Les descriptions en littérature m’ennuient généralement.

Sonnette intelligente photo trouvée sur internet…

Et cela m’ennuie d’être ennuyé par si peu.

Mais il est vrai que sitôt que l’on commence à me décrire un personnage, un lieu, un bouquet de fleurs, et même une scène de cul, je baille désormais.

Le bâillement est une chose formidable dont on ne parle presque jamais de la bonne façon, c’est à dire pour en constater et en relever les vertus.

Plus je vais vers la fin plus je fais attention à mes bâillements. Plus je m’y fie. Et qu’on ne vienne pas me dire que c’est un phénomène digestif, je vous en prie, pas d’enfantillage. D’ailleurs même si ce n’était que cela, et puisque désormais l’intestin est considéré comme notre véritable cerveau, tout bâillement devrait appartenir à la sémantique du colon, à son vocabulaire, et sa syntaxe.

Je trouve que flanquer des descriptions dans une histoire c’est tricher et se moquer des lecteurs. C’est les prendre par la main en disant viens voir par là je vais t’en narrer une bonne que tu vas en rester bouche bée durant 300 pages, alors qu’en vrai 50 auraient largement suffit pour énoncer cette somme de stupidités.

Sans compter évidemment ce désastre écologique dû à la description. Toutes ces forets dévorées par des bavardages débiles si souvent.

Je me demande si quelque part on ne pourrait pas parler de masturbation collective qui s’effectuerait ainsi en douce et à la barbe de l’Eglise via la littérature descriptive.

Il faut être deux pour danser le tango bien sur, l’auteur et sa lectrice, l’autrice et sa lectrice les auteurs et leurs lecteurs.

Mais on a déjà la télévision pour cela me semble t’il. Je veux dire pour sombrer dans l’onanisme en fin de journée en avalant des chips et des cacahuètes, faut-il vraiment en rajouter ?

9 réflexions sur “Les descriptions en littérature m’ennuient généralement.

  1. Quand je lis et relis Edward Abbey, « Le gang de la clef à molette », par exemple, je me gave de ses descriptions de paysages (canyon etc) où je n’irais jamais et qui, depuis, ont été salopés par le tourisme . Ce n’est que de la poésie et de la surprise à chaque page, sans compter l’humour et l’action soutenue du bouquin.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Joël Hamm Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.