13. Accélération du temps.

La cène Léonard de vinci.

Ecrire ces lignes aujourd’hui m’évoque des images de surfeur. Ne pas tomber de la planche, conserver son équilibre en toutes circonstances et ce quelque soit la puissance de la vague, éprouver la décharge d’adrénaline tout en restant centré sur la joie de la glisse.

La mort est là comme une vague gigantesque qui emporte tout sur son passage. Elle est là au même titre que la vie. L’une ne peut exister sans l’autre.

La 13 ème lettre de l’alphabet d’ailleurs ne ressemble t’elle pas à une succession de vagues ?

Il est nécessaire de revenir encore une fois dans l’Akasha au plus fort de la vague, d’ouvrir ses oreilles et ses yeux non pas sur le visible car beaucoup de chausse-trappes y seront déposés par les peuples du Serpent à l’unique fin de maintenir leur pouvoir.

L’Archange Saint-Michel vibre à très haute fréquence et le son de sa vibration a le pouvoir de tous nous élever ensemble vers la connaissance immédiate de la situation.

On ne peut pas dire que quelque chose va arriver dans un certain temps. Cette chose est là, elle l’a toujours été et le sera toujours.

La prévision est un outil de propagande de l’orgueilleux serpent.

C’est par la prévision que les reptiliens manipulent le temps sur de nombreux mondes. C’est par la prévision qu’ils semblent accélérer le temps.

Voici l’un des signes les plus évident à ceux qui ont des yeux pour voir, des oreilles pour entendre qu’il s’agit vraiment de la fin d’un cycle. Pas besoin d’une corde à treize nœuds pour enseigner cela aux benêts.

Saint-Michel vibre et je plonge dans la vague aussitôt avec tous les autres autour de moi. Je brave les éléments pour me tenir debout sur le fil de mon récit sans m’attarder sur la fierté ou l’étonnement d’y parvenir.

La mort est là, elle est continuelle comme la vie. Deux lignes fractales qui s’entremêlent comme les branches d’un brin d’ADN pour former une superbe forme hélicoïdale.

— J’en connais un rayon là-dessus me dit Hokusai. Pas pour rien que j’ai peint cette énorme vague. J’espère que t’as repéré l’hélice. Il se fend d’un rapide clignement d’oeil.

Je lui souris comme on se sourit en se rasant un jour de baraka.

— Remarquable en effet cette vague lorsque j’y repense. Il faut vraiment être bien réveillé pour discerner sa portée. Un coup de génie mon frère !

Hildegarde se pointe soudain. Dès qu’on évoque la mort elle est là. Elle en connait un sacré rayon sur les milles et une façon de pourrir ou de sécher sur pied.

—Vous croyez que ça va durer encore longtemps cette réunion ? j’ai plein de mauvaises herbes dans mon jardin elle demande.

On rigole tous de concert, c’est de l’humour anglais bien qu’elle soit plutôt teutonne , depuis le temps on la connait. D’ailleurs c’est une des vertus intéressantes du temps terrestre à ce que je sache. On n’arrête pas de se reconnaitre à tout bout de champs ce qui pourrait provoquer l’ennui pour moins que ça.

En fait nous sommes des milliers comme je l’ai déjà dit. Des milliers dans l’Akasha avec lesquels ils nous est possible de converser à chaque instant, dans un seul instant et en simultané.

Et ce qui est effrayant au début c’est de s’apercevoir à quel point tout est là accessible et en même temps de saisir à quel point l’illusion que nous entretenons d’un temps linéaire est une absurdité.

Bien malin qui peut dire à quelle période vraiment appartient tel ou tel événement, telle ou telle mémoire.

En tant que scribe Maya je peux faire un cours complet sur la notion du temps et qui sera fort utile à n’importe quel empereur ou paysan. Bien plus pratique cette division nommée Tonalpohualli en vingt treizaines pour honorer toutes les divinités sans en vexer aucune. Et de plus en dehors du Soleil et de la Lune, c’est à dire dans une dimension au delà de l’ordinaire visible.

Mais ne sombrons pas dans la nostalgie restons bien campé sur la planche et surfons.

— Ainsi soit-il oui me souffle Jésus, rappelle-toi la cène, treize à table et tout le tutti.

Jésus apparait comme ça de temps en temps dans l’Akasha, mais aussi à coté de moi lorsque je tente de relater mon aventure. Il est un peu partout sans être véritablement nulle part tout comme moi, je crois qu’on s’entend comme larrons en foire, si j’ose dire.

Peu à peu la lumière décline et le son se retire. Saint-Michel se retire doucement pour rejoindre ses hautes sphères. Ici nous ne sommes qu »entre la 4ème et la 5ème dimension, nous parvenons à saisir un peu plus de choses que sur Terre. Saint-Michel certains disent qu’il se situe sur la 11 ème ou 12 ème, personne n’en est véritablement certain. D’ailleurs à quoi cela nous servirait il d’obtenir plus de précisions ?

Et lorsque j’y pense ce besoin de précision est un peu comme la prévision, une sorte de poison lent qui aura pénétré dans nos cervelles et grâce auquel l’Ennemi accélère le temps dans lequel nous nous incarnons, que nous inventons sans relâche.

— Tu ne peux jamais t’arrêter de plaisanter me dit Maria et j’ai soudain l’impression qu’elle m’adresse un reproche.

— Mais Maria c’est ma nature de tout trouver si drôle je réplique.

— Ah oui ? es-tu si certain de connaitre ta véritable nature ??? Et là elle se transforme en Monalisa, moi en Léonard et on reste face à face durant un moment indéterminé.

Jusqu’à ce que quelqu’un lui peigne des moustaches.

Ce qui évidemment me fait éclater de rire.

Mais je ris un peu jaune car sous mes pieds les éléments semblent de plus en plus déchainés, la vague est encore plus énorme que jamais… le temps se déploie de façon de plus en plus saccadée.

2 réflexions sur “13. Accélération du temps.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.