36. Notule 36

Dans le journal de Kafka, qui écrivait lui aussi pas mal de conneries, il faut bien le dire, j’avais été ravi de découvrir une page sur laquelle il n’y avait que deux mots.

« Aujourd’hui, rien. »

C’est drôlement tentant.

Et mensonger.

Mais comme je ne suis plus vraiment à un mensonge près…

je crois que j’ai plus peur de Google que du mensonge en général, qui m’accuserait de plagiat.

Mais même cette peur là à quoi bon ?

La nouvelle abrupte qu’en moins de 2 minutes la fin du monde serait pliée m’atterre

je n’ai même plus envie de me mettre en rogne, de trépigner.

Je me demande juste comment dépenser chaque seconde qui reste un peu moins bêtement que d’habitude lorsque je me croyais éternel.

mais, même ça me parait suspect.

Comme s’il fallait trouver du profit dans tout

même le pire, surtout dans le pire

Tout ça à cause des Grecs anciens et d’une pensée pratique à la mords moi le nœud.

Y a des jours où j’adorerais être né chinois hindou, modeste.

Et ça ne me rassure même pas

de constater que je ne suis pas le seul.

2 réflexions sur “36. Notule 36

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.