinon pour la même chose exactement, la noblesse de l’être humain. La noblesse de l’ouvrier.

On ne se rend pas compte que l’on reproduit. Surtout si on se veut absolument original comme c’est le cas lorsqu’on est jeune.

Que reste t’il ensuite, une fois que l’on a compris le schéma du désir ? toujours le même à peu de chose près.

Je croyais que le bouddhisme me guérirait après avoir épuisé la politique. J’ai cru à un tas de choses qui me furent présentées comme des produits en tête de gondole. Chaque nouvelle piste était déjà balisée depuis belle lurette par des gens sans foi ni loi, et n’ayant que le pouvoir comme désir.

J’ai cru que l’art m’aiderait, il m’aide encore malgré tout ce que j’ai laissé dans cette histoire.

Ce dépouillement, cette obsession du dépouillement comme un fil rouge que je parviens à détecter je me demande s’il n’est pas aussi dans une certaine mesure le même désir de noblesse qui crée les révolutions bourgeoises. Et si au bout du compte ce dépouillement n’est pas tout simplement une tentative perpétuelle de s’extirper de toutes nos illusions mal digérées.

Vouloir se dépouiller pour trouver quoi ? de la propreté ? une âme ? Dieu ?

Ne serait-ce pas cette noblesse que nous savons avoir perdue un jour quelque part dans le temps et que nous avons concédée par fatigue, par oubli à des associations de malfaiteurs, des imposteurs ?

4 réflexions sur “Noblesse

  1. « Ne serait-ce pas cette noblesse que nous savons avoir perdue un jour quelque part dans le temps et que nous avons concédée par fatigue, par oubli à des associations de malfaiteurs, des imposteurs ? »
    Écrire et peindre, n’est-ce pas un moyen de créer des objets qui nous dépassent et d’accéder à une noblesse réinventée ? (et de lutter contre l’ennui et l’amertume des illusions perdues)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.