Marchés

J’ai été élevé quasiment sur les marchés, entre le marchand de légumes et le crémier. Mes grands parents étaient marchands de volaille et à 7 ans on me mettait déjà un crayon sur l’oreille. Et puis les premiers rudiments pour haranguer les foules naturellement. Sur tous les tons suivant la tête du chaland. J’en connais un rayon, je peux bien le dire et sans ciller.

Et donc me voici peintre contre toute attente. Sans doute à cause d’une overdose. J’ai haussé les épaules vis à vis du patrimoine familial, de mon talent commercial.

Détourné la tête et les yeux de tout ce charabia entre la faim le désir l’achat compulsif les ripailles et la satiété des dimanches.

La répétition dégoûte.

Et me voici face à ce marché, celui de l’art.

Ce n’est pas différent de la foire aux bestiaux.

Il y a un groupe de maquignon, avec leurs aides qui tâte les couilles des taureaux. Et puis des clients en pagaille et beaucoup de boniments.

Des prix d’excellence des salons des médailles.

Et surtout des valeurs sûres qui ne changent pas, pour un sou investi 10 doivent être rapportés.

A part ça il y a aussi les marchés de dupes avec les marques repère. Des foires à deux balles pour les pauvres les illusionnés, bien moins chères, et qui sont de bien moindre rapport.

Pour que les apprentis maquignons s’exercent, supputent et tirent des plans sur la comète.

C’est même devenu un jeu de prendre un artiste au hasard et de miser sur sa cote si je puis dire, pour s’exercer avant d’avoir les billes nécessaires pour entrer dans la cour des grands.

Le taureau est souvent une chèvre ou un mouton, peu importe puisque dans ce marché low cost il ne compte que pour du beurre.

L’important c’est la compréhension des rouages fins de l’entre soi.

De perpétrer un savoir faire.

Donc voici pourquoi Picasso s’est mis à défigurer Velasquez

Garouste à désosser Goya

Et désormais tant d’autres les copient.

C’est pas pour l’art bien sûr c’est pour l’histoire de l’art et qu’elle continue à tourner en rond, avec si possible un tas de zéros qui réjouissent les maquignons.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.