L’argent, instrument de mesure

C’est bien joli les like, les commentaires, tous ces petits signes que l’on s’échange entre bloggeurs, mais comment savoir si tous ces « like » ces commentaires ne sont pas uniquement « stratégiques », « diplomatiques » « opportunistes » ?

On arrive à le détecter plus ou moins avec un peu d’entrainement et aussi les fidèles qui chaque jour vous envoient un petit signe pour dire coucou , je suis toujours là. Mais ça ne nous dit pas forcément grand-chose sur la valeur intrinsèque de nos articles, de nos publications.

Evidemment on peut s’en foutre totalement. On peut se dire que ce qui compte c’est de pondre son ou ses articles chaque matin et ensuite passer à autre chose avec cette sensation agréable d’avoir accompli le job. On peut se foutre totalement des like, des commentaires, on n’est même pas tenu d’y répondre si l’on veut. Ce qui n’est pas forcément un gage de sympathie je vous le concède.

Mais dans ce cas, pourquoi publier alors ? Il suffirait d’écrire sur un document Word et de le ranger dans un dossier, d’accumuler ainsi tous ces articles en vue de parvenir à un projet. Comme par exemple un recueil de poèmes, un essai, un roman …

A partir du moment où on publie quoique ce soit on est dans une attente. Une attente de reconnaissance notamment. On peut chercher ensuite des moyens de mesurer cette reconnaissance et le nombre de pouces de cœurs, d’étoiles de commentaires est certainement un premier indicateur.

Sauf que tout cela passe par la moulinette d’un algorithme auquel on ne pige que couic.

Qu’est ce qui va permettre de mettre en avant tel ou tel article ? Même si on fait tout bien comme il faut, on ne le sait pas vraiment. l’algorithme mesure l’engagement d’une façon très savante et ce des les premières minutes de la publication.

C’est une affaire de pourcentage et de cercles. D’abord le premier cercle des habitués, des fidèles qui auront été identifiés, le temps de réaction est ainsi calculé pour ensuite proposer le contenu à un cercle un peu plus grand d’abonnés, et si cela fonctionne encore, alors un cercle encore plus vaste sera crée dans lequel on proposera votre contenu à de parfaits inconnus.

Ensuite un ratio est établi entre votre nombre d’abonnés et le nombre de clics, le nombre de like, de commentaires pour mesurer ce qu’on appelle le taux d’engagement. Si par exemple comme ce blog vous avez 260 abonnés et que la moyenne de vos articles ne recueille que 15 petits pouces en moyenne vous n’avez pas un taux d’engagement très engageant pour l’algorithme.

Pour remédier à cela sur Instagram où je ne vais plus, je virais régulièrement des abonnés fantômes, ce qui me faisait remonter par magie mon taux d’engagement et obtenir de nouveaux abonnés ( fantômes pareillement, le serpent qui se mord la queue quoi )

C’est ce qui se produit désormais sur tous les réseaux sociaux. Et WordPress même si son apparence est plutôt cool par rapport à tous les autres est une forme à peine déguisée de réseau social avec les mêmes contraintes.

Comment mesurer l’engagement de vos abonnés autrement que par la satisfaction obtenue par les like et les commentaires ?

Tout ici finalement le suggère et c’est donc tout à fait normal que vous y pensiez, c’est l’argent, le pognon, le flouze, la thune, les pépettes, le grisbi.

Je veux dire c’est même incompréhensible désormais qu’un blog ne propose pas de vendre quelque chose, ne serait-ce qu’un abonnement ou une demande de soutien. C’est presque rassurant pour un lecteur comme moi, je m’en aperçois.

Donc on peut bien dire ce que l’on voudra, être romantique ou masochiste ce qui n’est pas loin d’être la même chose, la mesure véritable de la valeur d’un blog, c’est l’argent.

Par contre si vous vous mettez à parler d’argent tout à coup comme par exemple proposer un abonnement, ou bien vendre un recueil de poèmes, un bouquin sur la peinture il faudra vous attendre à des déceptions également.

Ca ne se vend pas comme des petits pains.

Peut-être d’ailleurs ne faut il pas aller chercher midi à 14h. Faire un blog sur la fabrication des petits pains puis attirer le chaland sur un service de livraison de proximité, ça éliminerait beaucoup de doutes et probablement arrondirait les fins de mois.

Bon je dis ça je suis un peu provocateur vous commencez à me connaitre maintenant… sans doute que je ne vais pas vous demander de payer tout de suite, mais j’y pense 😉

Ne serait-ce que pour savoir qui est vraiment sincère et qui ne l’est pas puisque tout désormais se mesure ainsi, grâce ou hélas, avec de l’argent.

Si toutefois aussi la sincérité de chacun m’importait vraiment, je vous le concède.

31 réflexions sur “L’argent, instrument de mesure

  1. Personnellement, je m’attache aux blogs où je perçois, derrière les mots, les images, une femme, un homme qui m’intéresse. Il n’y en a pas tant dans les alentours avec qui je peux converser sans ennui ou sans être rapidement rattrapé par le banal du quotidien…. Et l’argent ne fait rien a la chose…

    Aimé par 3 personnes

  2. Je comprends ton article. C’est le problème quand on va chercher une réassurance auprès des autres. On s’expose à la déception. Je l’ai vécu moi aussi. Depuis, j’écris sur mon blog pour mon propre plaisir. Sans rien avoir à vendre. Achète qui veut mes livres, ça ne me regarde pas. Ce qui m’intéresse, ce sont les interactions avec des personnes riches d’elles-mêmes, que je n’aurais pas pu rencontrer sans le blog parce qu’elles sont trop loin géographiquement. A bientôt pour d’autres échanges 🙂

    Aimé par 7 personnes

  3. faut-il toujours tout mesurer ? comme tout le monde, j’ai été désappointé par la différences « abonnés/like/commentaires » même si je suis toujours ébahi par la qualité des commentaires que mon blog reçoit. Je rejoins Elisa dans son approche « réseau d’interactions et d’échanges » 🙂

    Aimé par 3 personnes

  4. Bon jour Patrick,
    N’empêche qu’au départ tout le web était gratos… le mercantilisme s’instaure mais qu’importe, en fait chacun.e voit midi à sa porte et qui veut gagner de l’oseille que cela lui soit bénéfique… pour mon humble part je suis en accord avec la plus part des commentaires de ce billet…
    Et toute provocation a son dû… 🙂
    Bonne journée 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

  5. Bonjour Patrick. Pour ma part, j’ai placé mon motivation en tête de mon blog. Elle est tirée d’une chanson d’Anne Sylvestre: « écrire pour ne pas mourir « .Si je publie mes poèmes, c’est dans l’espoir que, quelque part, quelqu’un les lise et en tire une forme de plaisir. Et je suis chaque jour étonné de me rendre compte que ça arrive….

    Aimé par 2 personnes

  6. Il n’y a que les propiétaires de serveurs et de bandes passantes qui y trouvent leur compte. WordPress, par exemple, 4 millions et demi de comptes à 60$ canadien par année chacun, ça donne le vertige. Et c’est nous, blogueurs de tout acabit qui fournissons le contenu. Normal que dans ces circonstances, on attrape tous le syndrome « what the fuck » une fois de temps en temps, spécialement le lundi matin.

    Aimé par 3 personnes

  7. Comme l’autre qui assène « No ticky no washy »? Mince! 😧
    Moi qui croyait que tu vivais d’amour et d’eau fraîche. Comme tes amis « suiveux » d’ailleurs.
    Bon.
    M’en retourne à mes calculs de rentes viagères en attendant que tu nous dises ce sera combien pour continuer d’avoir le plaisir de te lire.
    Madame Abrasive (c’est mon double).

    Aimé par 1 personne

  8. Tu écris comme un oiseau qui chante, on l’attendait et il est là…réjouissant et si ça ne vaut pas un clou,,, au moins ils ne t’épingleront pas !!!

    … pour ma part, je serais plutôt fier d’être exclus, la Liberté de vibrer selon mon Âme m’est bien plus précieuse, ce que je produis est inestimable et il n’y a rien à comprendre, je reste seul à m’émerveillé et je me retrouve ravagé quand j’aborde cette part ultra sensible de moi-même…

    …être incompris ou pour un con pris (ce qui revient au même) est normal sous leur regard oblique…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.