Comment trouver un sens au tableau ?

Je peins l’insensé car il n’existe pas, il ne peut exister. Car tout ce qui nait sur le tableau si désordonné soit-il, je prends pour hypothèse que c’est une création. Et que pour moi créer a un sens de toutes façons même si moi je ne comprends pas ce sens.

Donc je peins les choses les plus insensées possibles, le désordre, le déséquilibre, le disharmonieux pour me convaincre que mon hypothèse est juste, tout simplement.

Cependant cette observation me donne du fil à retordre.

Quelle est la différence entre l’imagination, l’affabulation et le délire ? Qui sont trois termes de degrés différents sur l’échelle de la création.

Et bien je crois qu’ils n’existent vraiment que dans un espace collectif, dans un égrégore au sein duquel tout le monde s’entend plus ou moins pour qualifier une chose, un événement, une sensation, une pensée.

Cependant si je suis seul face au tableau ces trois mots ne veulent plus rien dire. Je ne vois qu’une création constituée de taches de couleurs, de formes, de lignes qui pour le moment reste muette.

C’est à dire que je crée quelque chose qui n’entretient pas de relation avec cette partie de moi qui me fait dire justement que je suis moi dans un espace collectif.

Ce que j’attends alors du tableau c’est qu’il me livre son sens dans une intimité. Par télépathie en langage clair et cordial.

Que l’information me parvienne sous la forme d’une émotion.

Je peins toujours dans ce sens là qui semble être le sens inverse de nombreux peintres lorsqu’ils évoquent leur processus créatif.

Car beaucoup semblent savoir ce qu’ils veulent peindre, car ils ont d’abord une émotion qu’ils désirent peindre pour la partager.

Je n’arrive pas à faire cela. Parce que peindre une émotion pour moi représenterait peindre quelque chose de mort, qui n’existe déjà plus, ce serait comme peindre une ruine, un vestige, un lien avec une nostalgie souvent insupportable.

Et puis j’ai toujours la sensation d’une erreur de position comme si je me fiais à un GPS détraqué. J’ai vécu ça à mes débuts de peintre où je peignais des fantômes.

Je suis pour la vie. Je ne peux et veux peindre que le vivant. C’est à dire l’émotion qui surgit de cet insensé que je tente maladroitement de décrire par des mots.

j’essaie de sortir du programme habituel, de mon spectacle, de ma projection, de mon cinéma perpétuel.

De changer le film si possible.

Mais revenons à cette notion d’insensé.

Accepter que quoique ce soit existe sous cette forme reviendrait à dire qu’il existe un hasard, et que nous ne sommes finalement que les jouets d’un tel hasard.

Quelque chose de très ancien en moi me préserve ou m’empêche d’y croire. Je me suis toujours battu contre cette vision pessimiste en explorant d’ailleurs moi-même toutes les versions les plus pessimistes possibles pour les éprouver.

Aucune de ces visions les plus pessimistes ne tient face au moindre rayon de soleil, à la fragrance du jasmin, au sourire d’un petit enfant.

Toujours au fond des gouffres j’ai été secouru par le chant d’un oiseau qui m’a ouvert le cœur.

Cela semble tellement naïf pour la plupart des gens à qui je l’ai dit.

Tout le monde a son petit avis sur l’imagination l’affabulation et le délire n’est-ce pas. Surtout si on ne mets pas les mains dans le cambouis.

J’écris l’insensé aussi probablement. Et pour les mêmes raisons que je le peins.

Pour respirer car s’il faut vraiment trouver un sens à tout pourquoi pas celui-là ?

huile sur toile 80×80 cm 2020

2 réflexions sur “Comment trouver un sens au tableau ?

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.