Fiction

Zoran Music , peinture.

Tout est souvent mal compris. Vite et mal. La surface seulement attire l’œil, la première impression, celle qu’on se hâte de recouvrir par des mots, des pensées, par tout un tas de choses qui nous confortent, nous rassure. C’est souvent comme ça mais on n’est pas obligé de s’y habituer. Il faut le savoir.

Ce genre de réflexion me ramène à Louis-Ferdinand Céline et aux premières lignes du Voyage. Il le dit très clairement que tout est dû à l’imagination. Cependant qu’on les passe vite ces lignes. Je me souviens comment je les ai avalées tout rond, en me disant tiens c’est certainement un artifice.

Il aura fallu que j’écrive des pages et des pages, des milliers pour me souvenir de ces premières lignes et de cette grande responsable qu’est l’imagination.

Responsable mais pas fautive.

Il faut le savoir aussi.

Et on en met un temps fou pour se rendre compte.

On écrit « je » et déjà c’est de l’imagination pure.

Il suffit d’écrire les premiers mots pour comprendre à quelle point la sincérité est suspecte. Comment elle est difficile à suivre, comment elle ne cesse de nous esquiver.

Jusqu’à la capitulation. Certains disent l’acceptation. Mais j’insiste. Capitulation ce n’est pas un vain mot lorsqu’il s’agit de remettre les clefs de la ville à l’imagination. Lorsqu’on saisit son pouvoir, sa puissance par rapport à toute quête de sincérité, d’authenticité, d’amour.

Capituler devant l’amour passe par l’acceptation des faits, par la reconnaissance d’une impuissance primordiale de ce « je » qui ne cesse de vouloir en placer une dans  » j’écris ».

Laisser les commandes à l’imagination sans se mettre en travers du chemin, en s’écartant pour la laisser passer.

ça ne donne pas grand-chose de plus dans l’absolu.

ça donne des récits, des fictions comme on dit.

Les lecteurs se demandent ensuite est ce que tout ça est vrai ?

Pourquoi faudrait-il donc tellement que quoique ce soit soit vrai ? Pourquoi ce besoin perpétuel de se rassurer dans la présence d’une vérité, dans l’idée de faire la part du vrai et du faux ? Dans cette chose que nous nommons raisonnable et qui nous ramène toujours plus ou moins à l’amertume.

Je n’arrive pas à boire mon café sans sucre. Bien que je n’en prenne désormais plus qu’un demi il me faut toujours ce gout légèrement sucré pour passer l’amertume. C’est peut-être mon coté hédoniste qui veut ça. Encore que je connaisse mieux comme hédoniste.

Il y a un tas d’hédonistes qui boivent leur café ou leur thé sans sucre.

Peut-être est-ce alors une relation personnelle à l’amertume en générale. En l’amertume tout court.

Peut-être il y a t’il tant d’amertume que la fiction du sucre et qui flirte avec la dangerosité de son effet sur les artères et le taux de cholestérol m’est utile pour vivre.

Je vis à la journée je ne vis pas pour dans 1000 ans.

Je suis déjà bien content comme ça.

Bien sur que ce texte est encore une fiction. Ils le seront tous à des degrés plus ou moindre.

Quand on écrit je crois qu’on n’est pas tout à fait soi. On est tout le monde et personne. C’est à la fois agréable et désagréable en même temps lorsqu’on ne s’en rend pas compte.

Il n’y a personne à féliciter ni à accabler surtout je crois que c’est ce qui manque à l’auteur le plus souvent

Car il y a indéniablement imposture. Enfin moi je le prends comme ça.

Ce qui fait qu’au bout du compte on peut me féliciter ou me conspuer, je m’en fiche, je sais bien que ce n’est pas tout à fait à moi que l’on s’adresse, même si pour ne pas heurter je fais semblant d’être content ou triste.

J’ai cru devenir cinglé plusieurs fois en effectuant ce constat. Et sans doute le suis-je devenu sans même me rendre compte. Dans ce cas ce ne sera pas bien grave non plus, je serai classé comme fou et voilà tout. Le monde continuera de tourner comme il l’a toujours fait, c’est à dire en rond en créant d’immenses mensonges d’énormes illusions autour d’un grain de sable que l’on veut à tout prix nommer la vérité.

— Et nous alors tu en fait quoi ? me disent un tel une telle.

Je n’en fais rien justement. Je vous regarde, sans doute que je vous aime, certainement je vous aime, mais je ne peux rien faire avec ça.

Je veux dire que la surface visible de cet amour je la traverse sans vraiment m’y attarder, c’est là le hic car c’est justement là que se situent pour la plupart les preuves.

Les preuves d’amour.

Je n’en suis pas dénué. Je ne cesse de donner des preuves si vous voulez, pas celles que vous attendiez.

Et puis des fois je me dis aussi que si vous m’aimez vraiment vous comprendrez, vous ferez vous aussi l’effort.

Moi j’ai l’impression d’avoir soulevé le monde déjà mille fois, sans doute que ça continuera encore mille fois sans que je ne me fatigue de trop.

Tant que j’ai suffisamment d’énergie pour me rappeler que tout ça n’est que de la fiction. Que je suis seul et fort pour supporter cette vérité.

5 réflexions sur “Fiction

  1. Bel article ! Un complément ? :
    «  »Eh ! le grand imaginaire
    Toi qui n’es jamais fatigué
    Efface l’ombre noire du monde
    Ravive la voix des reines perdues
    Retrouve aussi pendant que tu y es
    les cathédrales de la forêt en péril
    Enseigne la parole aux pierres
    comme au bon vieux temps
    des feux de silex

    Et cesse d’affoler notre âme
    aux promesses d’une légende
    qui parle d’amour »

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.