A quoi ça sert de prendre des notes qu’on ne relit jamais ?

Des fois j’ai envie de relire mes notes, comme des fois j’ai envie d’entrer dans une boulangerie et d’acheter 4 religieuses. Quand j’avale du sucré j’ai une moiteur autour des yeux qui vient systématiquement, je le sais, ça ne m’empêche pas de recommencer. Quand je relis mes notes je les trouve débiles, donc par contre j’évite de les relire. On aime se faire du mal mais pas n’importe comment. Il faut y mettre un minimum de forme, c’est comme pour tout. On apprend ça avec le temps, l’âge, la fatigue aussi probablement. Et puis la mort crée une urgence. On se dit qu’on n’a pas le temps. Que se relire serait un risque de tout détruire, par agacement, par dépit, par cette même folie qui s’empare d’un maître de cérémonie du thé qui d’un coup proche du dernier souffle envoie tout valdinguer dans la cambuse.

Il faudrait s’aimer mieux, mais on ne l’apprend pas à l’école. En tous cas je ne me souviens pas d’avoir vu ça au programme. Surtout dans les écoles catholiques ou j’ai usé mes fonds de culotte. Cette abnégation qu’on nous enseigne, cette antichambre de la culpabilité quasi permanente qui nous suivra, est certainement bien plus profitable. A qui ? Toujours les mêmes depuis la nuits des temps. Soulever ce joug là, le constater déjà n’est pas une sinécure, s’en défaire encore moins.

Alors prendre des notes et ne jamais les relire c’est aussi ça la résistance, c’est se dire que ce qu’on note appartient à un instant T et qu’il n’y a aucune raison de le modifier, d’en tirer un quelconque profit, la haine du profit peut aller jusque là. Ou rien.

Autrefois j’avais cette hantise qu’on puisse tomber sur toutes ces notes et que ça blesse, vexe, déçoive qui les lirait. Qu’on puisse n’avoir plus que ça dans les mains sous le nez quand je ne serai plus là, j’avais peur de cette image laissée derrière moi après ma mort. Des que j’ai commencé à écrire cette peur ne m’a plus quitté. Ça ne m’a pas arrêté pour autant. J’ai persisté malgré ça. C’est comme ce blog dans le fond. Je ne relis jamais, ça s’accumule, et en prime j’ai tout publié comme pour aller encore plus loin que je n’avais jamais été. Pour que cette image dont j’ai toujours eu peur, qui m’effrayait, qui effrayait surtout moi même , je puisse l’amadouer de mon vivant comme si j’étais déjà mort. Ça peut paraître complètement foutraque bien sûr. Les choses sont plus simples, j’entends déjà, que de peine tu t’infliges pour des prunes et tout et tout, et surtout ça ne rapporte rien. Le grand mot est encore une fois lâché, le rapport.

Toujours détesté les rapports et les rapporteurs. Tout ceux qui auraient sans hésiter collaboré avec l’ennemi l’air de rien en dénonçant un ou deux juifs, un tzigane, un communiste. Ils sont plus nombreux qu’on l’imagine encore aujourd’hui. Et eux les notes ils adorent les relire, scrupuleusement en quête de la moindre faille, la plus petite anomalie afin de s’améliorer scientifiquement dans l’élaboration abjecte de leurs rapports dossiers mémento.

Les notes sont elles faites pour ça ? Moi je vois plutôt ça comme un graffiti dans les chiottes, une façon d’exister si on veut par l’opposition, par la rature, le gribouillage, la bite qu’on dessine à la va vite avec sa paire de couilles sur la porte, sur le mur. Ceux tellement propres surtout.

J’ai lu un article hier ou des archéologues étaient tout ébaubis d’avoir découvert une bite et une insulte datant de l’époque romaine sur un bas relief. Voilà une note comme j’aime, qui traverse le temps sans encombre et qui nous enseigne surtout quelque chose d’essentiel. A savoir que dans les temps les plus reculés ce qui comptait déjà c’était de rédiger une note, de dessiner une bite, et puis de continuer sa vie ensuite avec soulagement certainement d’avoir déposé un truc personnel, une crotte un poème un juron, et quelle importance dans ce cas de se demander si oui ou non il faut se relire ? A part peut être pour se souvenir d’une culpabilité ou d’une satisfaction de l’avoir fait. pour mesurer une distance, un progrès vers la liberté d’être soi.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.