Boomerang

En pleine figure, le retour. Tout rire est une brûlure, un acide. Et il faut encore se mettre à genoux, remercier pour ça. Comment ça faire autrement, vous ne savez pas de quoi vous parlez. Ah vous êtes fringuante pleine de morgue. Mais oui comme c’est frais et divertissant. Sauf que non j’ai du mal à sourire, j’ai pris le boomerang en pleine gueule, regardez, regardez les dents, regardez cette peau avec toutes ces crevasses ces rides ces imperfections, ces poils qui me sortent des oreilles du nez de partout. Oh oui je sais, vous allez pousser le bouchon, vous allez vous mettre à m’aimer, à vouloir me sauver. Je connais tout ça par cœur sur le bout des doigts. Si je n’étais pas si peureux d’en prendre un autre dans la gueule, je ne te dirais qu’une seule chose, une chose tellement désespérée, une chose qui te fera bien rire tant et tant, et t’enfuir au loin, il faut l’espérer:

Retire ta culotte.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.