8.A chacun sa vérité.

La vérité et le mensonge sont les mots que nous utilisons dans cette dimension. Cependant ces deux mots nous éloignent souvent de ce point particulier dans lequel nous pouvons demeurer en paix si on reste silencieux, si on ne pense pas avec des mots.

Si nous sommes vraiment attentif à ce qui se produit maintenant, tout ce que nous pouvons percevoir n’a rien à voir avec la vérité et le mensonge tels qu’on nous les a appris.

Dire sa vérité doucement, en commençant par la laisser venir à soi-même est le début d’une aventure incroyable.

Mon erreur fut sans doute de la dire trop haut à de nombreuses personnes qui ne désiraient pas l’entendre. Et je profite donc cet l’instant pour leur offrir de me pardonner si elles estiment encore que je les ai blessées.

Ce qui me guide depuis le début est une aversion viscérale pour l’injustice et celle-ci n’a pas besoin de passer par le raisonnement.

Au contraire je dirais que le fait de raisonner chaque fois m’égare quant à mes intuitions premières vis à vis de ce qui est juste ou ne l’est pas.

Je ne saurais dire d’où me vient cette sensation. Elle est là depuis le début. Et parfois je dirais même qu’elle est là bien avant le début de ma vie, qu’elle appartient à l’être que je suis avant qu’il ne se confonde avec ce que je suis bien obligé de considérer comme un avatar.

L’intuition n’est pas un pouvoir magique. Elle est toujours le fruit d’une somme d’expériences vécues. Lorsque l’être a tellement vécu et explorer de probabilités dans les domaines du possible comme de l’impossible. Lorsque l’être n’a plus besoin de l’apparente sécurité de la certitude et du doute.

Lorsque l’être saisit qu’il provient d’un espace-temps multi dimensionnel, qu’il se souvient de toute une gamme de fréquences des plus hautes aux plus basses que ses périples lui aura donné la chance de visiter.

Ce fut toujours important de me mettre en retrait du monde des autres pour retrouver une certaine fréquence comme on peut tourner le bouton d’un transistor pour écouter une émission favorite.

Cette fréquence c’est ce qu’ici bas on peut appeler une vérité et que souvent lorsque je m’en suis ouvert fut traitée comme un mensonge.

C’est aussi par cette friction entre deux termes employés pour définir la réalité que la plupart du temps j’ai éprouvé ce sentiment d’injustice.

Cela fait sans doute partie des choses que j’ai décidées d’ élucider en venant au monde, C’est ma feuille de route si l’on veut.

Pour ce faire j’ai choisi une configuration où l’injustice règne pratiquement à chaque instant. Ce qui m’étonne aujourd’hui en écrivant ces lignes c’est d’avoir survécu à toutes ces épreuves.

Et si j’ai survécu c’est probablement parce que j’ai toujours deviné que ces épreuves n’étaient dans le fond que les étapes d’un plan.

Parce qu’intuitivement j’ai toujours su qu’au delà de la sphère de préoccupations de mon avatar, l’être avait choisi de s’entrainer lui -même pour apprendre à aimer encore plus profondément la nature de la réalité.

Evidemment il m’était difficile enfant d’expliquer ces choses ce qui causait parfois des colères à la fois chez mes proches qui ne comprenaient pas mes agissements, et en mon avatar qui était doté de toute la sottise de cette espèce à laquelle nous appartenons.

La sottise c’est de croire au temps, au besoin d’obtenir tout un tas de choses sur lesquelles je focalisais le manque. Et bien sur j’attribuais à ce manque des responsables, en première ligne mes parents.

Aveuglé par les conséquences, par les objectifs bien plus que sur la cause véritable de ce manque je me suis enfoncé progressivement dans les plus basses vibrations de ce monde. J’ai connu la colère, l’envie, la jalousie, la fourberie, autant de termes provenant de la communauté que j’ai fini par laisser pénétrer dans l’esprit de mon avatar.

Cela faisait bien sur partie du plan aussi. Il fallait bien que je sache dans le détail tout ce qui constituait le juste comme l’injuste et surtout la raison d’une telle séparation entre ces deux concepts ici-bas.

Et donc j’étais seul, du moins je l’ai longtemps cru. Cela aussi faisait partie du plan, je veux parler de cette solitude incroyable dont je peux encore me souvenir avec étonnement désormais.

Explorer la solitude fut une de mes plus belles difficultés.

Je m’y repris à de nombreuses fois pour amadouer la souffrance, le désespoir, la perte d’estime de soi que devait traverser mon avatar pour retrouver le calme, et surtout l’intelligence du cœur appartenant à cet être.

Mon avatar était traversé parfois par d’étranges moments de transe et de grâce qui devaient sans doute l’aider à tenir, à patienter dans l’attente de saisir le but pour lequel, une nouvelle fois, il avait effectué cet acte héroïque de revenir sur la Terre.

Lorsque mon avatar atteint ses 18 ans, la mode sur Terre dans ce pays, à Paris, était de s’intéresser à la spiritualité pour beaucoup de jeunes gens oisifs qui ne savaient pas vraiment ce qu’ils voulaient faire de leurs vies. L’oisiveté comme on le dit aussi est la mère de bien des vices.

Donc je me concentrais sur ces vices de bon cœur. Je ne me rendais pas compte cependant que j’établissais une sorte d’inventaire pratiquement exhaustifs de toutes les vicissitudes et turpitudes humaines.

Notamment le sexe prit énormément de place dans la cervelle de mon pauvre avatar. Et les choses étant arrivées à un tel point de pollution dans sa cervelle qu’il se jeta à corps perdu dans l’étude de la philosophie, de la religion, en n’ayant plus qu’un seul but : être sauvé, ou parvenir à se détacher de ce qu’il nommait encore à cet époque l’égo.

J’en ris aujourd’hui. Un avatar qui veut se détacher de son égo… il y a vraiment de quoi rire. Mais bon, ainsi qu’il est ici coutume de le dire : « Les chemins de l’Etre sont impénétrables. »

A la vérité, et je le dis le plus doucement possible pour ne heurter personne, l’attirance pour le sexe comme pour le détachement par la suite et notamment le bouddhisme, ne provient que des ondes crées par les milles avatars que l’être s’invente pour explorer en même temps toute les facettes d’une seule et même conscience.

Et bien sur au delà de cette conscience qui probablement n’appartient elle-même qu’à une certaine fréquence sur la bande FM de l’univers se tient la nuit, les étoiles et l’amour infini qui maintiennent à la fois la cohérence et l’incohérence de l’univers. Une respiration qui se tient à la fois ici et là, ici et maintenant depuis toujours et à jamais.

Qu’un amour puisse être tellement présent à chaque instant et que nous restions dans l’ignorance de cet amour, ne relève pas l’intelligence de l’espèce humaine en général pas plus que celle de mon avatar.

Je me suis souvent demander pourquoi. Pourquoi ne voit-on pas clairement l’amour qui ne cesse d’être là tout le temps ? Pourquoi nous enfonçons nous dans de si basses vibrations avec toute cette collection de mots pour nous justifier ensuite ou pas ?

Cette vérité que je tente de dire depuis toujours c’est que nous sommes tous les manifestations de cet amour sans aucune exception. Que mêmes les injustices ont leur raison d’être comme les massacres et leurs auteurs.

Rien ici-bas comme tout en haut ne peut être sans amour.

Mais que croyons-nous vraiment savoir de l’amour ? Nous n’en sommes qu’au tout début. De grandes choses se préparent qui nous aideront probablement à mieux comprendre celui-ci.

Cette nuit j’ai encore fait ce rêve où d’immenses vaisseaux extra terrestre arrivaient en silence et stationnaient au dessus de notre Terre. Je ne les sens pas hostiles. J’ai même eu la possibilité de visiter l’un de ces vaisseaux où j’ai retrouvé des amis que je n’avais pas revus depuis très longtemps.

A cette occasion j’ai manifesté une bouteille de Dom Pérignon. En ôtant le bouchon il y a eut un plop ! qui a fait rapetisser toute l’assemblée à la taille d’un dé à coudre. Puis tout est revenu à la normal et on s’est échangé des nouvelles de l’univers.

— Tchin a dit Picasso, Léonard paraissait soucieux, et se grattait le crane. Par contre Hokusai s’était déjà allongé sur une banquette dans la vaste pièce et griffonnait comme a son habitude des fractales à n’en plus finir.

Terri Broughton Waiting in the wings

2 réflexions sur “8.A chacun sa vérité.

  1. L’injustice… j’ai l’impression d’être née avec ce sentiment sans jamais pouvoir en parler. Dès que je voulais m’expliquer les mots restaient bloqués dans ma gorge et rien ne sortait jamais. Puis la colère a pris de la place. Le dégoût de la vie. Le « j’m’foutisme ». J’ai exploré le bas, jusqu’à vouloir en finir avec cette vie dénuée de sens. Et puis, une pensée lumineuse m’a traversée. Depuis, je vois tous les petits théâtres d’ombres qu’on s’invente. J’ai vu le mien, pantin ridicule que je me suis créé, petri de peur, de jugements, de dépendances et de colère. Je coupe les ficelles une à une. J’ai vu apparaître des choses merveilleuses en moi. Des changements que jamais je n’aurai cru possible. Une vérité si belle et simple. Mais j’ai suivi mon intuition de vivre tout cela en solitaire. Ma vie jusqu’à présent n’était fait que de justifications… de paroles inutiles et inintelligibles. La vérité vécue n’a pas besoin d’être expliquée…
    Mr Blanchon, je ne sais pas toujours qui écrit de vous ou de votre personnage, il y a une barrière très floue entre fiction et réalité, une ambiguïté qui m’a déstabilisée plus d’une fois dans vos écrits, mais je vous remercie qui que vous soyez. Il est des choses que j’ai du mal à formuler et vous semblez détenir certaines clés qui me permettent de les débloquer.
    Belle journée

    Aimé par 2 personnes

    1. Les amérindiens ont une expression que j’ai oubliée bien sûr mais dont l’idée est qu’il est sage de s’arrêter au seuil du mystère. Car le mystère comme la clarté sont intrinquées dans l’invisible. L’invisible dont parle si bien Saint-Exupery. Merci pour votre commentaire et belle journée!

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.