Trois fragments de printemps.

Reprise

Patrick Blanchon Blog Peintures chamaniques

Jim s’occupait de sa survie ce qui mobilisait une partie importante de son énergie chaque jour. Trouver de la nourriture lorsqu’on n’a pas un kopeck nécessite de remettre en question un certain nombre de valeurs que l’on ne remet pas en question lorsque tout va bien.

Mais lorsque la faim est là, impérieuse, on a le choix de crever drapé dans sa fierté, son honnêteté ou bien prendre son corps en pitié en s’offrant une généreuse dose de pragmatisme.

Les douze coups de midi étaient en train de sonner depuis le clocher des « Quinze vingts » lorsqu’il déboula enfin sur la Place d’Aligre. Les marchands étaient en train de remballer leurs marchandises après avoir trier les légumes et les fruits invendables qu’ils laissaient dans des piles de cageots. C’était pour cela que Jim était là.

Jim ne voulais plus être un voleur. Il l’avait été jadis par insouciance, par ignorance, par…

Voir l’article original 2 121 mots de plus

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.