La ville

Rue Jobbé Duval

Evidemment ce n’est pas la rue de Gaité de Perec, il y a longtemps que je n’habite plus à Paris sinon j’aurais probablement essayé le coup des enveloppes et aussi le découpage réel / imagination, mais je n’habite plus à Paris depuis bien longtemps tout ce que j’ai c’est Google Earth et la mémoire pas très fiable d’ailleurs la mémoire c’est pour ça que je m’appuie sur des photographies mais même avec des photographies ce n’est pas non très fiable la mémoire. En tous cas j’essaie on verra bien quelques textes par ci par là au fur et à mesure dans l’ordre où ça me revient on verra bien

Les pavés sous les pneus des roues de la voiture, on ne dit pas encore véhicule, les pavés et les pneus de la voiture qui roule sur les pavés c’est la première sensation physique de la ville, ça fait quelque chose comme tougoudougoudou tougoudougoudou on tourne on va tout droit tougoudougoudou on tourne on va tout droit tougoudougoudou et puis à un moment on ralenti une voix dit on arrive, une autre répond merde il n’y a encore pas de place, on se gare en double file pour décharger les valises. La rue Jobbé Duval est légèrement en pente alors on peut entendre le bruit du frein à main accompagné du bruit mou d’une vitesse qu’on passe avant de couper le moteur. Pas longtemps il faut faire vite pour décharger les valises. Klaxon d’un camion, peut-être un de ces gros camion poubelle il faut se dépêcher, portière qui claque, redémarrage du moteur, une odeur d’essence très agréable et puis l’odeur de la ville, l’odeur de Paris, indéfinissable mais reconnaissable entre toutes.

Quelques arbres chétifs désormais, autrefois il n’y avait qu’un seul arbre dont le tronc était enserré à sa base dans une plaque de fonte décorée de motifs amusants, des motifs plutôt géométriques et avec une légère ressemblance à des motifs floraux, des feuilles d’acacia, cela faisait penser à des feuilles d’acacia comme il y en avait sur les acacias au bord du canal dans l’Allier une plaque de fonte de forme circulaire comme on en faisait en ce temps là, peut-être au siècle dernier et même celui d’avant, peut-être des plaques crées pour la ville à l’époque de l’Art nouveau quand il y avait encore des fonderies dans la ville, avant que les fonderies ne deviennent des salles de spectacles des musées des cinémas mais ça ne se fait plus de poser ce genre de plaque circulaire en fonte ouvragée comme celle-ci sur un ilot circulaire bordé d’un fin liseré de pierres taillées , au beau milieu de la rue Jobbé Duval. Cette petite rue qui commence rue des Morillons et s’achève à la rue Dombasle à moins que l’on prenne la rue dans l’autre sens ce sera évidemment le contraire dans le 15ème arrondissement de Paris autrefois ce petit arbre chétif était le seul arbre de la rue, et il n’y avait pas de banc pour s’asseoir aujourd’hui ils ont planté plusieurs arbres mais ce sont des arbres aussi chétifs que le premier et ils ont ajouté un banc. Qui peut venir s’asseoir ici sur ce banc. En tous cas c’est à cet endroit, en ce lieu que la rue forme une sorte de renflement ça ressemble à une petite place mais c’est une place sans nom puisque tout du long la rue s’appelle Jobbé Duval.

c’est au 15 bis de la rue Jobbé Duval, une lourde porte que l’on pousse après avoir poussé sur un petit bouton qui dépasse d’une petite plaque dorée il se trouve au milieu de la plaque dorée et il dépasse, pas de beaucoup mais suffisamment pour que l’on comprenne que c’est sur ce bouton là qu’il faut appuyer, le bouton, la plaque dorée tout est près de la porte ça fait un bruit long de grésillement quand la porte s’ouvre mais elle ne s’ouvre pas toute seule il faut la pousser elle est très lourde. Ils habitent tout en haut de cet immeuble il faut traverser un couloir avec des glaces, on dit des glaces mais elles ne se mangent pas ce sont des miroirs ces glaces et elles sont sur les murs de chaque coté du couloir on peut se voir dans la glace puis dans l’autre glace puis on pousse une autre porte, vitrée celle-ci mais beaucoup plus légère une porte plume et on se retrouve devant la porte de la loge des concierges, on les appelle les Gassion il y a un monsieur et une madame Gassion, sur la porte de la loge des concierges, de madame et de monsieur Gassion il y a un rideau et sur le rideau une fausse cigale en plastique. quand on toque à la porte de la loge pour dire bonjour comment allez-vous madame et monsieur Gassion on entend le bruit d’une cigale et aussi le gazouillement d’un canari c’est un vrai canari jaune dans une cage métallique mais la cigale c’est une fausse elle aussi . Il y a beaucoup de portes avant d’emprunter l’ascenseur à droite de la loge sous l’escalier si on ne veut pas monter 7 étages par l’escalier, un escalier avec un tapis rouge et qui sent l’encaustique et l’ odeur du café.

A l’angle de la rue Jobbe Duval et de la rue des Morillons si on remonte c’est sur la gauche si on descend c’est sur la droite il y a une boulangerie dont la devanture n’a presque pas changé. Il y a des choses qui changent dans la rue Jobbe Duval et il y a aussi des choses qui ne changent pas. Le marchand de couleur par exemple a changé, il n’a pas seulement changé, il a disparu complètement, à la place il y a un salon de beauté. Par contre la boulangerie est toujours là et sa devanture n’a presque pas changé. Les propriétaires ont changé, et aussi la présentation des choses à l’intérieur de la boulangerie, avant sur la gauche lorsqu’on entrait dans la boulangerie il y avait un présentoir qui ressemble à un présentoir de parapluies sauf qu’à la place des parapluies le boulanger plaçait des surprises . Dans ces surprises il y avait une surprise et beaucoup de papier journal chiffonné en boules, la surprise c’était un jouet en plastique et il y avait aussi je crois bien des bonbons.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.