Faire confiance à l’instant présent.

Je lisais un article ce matin sur les différences que l’on pouvait identifier entre l’angoisse et le stress. J’avais juste inscrit ces mots dans la barre de Google : « Différence angoisse stress. »

C’est que je suis à la recherche de réponses comme toujours. Où d’un récit à me raconter pour créer un nouveau billet de ce blog qui ne soit pas trop chiant à lire pour mes abonnés.

C’est une question à se poser car je mélange souvent les deux, je n’arrive jamais à situer réellement de frontière entre l’angoisse et le stress.

Je n’ai pas eu à chercher bien longtemps de réponse. La première en haut de la page m’apprend que le stress est une chose naturelle, un genre de phénomène d’adaptation lorsqu’on se retrouve face à une situation compliquée, où lorsqu’on éprouve un changement dans le cours ordinaire de la vie. Face à un événement comme une exposition par exemple en ce qui me concerne.

Cela fait plusieurs jours que je suis stressé par cette exposition qui va se dérouler en février. Mais je pourrais aussi bien dire qu’elle m’angoisse puisque au delà d’une simple réaction physiologique, mon mental tout entier s’en est emparée pour tourner en rond en ruminant les mêmes sempiternelles objections.

— tu n’es pas à la hauteur

— tu vas certainement décevoir ton ami poète avec qui tu t’es engagé à exposer.

— tu ne travailles pas suffisamment.

— tu es velléitaire

— Il n’y a décidemment pas suffisamment d’amour en toi, rien ne te motive, tu es nul à chier.

— Tu déçois tout le monde, tu n’es jamais là où l’on t’attend.

Bref le genre de dialogue intérieur qui vient comme un programme, un virus s’installer en boucle sitôt que je dois faire face, me montrer en pleine lumière.

C’est que cette image que je veux à tout prix renvoyer aux autres se trouve décalée par rapport à celle que je me fais régulièrement de moi-même.

Bien sur on penserait tout de suite au syndrome de l’imposteur. A un mensonge énorme que l’on se serait inventé puis qu’on aurait fini par croire dur comme fer, tant qu’on ne nous demanderait pas de preuve.

Une exposition finalement ressemble pour moi le plus souvent à un genre particulier de tribunal dans lequel je prendrais la place du mise en cause dans le box des accusés.

—C’est parfaitement ridicule me dit mon épouse. Tu as trop d’imagination, sois cool et aie confiance.

Facile à dire.

Avoir confiance. J’ai toujours entendu ces mots, toute ma vie. Aie confiance… mais en qui ? en quoi ?

c’est un vrai problème.

Je m’étais imaginé peindre de nombreuses toiles en vue de cette exposition et voilà que nous sommes à quelques jours du vernissage et je n’ai rien produit de valable. Je veux dire rien qui soit véritablement pour moi à la hauteur des poèmes magnifiques de mon ami. D’un coté je m’en veux terriblement, tandis que de l’autre je trouve cette colère totalement débile.

Mais bien qu’elle soit débile, elle est néanmoins là, présente, obsédante, angoissante.

A la fin je botte en touche et je dis à mon épouse.

—Mais j’ai déjà suffisamment de tableaux pour cette exposition. Nous parlons exactement de la même chose depuis toujours lui dans ses poèmes et moi dans la peinture.

— tu es très fort pour effectuer des pirouettes elle réplique n’empêche que moi je vois que tu n’as rien fichu.

— Tu es injuste, je bosse toute la semaine comme un malade, toujours par monts et par vaux à donner des cours, ça me vide, je n’ai plus vingt ans.

— Si tu ne dépensais pas une grande partie de ton énergie à écrire tous tes textes tu en aurais plus pour peindre.

—…

Là dessus je ne peux pas lui donner tort et je finis la queue entre les jambes dans le mutisme comme je fais lorsque je n’ai plus vraiment d’argument.

Tout ce que je pourrais avancer comme raisons soi-disant valables s’effondrerait aussitôt comme un château de cartes.

Cela a toujours été un problème majeur dans ma vie. L’écriture aura détruit de nombreuses relations de couple. Ce récit de moi-même à moi-même parallèle à la vie de tous les jours, parallèle et divergent souvent. Et à un moment il faut bien se dire que ce n’est pas à cause de qui que ce soit sinon soi

Il faut prendre ses responsabilités comme on dit.

Je les ai d’ailleurs toujours prises, par défaut sans doute.

—Tu ne veux pas que j’écrive, ok ciao. cela a toujours été ainsi.

Je veux dire que j’ai toujours été plus amoureux de ce récit que de n’importe qui d’autre sur cette Terre. C’est triste à dire.

Une fois ou deux j’ai été rattrapé par des doutes. J’ai brûlé des carnets, des manuscrits pour tenter d’offrir quelque chose à l’amour d’autrui. Mais cela n’a pas du tout fonctionné. Ce fut pire encore par la suite.

Ce qui m’a toujours fait considéré l’écriture comme une malédiction que je devais assumer seul, et j’ai vécu ainsi durant des années, comme un reclus, en me disant qu’il valait mieux ça plutôt de faire chier qui que ce soit.

J’ai tenu bon durant des années ce qui m’a permis de peindre, de consacrer des heures et des heures des années à la peinture. En m’inventant une nouvelle histoire évidemment. On ne chasse pas l’écriture aussi facilement qu’on le pense ou le croit. Même si on ne prend pas un stylo, un carnet ou un traitement de texte, le récit ne s’interrompt pas pour autant.

Et puis à un moment donné il faut écrire vraiment pour que cela reste un récit. Que ça ne déborde pas dans la vraie vie.

C’est ce qui s’est produit depuis 3 ans. Je me suis remis à écrire tous les matins pour que le récit reste ce qu’il est, un récit et rien de plus. Mais tout est mal compris. Mon épouse le tolère mais ne l’accepte pas.

— si tu mettais toute cette énergie dans la peinture elle dit, elle le souligne.

Elle se raconte aussi un récit, elle est l’épouse du peintre. Elle a aussi une part non négligeable de responsabilité dans mes succès et ça l’ennuie de percevoir qu’elle peut aussi en avoir une dans mes échecs.

Finalement j’arrive à un point de ma vie où j’ai découvert que tout le monde se raconte une histoire. Qu’il n’y a probablement rien de réel dans tous ces monologues intérieurs. C’est angoissant ça aussi.

— Aie confiance me rappelle mon épouse. Elle n’a pourtant pas la foi. Elle ne va jamais à la messe, et la religion l’emmerde. Alors d’où tire t’elle une telle foi sinon pour se convaincre elle-même qu’il faille avoir la foi ?

Pas le temps cependant de trop m’apitoyer sur mon sort car mon planning m’oblige à agir.

En roulant hier je vois apparaitre une vidéo d’un type que je ne connais pas : Eckart Tollé, on dirait un croisement entre Mister Willoughby et Snoopy le chien triste. Bon le titre c’est le pouvoir du moment présent. Quelque chose comme ça. Et je me dis voyons voir.

Très intéressant le moment présent. Sentez votre main, sentez votre bras… votre corps adore qu’on lui accorde de l’attention…

—Ayez confiance dans le moment présent

Et là je m’aperçois que j’ai raté la sortie sur l’autoroute. J’ai du faire un putain de détour pour retrouver ma route et arriver à l’heure à mes cours.

Je me demande si c’est de l’angoisse ou du stress, je veux dire toutes ces interrogations sans fin sur moi-même, sur la vie, sur tout. Il y a des jours où j’adorerais avoir du temps, beaucoup de temps, pour m’entrainer à faire confiance à un seul instant où je serais vraiment présent.

3 réflexions sur “Faire confiance à l’instant présent.

  1. …ne te prends pas pour Patrick Blanchon, crée en paix et sois fier du y’a de quoi de toi,,, tu vas découvrir ce que tu fais dans le regard des autres,?,

    (…je fais le kéké parce que perso ma dernière expo dans mon bled (2014) fut un fiasco qui m’a ravagé (obligé de vendre à prix libre pour payer mes frais,,, je me suis fais dépouillé pour des miettes par des aveugles…) bon, pour finir, j’ai tout dilapidé contre des karmeliets et de l’absinthe j’ai passé l’hiver sans chauffage ni électricité, fais un dossier d’endettement avec mon AS chérie de l’époque et j’ai décidé d’arrêter mes conneries, j’étais dans une tente planquée dans un p’tit bois avec les écureuils à proximité du village quand j’ai croisé l’Âmour qui m’a recueilli et voilà, on est peu de choses, n’est-il pas .?.

    Dieu merci, Venus veille sur nous, aimons la puisque c’est tout ce qu’Elle demande !!!

    Paix Force et Joie, pour ton expo… Bizzzs

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.