Phoenix

« La résurrection de Lazare » par Le Caravage, musée régional de Messine (1609)

Durant quelques jours il s’absente. On le cherche partout mais nul ne le trouve et on finit par l’oublier.

Car voyez-vous la vie est faite ainsi, lorsqu’on ne trouve pas ce que l’on cherche on finit par oublier ce que l’on cherchait.

Il n’y a pas de raison particulière à cela, c’est une sorte de constante sans laquelle la vie elle-même ne parviendrait pas à s’y retrouver.

Un matin il baille et se lève du pied droit, dehors tout indique déjà l’arrivée du beau temps, peut-être même du printemps. Mais n’anticipons pas ! Restons là au présent.

Quelques jours s’écoulent comme de l’eau qui s’évapore. Le sol de l’atelier est sec. Froid et sec, idéal pour y marcher nu-pied et retrouver ainsi le contact avec la réalité.

Récapitulons.

Le personnage principal de cette histoire est un peintre qui raconte sa vie de peintre. Ne nous égarons pas au-delà de ce périmètre.

Même si le peintre en question possède des velléités d’écrivain, ou de chanteur,  de coureur à pied, de cuisinier, de collectionneur de mignonnettes, de porte-clefs, de papillons, et qu’il pratique en douce l’art difficile de créer des herbiers, qu’il ne rechigne nullement à s’enfoncer des après-midi entières dans des puzzle, à relire des dictionnaires, des encyclopédies, principalement médicales, même si le peintre s’éparpille en confection de sauces, de ragouts, dans la quête effrénée du meilleur tandori, ou bien les mille et une versions de la crêpe Suzette, soyons généreux et bon avec le lecteur, ne l’égarons pas, retenons son attention de poisson rouge et repartons d’un bon pied, le droit comme je le précise encore et effectuons ce petit pas de côté.

Dansons joue contre joue. Non zut, désolé c’est venu comme ça.

Il suffit qu’on pose des limites pour que certaines personnes s’acharnent à ne pas les respecter.

L’auteur notamment. Ou son personnage…

Lequel des deux ? Mystère et esquimau.

—Et donc t’es mourus ou pas ?

S’interroge le lecteur qui se pince comme pour se demander si lui-même ne rêve pas, s’il est bien là en ce moment même en train d’assister à la renaissance d’un Phoenix, et en direct je vous prie.

N’est-ce pas encore une tromperie, une trahison, un coup fourré, bref quelque chose de totalement scandaleux de voir un mort se relever comme Lazare de Béthanie et se remettre en branle comme si de rien n’était ?

—Où donc est Jésus bordel sans qui rien de ce genre ne peut exister ?

La chatte roupille sur son coussin et lâche un pet dans son rêve de chatte. Jésus par Minou.

Le peintre ouvre les yeux, il se tâte, les couilles évidemment c’est la partie la plus centrale de l’homme. Tout est là, bien en place. Mystère et esquimau.

Le peintre prend une nouvelle toile, essuie ses pinceaux, il prépare de nouvelles couleurs sur sa palette.

Le voici parcouru d’un léger frisson, il a froid aux pieds. Alors Il se dit qu’il faut bouger pour se réchauffer, peut-être même danser, sautiller, peindre vite, très vite entre deux pensées

L’auteur aussi sent soudain ses pieds se réchauffer. Et il écrit : sentir mais pas que des pieds.

Comme c’est bizarre tout cela, qu’il suffise de laisser s’exprimer son personnage pour en vivre les sensations.

Car l’auteur en général évidemment n’a pas du tout de sensation. Il s’adapte à tous les temps, à toutes les températures, à tous les climats.

On ne sait même pas si l’auteur est un être vivant. On serait bien en peine de le dire. Donc, tout ce que l’on peut imaginer, car il ne reste que l’imagination, c’est qu’il n’est pas mort non plus. Tout le monde sait pertinemment que les morts n’ont rien à dire. D’ailleurs ils n’en ont pas besoin, puisque les vivants comme les personnages, sont exactement crées pour cela.

14 réflexions sur “Phoenix

  1. Ah, j’en étais sûre ! 🙂
    Hier soir, j’ai regardé en replay sur France 2 les deux premiers épisodes de « Leonardo ». Pas faciles les débuts de Léonard de Vinci ! J’ai passé un très bon moment devant ma télévision 🙂

    J’aime

  2. Vous êtes quand même gonflé de vous prendre pour Jésus Christ à sa descente de croix, et pourtant, ne sommes-nous pas tous ce Fils unique, à tirage multiple, en quête d’on ne sait quoi ? En tout cas, bravo pour la résurrection qui rime avec ce que l’on veut. Amitiés.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.