L’amitié

Huile sur toile collection privée

— Tu es terrible, tu n’appelles jamais un tel, une telle , on dirait que tu t’en fiches complètement, tu ne sais pas entretenir les relations, me confie mon épouse pour la énième fois, à propos de tel ou tel événement où je devrais convier des personnes, ce que je ne fais pas la plupart du temps.

L’autre jour aussi on me laisse un message sur mon répondeur que j’écoute et puis je passe à autre chose. J’oublie de répondre.

— Comment !? mais tu n’as pas répondu, et tu attends quoi pour le faire ? Suis-je aussitôt repris dès que j’en parle entre la poire et le fromage, c’est à dire comme la plupart du temps, lorsque les choses me traversent.

—Mais c’est pour ça exactement que tu n’as pas d’ami, tu ne sais pas t’en occuper, tu ne fais rien, on dirait que tu attends que ça te tombe tout cuit dans le bec ! m’avait déjà dit quelqu’un il y a très longtemps. J’étais enfant à l’époque et l’essentiel de ma vie se déroulait dans mon imaginaire. Je ne pense pas que les choses aient vraiment changé depuis tout ce temps.

J’ai des amis qui appartiennent plus à mon imaginaire qu’au monde réel. Cette prise de conscience est venue tardivement, je dirais aux alentours de la cinquantaine. Ce fut un vrai choc de le découvrir, une sorte de deuil si l’on veut.

Mais on se fait à tout, vivre c’est en grande partie cela, traverser toutes ces choses sur cette passerelle étroite qui relie le monde dit réel à celui dit imaginaire. Un étonnant va et viens.

Si bien qu’en plein milieu de cette passerelle on se demande bien ce qui est vrai et ne l’est pas. On est devenu le fameux chat de Schrödinger, ou Hamlet, ou Snoopy sur sa niche. Je veux dire qu’il y a de quoi avoir des doutes et forcément un brin d’humour.

Mais une chose est sure la plupart du temps, lorsque soudain un ami se retrouve en face de moi, je reprends la conversation exactement là où nous l’avons laissée. Une abolition de la durée, et des vicissitudes du temps, immédiate s’opère et j’ai l’impression de partager une sorte d’éternité. En fait très peu de personnes, de celles qu’on a l’habitude plus qu’autre chose de désigner comme « amies » peuvent comprendre et accepter cet était de fait.

C’est faire la nique au temps. Faire fi de toute obsolescence, de toute entropie. Et si ça ne fonctionne pas toujours, je dirais que c’est très rare, ça ne vient pas de moi.

A la vérité ça n’a pas fonctionné une seule fois, de toute ma vie. C’est le jour où j’ai retrouvé mon ami d’enfance à la foire de Sancoins, au marché des Grivelles précisément. Il y avait une chance sur un million pour que je tombe sur lui et sans doute est-ce pour cela qu’au début ma joie fut forte. Mais très vite en voyant son visage bouffi par l’alcool, ses mains rouges et gonflées de maçon, en écoutant ses borborismes gênés face au citadin que j’étais devenu, un certain malaise s’est installé. Un malaise partagé immédiatement.

La rencontre a duré très peu de temps et c’était déjà très long, je m’en souviens encore. La prise de conscience d’un tas de choses comme le simple fait que nous n’avions plus jamais eut le moindre lien depuis mon départ de l’Allier à l’âge de neuf ans. Et parallèlement le souvenir de ces beaux moments partagés ensemble à jouer dans les arbres, à courir en foret et dans les blés, à vivre cette enfance tout simplement.

C’était mon « meilleur ami » voyez-vous comment l’imagination peut nous jouer des tours. C’est surtout ce que je me disais à cet instant précisément dans la cacophonie des beuglements et mugissements de toutes ces bêtes agglutinées là pour parader à la foire.

Il m’a regardé et moi ses yeux. Je ne l’ai pas reconnu. Il n’y avait plus cet enfant dans le regard de l’homme, juste un voile derrière lequel j’ai subitement eu peur de ne rencontrer que du vide. La conversation n’a pas pu reprendre comme avant à propos de l’excellent gout des cerises et des petites filles après lesquelles ensemble nous courrions.

Au lieu de ça ce silence gêné d’être devenus autres.

Une expérience comme celle-ci laisse des marques indélébiles. On se met à douter de tout forcément et surtout de soi-même et de notre façon d’envisager le monde et ses habitants.

Suivi une longue période à partir de cette date où je considérais alors que je devais quasiment tout à ma seule imagination.

Je me mis à étudier celle-ci avec la plus grande circonspection et ma vie alors se resserra, je devins d’une sècheresse telle que je ne me reconnus plus , moi non plus, en me rasant. j’étais devenu pareil à ce « meilleur ami » délaissé en quelque sorte. Et lorsque je me toisais dans le reflet des vitres des miroirs je n’avais guère d’empathie pour ce que je pouvais y découvrir.

J’étais devenu Bucéphale, je détalais devant ma propre ombre, non pas par peur mais par nausée.

Ce furent souvent les femmes qui jouèrent le rôle d’Alexandre. Qui me prenant par le colback et en me retournant dans le bon sens vis à vis des soleils et de leurs aveuglements me permirent peu à peu de reconquérir un semblant d’estime de moi-même où alors un dégout tel qu’il menait telle une carte au trésor, vers le grotesque, l’exagération, la caricature.

Mais ce n’était encore que le pur jeu de mon imagination évidemment. Je veux dire une interprétation des rôles, celui de la victime comme ceux des héroïnes ou des traitresses.

Cette histoire parallèle qui ne cesse de remanier nos propres clichés à l’infini jusqu’à ce que l’on découvre finalement qu’ils ne sont que ces choses tristes et terriblement banales.

L’amitié est donc une histoire que l’on se raconte la plupart du temps tout seul. Avec de temps à autre une intersection dans une autre histoire tout aussi solitaire.

Le fait alors de reprendre le fil de la conversation est exactement comme reprendre un livre de chevet avant de s’endormir. Il faut un quart de tour pour se souvenir de tous les personnages, les lieux, les événements, chausser ses loupes et repartir dans le fil des pages. Et c’est à peu près tout de tout ce que j’en aurais retenu de vraiment tangible j’en ai bien peur.

9 réflexions sur “L’amitié

  1. Notre meilleur ami n’est autre que soi-même est un un rude constat que je fais lorsque je regarde dans les rétroviseurs, le fil de ma vie depuis cette enfance où je léchais les roudoudous de mamita ou que je mettais les doigts dans la pâte à crêpe et tous ses plats d’ailleurs 🙂 l’amitié tout comme l’amour sont très subjectifs. Effectivement c’est une sorte d’illusion, ou d’imagination qui sur l’instant nous faire dire c’est mon meilleur ami, ou l’amour de ma vie. Tout cela n’est qu’un jeu de notre esprit. Il est des gens qui traversent notre vie pour un bout de chemin puis bifurquent et d’autres arrivent. Tout comme nous même le faisons. Le point fixe est nous-même 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. « Mais une chose est sûre la plupart du temps, lorsque soudain un ami se retrouve en face de moi, je reprends la conversation exactement là où nous l’avons laissée.  »
    Parfois notre meilleur ami passe l’arme à gauche loin de nous. Jamais plus nous ne continuerons notre conversation interrompue et nous regrettons ce coup de téléphone remis à plus tard ,la visite jamais concrétisée. Gardons le contact. Ce sont toujours les autres qui meurent les premiers…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.