30.Puzzle

Photo de Tobias Bju00f8rkli sur Pexels.com

J’ai du m’assoupir un instant. C’est la vision d’un puzzle dont j’aperçois les pièces éparpillées sur une immense table de monastère qui me laisse perplexe. Durant quelques secondes je me demande si je suis en train de rêver ou si cette scène est réelle. Sur le sol en pierres polies, usées, j’avise ce qui doit être la boite, l’emballage. Celui-ci est défoncé comme si quelqu’un l’avait soigneusement piétiné.

La couverture de la boite est illisible.

Ainsi je me retrouve face à des fragments et il parait évident qu’il sera difficile de les assembler étant donné que je ne dispose pas de l’image originale.

A quoi pourrais-je me fier pour reconstruire ce puzzle ? La première chose qui me vient à l’esprit c’est le temps que je devrais y passer. Une angoisse due à ce que j’imagine aussitôt être cette perte de temps. Et qui monte plus intensément dès que je comprends que la seule chose que j’ai à effectuer ici et maintenant, est de reconstruire ce puzzle.

Comme s’il s’agissait d’une épreuve obligée, de l’espèce de celles dont on ne peut faire l’économie sous peine d’en subir aussitôt la conséquence sous la forme d’une sanction.

Et pourquoi donc ? Pourquoi voudrais-je assembler ce puzzle ? Après tout ce n’est qu’un jeu que le rêve me propose, accompagné d’une facétie dont je ne distingue pas la raison véritable.

Pourquoi irais-je encore me fourrer dans une histoire impossible à terminer si ce n’est toujours cette peur de ce qui adviendrait, ce qui pourrait advenir, si je n’obtempère pas.

N’est-ce pas le fantasme obsédant de vouloir à tout prix achever quelque chose qui vient me poursuivre jusqu’au plus profond du rêve ?

Achever quelque chose pour en finir avec la peur d’être sanctionné. Principalement je m’en souviens maintenant par mon père.

Je vais t’apprendre à terminer ce que tu as commencé me dit-il en dégrafant sa ceinture juste avant de laisser libre cours à la violence de son amour pour moi. Je sais dans ces cas là, je me raccroche de toutes mes forces à cet espoir, qu’il ne veut que mon bien évidemment.

Mon regard se détache de la table et des pièces du jeu dont la plupart sont retournées.

J’aperçois peu à peu une immense salle, probablement celle d’un château. Une cheminée imposante où rougeoient les restes d’un tronc d’arbre. La seule lueur qui éclaire la salle semble provenir de ce feu. Au fur et à mesure que les flammes s’élèvent comment nourries par mon attention, celles-ci projettent de grandes ombres mouvantes à la surface des murs.

Et ces ombres peu à peu prennent des formes humanoïdes.

L’une après l’autre elles se détachent des parois pour s’avancer.

Bientôt elles forment un large cercle tout autour de la vaste table, du puzzle, et moi.

Leur présence parait renforcer plus encore cette notion d’insistance que je pressens depuis un moment déjà.

Le fait d’avoir une décision à prendre qui peut totalement bouleverser le cours de ma vie.

Soit je me mets au boulot servilement et je commence à trier les pièces pour les rassembler par catégories, par famille.

Soit je botte en touche, je fais un bras d’honneur à l’assistance et je décide de me réveiller.

Mais à peine ai-je formulé cette seconde option que les ombres se rapprochent plus encore, je les distingue de mieux en mieux . A première vue je pourrais penser à des religieux car elles sont vêtues comme tels. J’ai peine à voir leurs visages sur lesquels une capuche est rabattue.

Pourtant je n’éprouve aucune crainte. J’ai la sensation que toutes ces ombres me sont familières.

Au delà du cercle qu’elles forment désormais mon regard se porte à nouveau sur les murs. Les flammes de la cheminée semblent s’être encore intensifiées et les ombres qu’elles produisent surgissent de plus en plus. Une sorte d’écoulement, un suintement d’ombres.

Désormais c’est toute une foule qui a surgit des murs de la vaste salle.

Et toutes ces ombres entretiennent un lien intime avec qui je suis.

Elles sont toutes une partie de cette histoire, de qui je suis.

Elles sont issues de milles souvenirs qui me reviennent presque instantanément et qui naviguent ici sur Terre dans une fresque regroupant plusieurs époques.

Toutes ces ombres sont moi à un moment donné de mon passage, de mon incarnation dans une époque donnée ici sur Terre et tout à coup je découvre aussi que j’ai vécu dans d’autres mondes sous différents soleils, d’autres dimensions, d’autres univers.

Mais moi qui suis-je donc alors ? Qui est vraiment celui qui se souvient de toutes ces existences passées ?

Le lien est alors évident entre ce puzzle que je ne sais comment construire et toutes ces ombres qui m’entourent à présent.

Est-ce que j’ai le temps de m’attarder à vouloir achever quoique ce soit ? L’instant présent contient tout l’espace-temps, tous les espace-temps plus précisément et je saisis intuitivement que cet espace temps dans lequel je suis est semblable à un tout petit élément d’une suite infinie. Je ne suis là qu’en tant de nombre précisément dans une suite de nombres. Et tous ces nombres s’élancent sans relâche vers l’infini.

Réciprocité d’une relation mathématique. Car l’infini ne peut exister si l’on retranche un seul de tous ces nombres.

Chaque nombre dépend de tous les autres inéluctablement comme je dépends des ombres massées tout autour de moi.

Chaque existence achevée dans le temps me propulse vers une conscience plus aigue du but, vers cette fatalité que rien ne peut dans cette course effrénée se terminer. Que chaque existence qui se termine participe de la nécessité de l’infini, de la conscience comme de l’amour.

Il faut des milliers de fins pour se constituer en tant qu’humain une vague idée de l’éternité.

Et enfin effectuer ce saut quantique : en finir avec l’idée que l’éternité est un but, une fin que l’on puisse imaginer.

En finir avec l’obsession de vouloir achever quoique ce soit.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.