La peinture pansement

Trop de coups, de bleus, d’ecchymoses, trop d’agressions multiples et variées, à la tête, au cœur, à l’âme et de tous les côtés, à confondre les 4 points cardinaux en un seul, unilatéralement pénible, hostile, inutile.

Donc je peins comme je panserais si j’étais à un front quelconque.

J’infirmerais la certitude morbide, les gorges chaudes, la péremption.

Les guerres ne sont pas toutes médiatisées, les guerres on ne s’y intéresse vraiment que lorsque nos intérêts sont touchés.

Et ceux dans les tranchées ne pensent guère qu’à survivre, c’est partout et toujours ainsi.

Et ce sont toujours les pauvres types que l’on habille d’un uniforme, à qui l’on donne une arme, l’espoir de vaincre l’ennemi accessoirement.

Des pauvres types de pauvres gens.

La guerre est toujours un amusement de puissant.

J’accoure du fin fond des trous noirs

le couteau à peindre en l’air et je panse les blessures, plein de blessures, pas que les miennes

je bouche le noir avec la couleur, j’espère toujours que ça sera clair.

ça c’est clair.

Aujourd’hui 3 petits pansements de format 20x20cm à l’huile sur panneau de bois.

4 réflexions sur “La peinture pansement

  1. J’adhère, la guerre est amusement de puissants, les pauvres types sont leurs jouets, qu’ils cassent, fracassent peu importe ils ont en auront des neufs, car des mères toujours enfanteront.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.