19. Les uns et les autres.

Illustration Siddhârta médite

Le nombre 19 est le symbole de l’ouverture de l’un vers les autres. C’est à 19 ans que Siddhârta décide de cheminer vers la sagesse. D’après certains érudits la naissance de Jésus aurait eu lieu le 19 ème jour du mois de mars. C’est aussi dans le jeu de tarot le soleil ou la flamme, la 19 ème lame.

Il est aussi dans certains pays comme au japon un signe de malheur car il représente le malheur, le chagrin. Ce qui n’est pas étonnant étant donné la structure encore très féodale du pays du soleil levant, où chaque individu se doit plus que partout ailleurs d’œuvrer pour la collectivité.  » Pour le bien de tous ».

Mal compris le 19 est aussi le signe du dictateur, de l’abus de pouvoir, de l’intérêt personnel au détriment des autres.

C’est toujours le risque de rencontrer le pouvoir sans s’y être préalablement préparé.

Tout le monde rit et je ris de concert et soudain je regarde les écrans géants et je comprends.

La reine se tient devant un individu qui doit bien être moi. Mais je n’ai plus rien d’humain. Je suis un reptilien comme un autre. Rien de sensationnel ne me distingue de tous les autres. Je ne suis même pas blanc. Plutôt métissé si je puis dire.

Pour un peu je jurerais que quelqu’un entonne il est des nôtres dans la foule, et que le champagne coule soudain à flot. Pétards et cotillons.

Merde de merde je me dis si je m’attendais à ça…

— Continue à respirer calmement, ne t’étonne de rien trop longtemps me rappelle le souvenir de Maria.

—A genoux esclave m’ordonne la reine et comme je n’obtempère pas suffisamment rapidement des gardes m’empoignent pour m’y forcer.

Un pour tous tous pour un me souffle t’on.

Le spectacle semble terminé. Je vois la foule qui se lève, les gradins se vider. Sur les écrans désormais je saisis le message qui s’affiche : sortez !

Même les gardes tournent les talons et je reste seul avec la reine.

— Je te dégoute toujours autant ? me demande t’elle une fois que nous sommes seuls.

— Je n’appelle pas ça du dégout, je suis plus dans l’étonnement et la déception je réplique.

— Majesté…

— Oui je suis déçu profondément majesté.

— tu te croyais humain c’est humain.

— ce qui m’étonne c’est de m’être tellement trompé sur ma nature majesté. D’avoir été victime de ma propre illusion si longtemps. Et le fait est que j’ai beau récapituler ma vie toute entière que je ne trouve aucun indice.

La reine fait un geste en l’air et soudain j’ai des images qui défilent. Au début elles sont un peu floues puis elles deviennent de plus en plus nettes. Je me retrouve à une période de la Terre où l’être humain n’existe pas encore. La Terre est alors le monde des reptiles. Je comprends aussi confusément que toutes les planètes sont ainsi, comme notre Terre Gaia. Les premiers enfants qu’elles enfantent sont des reptiles.

Ce qui crée la différence c’est que l’évolution de ces reptiles suit des possibles différents sur chacune de ces planètes, dans toutes les galaxies. Dans un seul et même instant des milliards de possibles se chevauchent pour produire des résultats différents.

Sur Terre les reptiles ont évolué durant des millions d’années et ont acquis une sagesse immense sur nombre de choses.

Mais un portail s’est soudain ouvert depuis un univers parallèle pour laisser passer un possible tout à fait différent. Les drakos dont le but est d’asservir tous les mondes car leur unique obsession est le pouvoir.

Il ne faut pas confondre les deux espèces elles sont en tous points différentes quant à leurs intentions.

Le flux télépathique que m’envoie la reine s’interrompt. Sur les écrans géants on diffuse des scènes de guerre. Des centaines de cadavres jonchent les rues d’une ville totalement dévastée. Les deux camps adverses racontent chacun une version fort différente de l’évènement, relayée par les journalistes du monde entier.

— Mensonges et vérités ne sont plus désormais que des mots d’ordre appartenant à des stratégies basées sur la perception me disait hier encore Maria.

— Il faut des méchants pour qu’il y ait des gentils me dit la reine télépathe qui semble avoir compris ce à quoi je pensais.

C’est la raison d’être de cet univers dans lequel nous sommes tous ensembles prisonniers volontaires.

Au delà de nos perceptions que peut il y avoir réellement ?

Certains pensent pouvoir franchir la frontière mais ils sont rares car franchir cette frontière confère un pouvoir incommensurable sur autrui.

Pour ceux qui sont guidés par la compassion l’amour une chance leur est offerte de quitter cette dimension tandis que pour tous ceux qui ne jurent que par l’avidité aucune issue jamais ne leur sera permise.

— Si je peux me permettre Majesté dans votre énoncé un truc me chiffonne. C’est que l’amour ne soit qu’un moyen alors que je pensais qu’il n’était que but.

La reine me regarde avec un regard triste.

— Qui peut savoir ce qu’est l’amour ? tous autant que nous sommes, bons ou méchants nous en sommes chacun le jouet.

— alors pour vous le tyran ultime, plus fort que tous les autres c’est l’amour ? ( Majesté). Et j’ai à peine le temps de penser que cette reine là est un tantinet fleur bleue, que je me retrouve attiré dans un vortex lumineux, j’ai l’impression de n’être plus qu’un paquet de données téléchargées.

Puis l’obscurité totale à nouveau. je ne sais plus où je suis, si je suis toujours, pas même ce que je suis vraiment.

Je suis une conscience en vrac voilà ce que je suis pour le moment.

2 réflexions sur “19. Les uns et les autres.

  1. votre réflexion fait écho à une situation où l’engagement pour l’autre me semblait primordiale, j’entends le bénévolat. Pas celui à papa, pour se donner bonne conscience, récolter des lauriers ou encore se croire dans le coup alors que nous sommes sur le déclin professionnel avec une retraite en point de chute. Non , je veux parler de celui qui est animé par la générosité du coeur, celui où l’on tend une main solide pour tirer l’autre vers le haut. Hé bien je viens d’avoir la confirmation douloureuse ( pour mon ego ou je ne sais quoi) qu’en fait lorsque nous sommes soumis à l’argent on fait de la politique et de la langue de bois alors que lorsque nous sommes soumis par l’ouverture du coeur on fait de l’humanitaire. Je vous laisse imaginer à quelle catégorie j’appartiens.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.