58. Notule 58

Visage, peinture à l’huile sur Papier format 46×55 Patrick Blanchon 2022

S’il faut parler de dette je ne sais plus très bien qui est le créancier ni le débiteur. Il y a ce sentiment d’être en dette depuis toujours et qui s’associe de façon confuse avec le sens du devoir. Quelle tambouille ! Mais qui entretient cette confusion à seule fin de s’aveugler pour tenter d’y voir plus clair ?

Et plus clair que quoi?

Comme si la clarté entrevue ne suffisait pas, ne suffisait jamais et que cet à peu près, cet un peu près, ce presque déjà beaucoup trop près, nous reléguait à l’appétit de la nuit

pour que l’opération se réalise encore et encore, que le blanc de l’œil se révulse à la naissance d’une étoile.

Le mouvement perpétuel qui s’établit ainsi : devoir rendre après avoir avalé.

Des milliers de couleuvres sur l’asphalte tentent de traverser la petite départementale devant les roues de mon véhicule que je ne peux ni veux stopper. Il y aura forcément des dégâts, mais le gros de la troupe atteint le talus inexorablement.

C’est à ce moment que l’on comprend qu’un événement n’est pas un singleton. Qu’une note est forcément reliée à toutes les autres, et qu’on ne peut être que le silence entre ces phénomènes.

Donc, à quel moment vraiment peut-on parler de dette vraiment ? Et comment imaginer rembourser quand on ne sait plus qui emprunte et qui donne ?

Cette liberté là existe depuis le début, elle se faufile à travers les jugements, les rejets, les exils,

vaille que vaille.

—C’est comme si tout t’est dû, me dit une voix de femme très tôt comme on rabâche une plainte

—Il faut gagner sa vie et rembourser toutes ses dettes continue t’elle encore.

— Rubis sur l’ongle tu entends, on dirait qu’elle se moque.

Et je comprends qu’elle aussi répète quelque chose d’ancien porté par Borée à travers la plaine.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.