24. Un peu plus d’anges.

Fusain sur bois esquisse format 20×20 cm

Il arrive parfois que notre ange gardien éprouve un léger coup de mou. Il n’est pas rare qu’à l’appui d’un constat momentané d’impuissance ou de fatigue, voire pour cause de maladie, un ange se trouve obligé de faire appel à la communauté pour obtenir de l’aide.

A ce moment il envoie un doodle aux autres anges gardiens afin de demander qui est disponible pour l’appuyer dans sa mission.

Maria hésita un instant puis considéra le terrien allongé sans connaissance près d’elle. Puis elle revisita mentalement son agenda du jour. Il y avait tant de chausses trappes à éviter pour cette journée qu’elle essaya de reconsidérer la topographie des lieux.

Peut-être était-il raisonnable de songer à étudier des raccourcis, à économiser ses forces afin de regrouper ses actions. Faire avec un miracle plusieurs coups. Bref établir un plan d’action, ce qu’elle n’aimait pas faire la plupart du temps comme du reste la majorité des anges gardiens assujettis comme tout à chacun le sait, à la spontanéité de l’instant.

Maria consulta sa montre, une modeste imitation de Rolex, il était déjà tard dans la matinée et elle savait que passée l’heure du déjeuner les événement ne tarderaient pas à s’accélérer. On était le 24 du mois de février de toutes façons il ne pouvait pas en être autrement.

Le 24 la possibilité de faire appel à un surplus d’anges n’est pas une rareté, pas plus qu’une anomalie, c’est inscrit dans n’importe quel traité de numérologie.

Sa fierté en prenait à chaque fois un petit coup. Maria aimait bien assumer seule ses responsabilités et rechignait régulièrement à demander de l’aide. Du reste cela ne faisait il pas partie de sa mission également que d’apprendre à s’assouplir de ce coté là ?

Après une courte réflexion , une rapide récapitulation de ses prérogatives et bien qu’elle fut un ange gardien du 7 ème échelon, il fallait bien se rendre à l’évidence qu’elle ne pouvait ce jour là, assumer sa tache seule.

Elle regarda encore le visage angélique de son protégé, ne put s’empêcher de se laisser attendrir, puis elle enfila son long manteau, et referma la porte de l’appartement tout doucement derrière elle.

En un clignement d’œil elle se retrouva devant le Séphirot , bar situé à l’angle d’une rue louche dans l’un des quartiers les plus mal famés de la ville. C’est là que la plupart du temps on pouvait retrouver les anges désœuvrés.

—Tu as besoin d’aide Maria ? lui demanda un ange gardien inconnu à ce jour au bataillon aussitôt qu’elle eut franchi la porte de l’estaminet.

— Un coup de main Maria lança un autre qu’elle ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam

— Je suis dispo quand tu veux Maria lui jeta un petit chérubin aux genoux écorchés assis sur le zinc.

On aurait dit que la salle toute entière attendait sa venue.

— Sers moi un double expresso Ernesto commanda Maria au grand type barbu dont les avants bras disparaissaient sous une couche douteuse de tatouages bleutés.

—Et bien vous devez drôlement vous emmerder vous autres pensa t’elle tout haut en sirotant son café sans sucre.

— Oh oui dit un caniche nain doué de parole, on se fait plutôt bien chier depuis que la révolution numérique s’est abattue sur cette dimension. Tout est déjà prévu d’avance par les algorithmes et ces couillons de terriens foncent dedans tète baissé. Tiens regarde, nous aussi on a une nouvelle appli et le clebs se tortilla un instant pour extraire un smartphone dont ils manipula le clavier avec une dextérité époustouflante.

« HelpAnge » Est une communauté virtuelle ou chacun peut lister ses taches, ses problèmes ses coups de gueule, doléances et prières. Moyennant 5 euros par mois d’abonnement tu peux bénéficier d’un tas d’opportunités.

— Décidemment on n’arrête pas le progrès. murmura Maria

— ah bah non il y a même une partie rencontres genre Tinder pour anges en manque d’affection, continua le caniche en remuant la queue frénétiquement.

— Bien bien bien. Mais s’il te plait mon chou, évite de te frotter contre mes jambes si tu ne veux pas que je te botte les fesses dit Maria en allumant une Winston à bout doré.

Le Sephirot aussi avait bien changé constata Maria. La population n’était plus celle qu’elle avait connue autrefois. Il faut dire que ça devait bien faire plus de 20 ans en durée terrestre qu’elle n’y avait pas mis les pieds. Du coup elle leva les sourcils en constatant machinalement que cela faisait déjà un sacré moment qu’elle n’avait rien demandé à personne non plus, qu’elle s’occupait seule de ses petites affaires.

La raison de tout cela ? un dégout de l’avancement probablement. Lorsqu’elle avait compris que tous les anges d’un échelon se pliaient en quatre pour atteindre le suivant parfois même non sans bassesse et coups fourrés.

Parfois elle se demandait si elle avait toujours été naïve de croire à la solidarité angélique naturelle ou bien si à force d’avoir essuyé des déceptions elle était devenue à la fois plus lucide et aigrie.

Un ange désabusé. Voilà sans doute ce que Maria était devenue se disait-elle en avisant son visage dans le miroir derrière le comptoir. Puis son regard dériva vers une silhouette assise seule à une table. Elle se frotta les yeux, ce n’est pas possible se dit-elle soudain et elle fit volte face pour considérer le personnage qui aussitôt tourna la tête vers elle avec un sourire un peu triste et en lui faisant un signe discret de la main.

2 réflexions sur “24. Un peu plus d’anges.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.