48. Notule 48

On peut aimer l’amour comme la poésie pour une idée que l’on s’en fait.

On peut tourner en rond ainsi, excentrique autour de son propre axe taré.

Mais même ce cycle là possède une fin comme un renouveau.

Inutile de vouloir s’échapper par volonté de la précession des équinoxes.

La bonne heure arrive lorsque la pendule s’évanouit.

2 réflexions sur “48. Notule 48

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.