51. convocation d’urgence.

J’ai à peine terminé d’écrire le texte précédent que j’entends un bruit au rez de chaussée. Quelqu’un essaie de rentrer dans la maison. Je passe un pantalon et descend les escaliers pour me diriger vers l’entrée. Je vois la poignée agitée frénétiquement par quelqu’un ou quelque chose à l’extérieur. Je tourne la clef tout doucement dans la serrure prêt à faire face.

Une sacrée montée d’adrénaline que je n’ai pas eu depuis un paquet de temps. Je me sens invincible prêt à assommer un Troll s’il le faut.

— C’est Jim idiot, pas la peine d’exploser tes vêtements en te transformant en Hulk mon gars. Désolé pour le dérangement en pleine nuit, mais là tu as dépassé les bornes, tu as fichu le bordel, tu es convoqué d’urgence.

Et j’ai à peine le temps de réaliser tout ça qu’une lumière éblouissante irradie la rue . Jim me tire dehors sans ménagement et je me sens attiré vers le haut, je m’envole carrément. Puis je perds connaissance.


Lorsque je reprends connaissance je découvre une vaste salle sphérique au milieu de laquelle des silhouettes que je distingue encore mal s’affairent autour de ce que j’imagine être à première vue un corps allongé sur une table d’opération.

Mon regard dérive, attiré par les parois de la salle qui sont bleutées et transparentes. Au travers de celles-ci il fait sombre et j’aperçois de minuscules points de lumière qui scintillent faiblement.

A un moment surgit soudain une énorme boule au delà des parois et je mets un instant à comprendre qu’il s’agit de la lune. Je la vois s’éloigner à grand vitesse jusqu’à ce que prenne conscience simultanément de deux choses.

Je suis dans un vaisseau spatial, et le corps allongé sur la table c’est le mien. Mais je ne suis pas dans mon corps, par un phénomène que je ne m’explique pas, j’ai réussi à m’évader de celui-ci et je me tiens là à distance en train d’ observer toute la scène.

Je n’éprouve pas de peur vraiment, juste de la curiosité au début. Mais lorsque je vois tout à coup que l’on m’enfonce dans les narines un objet métallique je me révolte. Je ne peux retenir mon exclamation

— Mais qu’est ce que vous êtes en train de me faire, arrêtez !

Mais c’est comme dans un rêve où l’on tente de courir et ou on s’aperçoit avec stupeur qu’on fait du surplace.

Personne ne semble entendre.

Je vois l’objet qui ressemble à une espèce d’aiguille ressortir de mes narines avec au bout un tout petit morceau de métal. Je me concentre pour zoomer sur celui-ci et je parviens à obtenir une vision claire tout à coup comme si je m’étais transformé en microscope.

C’est un tout petit bout de métal sur lequel j’aperçois des caractères, comme une inscription mais je n’arrive pas à déchiffrer ceux-ci.

A peine ai-je terminer mon examen que je me sens tout à coup aspiré par mon corps.

Je me retrouve désormais dans ce corps. J’entrouvre les paupières et j’aperçois nettement les êtres qui m’entourent. Ils sont vêtus d’un uniforme sombre avec un sigle clair sur le coté gauche de la poitrine.

— Tout va bien me dit une voix d’homme en français avec un léger accent.

— Il s’est réveillé, il ne faut plus tarder nous avons déjà un bon quart d’heure de retard dit une autre voix qui soudain m’est familière.

Des yeux je cherche son propriétaire et j’aperçois Salvador, moustaches au beau fixe. Puis son image si je peux dire s’évanouit pour laisser la place à un personnage étrange, un être avec une tête plus grosse que le corps qui parait malingre. Je ne peux détacher mon regard du sien, un regard d’un noir profond et légèrement humide.

— La reine désire te parler en toute urgence me dit-il. Mais ses lèvres ne bougent pas. D’ailleurs il possède une bouche sans lèvre. Il échange avec moi par télépathie.

Au moment où je finis de traiter l’information je sens une secousse qui provient je l’imagine du vaisseau tout entier. Il s’est mis à accélérer et il m’emporte à une vitesse supraluminique vers l’inconnu.

2 réflexions sur “51. convocation d’urgence.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.