Un rêve tellement réel

un rêve te réveille au petit matin, regarde cette phrase un rêve te réveille au petit matin pourquoi petit il est 5 heures c’est le matin et le coq chante tu l’entends la pluie est tombée mais moins qu’on l’espérait parce qu’on espère à présent la pluie comme autrefois on espérait de grandes choses et la chatte a trouvé encore le moyen d’arriver sur le toit, en grimpant au tronc de l’olivier qui touche le toit impossible par contre de modifier l’orientation de l’olivier le pot est gigantesque et lourd et tu te sens vieux et que peut être tu l’es vraiment vieux et faible un rêve donc tu disais il parlait de quoi ce rêve tu avais oublié un petit chien quelque part dans une banlieue mais ce n’était pas ton chien, c’était le chien de toute une bande une famille apparemment que tu fréquentais et c’était si réel que la possibilité souvent imaginée que tu puisses vivre sur plusieurs strates, sur des mondes parallèles s’est à nouveau représentée il y avait ce petit chien mais tu avais une bagnole comme ici une vieille Twingo bleue dont le tapis de sol est déchiré pareil par endroit et dont la portière coté conducteur pareillement ferme mal est ce à cause du bleu de la Twingo que ce rêve est arrivé en tout cas il y avait cette femme et vous vous étiez à nouveau rencontrés comme dans d’autres rêves cela te revient à présent mais qu’est ce que toute cette smala venait foutre là et ce petit chien que je connaissais que vaguement et qui avait été oublié par inadvertance quelque part dans une banlieue je crois que c’est vers Bron ou saint Priest dans un parking quelque chose comme ça peut être Ikea en tous cas un bâtiment immense et il fallait de toute urgence y retourner pour retrouver le chien la nuit et par intermittence tu essayais au sein même du rêve de te souvenir de quelque chose de plus précis à propos du chien pourquoi tu voyais cette femme revenir mais pas dans le même lieu c’était en Espagne peut-être on se rencontrait dans l’ allée bordée de lauriers roses d’une résidence et on faisait mine de s’étonner de se retrouver là soudain par hasard c’était codé comme du théâtre No oh c’était assez drôle ou comique mais en dessous si grave si ce n’était pas à l’intérieur du rêve grave vraiment solennel au début elle est une inconnue puis on se souvient puis tout revient tous les souvenirs de ces moments passés ensemble une rencontre à rebours et tu n’étais pas fier mais elle ne disait rien et comme elle ne disait rien tu espérais tu devais espérer que vous vous comprendriez enfin vous enlaceriez enfin peut-être pour sceller une bonne fois quelque chose mais ça ne se fait pas ça ne se fait jamais à un moment elle passe et tout parait sur le point d’arriver comme vaguement espéré finalement puis l’instant d’après vous revoici parfaits étrangers en tous cas si tu es entouré ce n’est pas par elle c’est par d’autres personnes et ça la stoppe net alors que peut-être déjà elle allait s’élancer vers toi non du coup elle ne s’approche pas elle met des lunettes noires et elle disparait et tu restes avec dans la bouche un gout bizarre et c’est là qu’on te demande si tu as pensé au chien tu ne savais pas que tu avais aussi à penser à ça en plus mais pour continuer à rester là peut-être pour rester avec eux tu montais dans la voiture et partais dans la nuit du coté de Bron ou Saint Priest dans un coin reculé obscur qui lorsque tu t’en souviens maintenant t’évoque vaguement un magasin Ikea un magasin de bricolage avec son cheminement préparé pour les chalands un chemin implacable et cette obligation une fois que l’on s’y est engagé d’aller jusqu’au bout jusqu’aux caisses jusqu’à la sortie du magasin il est tout à fait improbable que tu retrouves un chien un petit chien que tu ne connais presque pas comme il est improbable tu le sens à présent que cette femme et toi vous vous recroisiez encore il est probable que ces deux improbables veuille dire une certaine chose sur l’improbable car ce sont deux improbables dans cette réalité mais laquelle celle de tous les jours ici ou celle du rêve là bas ce rêve qui est tellement réel que ton cœur en reste lourd qu’encore une fois tu te sens encore coupable de ne pas avoir su faire tel ou tel bon choix encore une fois sans savoir de quoi et triste au réveil à moins que que cette ambiguïté entre rêve et réalité n’est là seulement pour t’indiquer que tu peux aussi être triste en t’endormant dans un autre rêve une autre réalité que tu nommes un rêve comme dans ce rêve là qui te rend triste à ce que tu nommes ton réveil dans le matin et tu ajoutes petit pour amoindrir le fait qu’il s’agit d’un matin où le coq chante à travers le temps extrêmement bizarrement

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.