Encore un mot sur les commentaires

Plus j’avance, plus j’ai l’impression d’avancer, est-ce que j’utilise le bon mot quand j’utilise ce verbe, car il signifie se rendre à une destination implicitement et je ne parviens toujours pas à en définir une pour ce blog, simplement j’ajoute des textes au fur et à mesure où le temps passe, où les journées se succèdent les unes aux autres dans ce que je peux parfois nommer « l’inéluctable », en un mot vers une fin, vers la mort soyons clair, plus j’écris au fur et à mesure du temps qui passe moins j’ai l´impression où le sentiment de savoir vraiment écrire. cela vient surtout du fait que je considère ces textes comme des notes, des brouillons, des esquisses que je réalise en vue de quelque chose d’autre, un livre à venir peut-être, tout en le plaçant toujours dans un avenir flou sans date sans contour et surtout sans fil directeur encore.

Cet atelier d’écriture avec François Bon est encore une occasion, un prétexte sans doute pour essayer d’élucider quelque chose concernant la notion de thème. Je me rends compte à quel point tout concourt au fond de moi pour échapper systématiquement à la consigne, surtout si j’essaie avec une étonnante « bonne volonté » de m’y résoudre. Plus j’y mets de la bonne volonté moins je n’y parviens en fait ce qui est risible, et me rappelle une scolarité fondée presque tout le temps sur le malentendu.

Ma grand-mère paternelle disait que je cherchais le bâton pour me faire battre, le cherchais ou le choisissais, soudain même cette expression m’échappe, se dissout, je n’en suis plus certain. En tout cas elle avait décelé chez moi une anomalie, une singularité qui l’avait effrayée et qu’elle devait juger d’assez mauvais augure.

C’est que je me bats contre quelque chose à chaque phrase, à chaque ligne, presqu’a chaque mot sans même en prendre conscience au moment où j’écris, c’est en relisant que je m’en aperçois. Et surtout quand il s’agit de commentaires, en écrire comme en lire, même difficulté de relecture, car les sens peuvent être si multiples qu’ils créent souvent une mise en abîme de cette notion de sens, souvent j’essaie de m’accrocher à un premier degré, à un sens commun mais c’est presque toujours le résultat d’une capitulation. Ce qui au bout du compte me rend méfiant envers tout commentaire, autant ceux d’autrui que les miens vis à vis d’autres. D’où des périodes plus ou moins longues, variables, durant lesquelles je n’arrive plus à aligner deux mots de commentaire et surtout je n’arrive plus vraiment à lire ceux que l’on m’écrit sans en être troublé, effrayé.

Grâce à cet atelier d’écriture je me rends compte aussi que très peu commentent, et que lorsque il y a commentaire cela tient plus du signe comme pour dire « coucou je t’ai lu, tu n’es pas tout seul » ce qu’aussitôt j’interprète sans doute mal comme une sorte d’appel du pied pour aller lire les textes des auteurs qui me font ce genre de signe, comme si je me sentais redevable, obligé par une convention que je me suis inventée seul de lire leurs textes voire de les commenter également. C’est la forme de politesse que j’apprécie le moins car elle n’a rien à voir avec la politesse. C’est bien plus du donnant donnant, un deal, c’est à dire encore une fois cette relation merdique que nous les gens créons entre nous désormais sans même y faire vraiment attention. Une façade.D’ailleurs si je résiste, si je ne commente pas les textes des autres je n’obtiens plus de commentaires non plus. C’est à dire que je tiens comme la preuve incontestable que j’ai bel et bien rompu un pacte et que le résultat de ce défaussement ne se laisse pas attendre longtemps.

Tout ça pour dire que je n’arrive pas à entretenir de vraies relations où tout du moins de relations durables sur internet mais aussi dans la vie souvent justement à cause de ce genre de deal qui me répugne sans que je ne parvienne à m’en expliquer les tenants et les aboutissants. peut-être ai je été si loin dans la solitude que bon nombre de réactions spontanées, normales, me sont devenues soit étrangères soit suspectes.

Pour m’en sortir pour rester à la surface commune des choses dans ce que j’en imagine, je ne trouve pas d’autre mode que de blaguer, parfois avec un humour douteux d’ailleurs, ou encore je retourne en enfance, à une spontanéité enfantine que je regrette presque aussitôt car elle réactive les mêmes douleurs qu’autrefois justement.

Peut-être que de façon enfantine j’espère encore en une gratuité vis à vis de laquelle l’adulte que je suis a renoncé surtout à cause des multiples déceptions crées par cet espoir enfantin.

Donc ce combat dans l’écriture et qui s’étend jusqu’aux commentaires, ce ne serait peut-être pas autre chose qu’une sorte de résistance enfantine à refuser l’horreur que l’adulte ne cesse de voir. Et personne ne gagne jamais vraiment, à chaque fois la guerre comme toutes les guerres s’achève temporairement par le compromis, des territoires qu’on cède après beaucoup de discussions, de tergiversations, en pesant bien les pour et les contre, bref une négociation continue perpétuelle, quasi commerciale, entre un épicier son fournisseur et ses clients.

12 réflexions sur “Encore un mot sur les commentaires

  1. Intéressant cette réflexion sur les commentaires. Sans doute un fond de vérité sur un échange tacite et implicite d’échange de bon procédé d’un blog à l’autre. Toutefois, le temps me semble un élément à prendre en compte. Les gens sont pour beaucoup dans l’immédiateté. Prendre le temps de ..disparaît du vocabulaire, du mode de vie, du quotidien. Même lire les propos d’un blogueur se fait en diagonale ou en Z comme on veut. Le maître mot étant d’aller vite entre deux tasses de café ou deux bouchées de sandwich ou encore deux gorgées de bière selon l’heure du rituel « lecture blog ». Ensuite un autre élément étant »Ai-je quelque chose à dire? » (faut déjà avoir lu et non juste balayer du regard le billet, l’article, l’histoire…) Est-ce que je prends appui sur la pensée dépliée de l’auteur pour entrer en communication avec lui ? Ne suis-je qu’un simple consommateur de mots ? Ne suis-je qu’un radar qui filtre de blog en blog LA BONNE IDEE qui me permettrait de me mettre MOI en lumière? Ouais je sais cela fait beaucoup de questions 🙂 Et pourtant c’est tout cela qui me semble entrer en jeu dans un potentiel commentaire ou non.
    Perso je commente très souvent et beaucoup de blogs sans rien attendre. C’est une façon de communiquer. Oui je vous l’accorde c’est souvent un monologue qui se termine par un « J »aime » qui ne veut rien dire de l’interlocuteur. A -t- il aimé mon propos, mon style, le fait que je sois venue le lire? Bref c’est tout aussi curieux que rien, juste une icône qui vous averti que quelqu’un est venu sur votre blog. Que vous ayez été lu, alors ça…chacun en son âme et conscience a la réponse qu’il veut bien se donner.

    Aimé par 3 personnes

      1. Patrick j’ose espérer que vous n’en prendrez pas ombrage 🙂 Il s’agissait d’ergoter à partir de votre réflexion sur l’écho qu’elle me faisait. Je suis ravie de mon audace car du coup vous avez eu des commentaires 🙂

        J’aime

    1. Ouais bah moi j’ai fait des kilomètres pour boire une tasse de café avec des gens que je ne connaissais pas, pour apprendre qui ils étaient. Bah on m’a prise pour une dingue de vouloir passer outre un écran. Je ne parle pas de site de rencontres hein 🙂 nan, nan de gens lambda croisés dans des ateliers en visio, des blogs, réseaux sociaux. A l’ère de la communication, je m’interroge sur la véritable envie de communiquer des gens.

      Aimé par 2 personnes

      1. c’est une vraie question qu’il ne faut hélas ne pas perdre de vue surtout car elle peut faire gagner pas mal de temps, encore que gagner, perdre du temps on ne sache jamais ce que ça veut dire vraiment au moment où on le fait. Merci en tous cas pour le commentaire et bonne journée !

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.