Et que rien soit la mort

Escaliers, Chora, Andros, Grèce.

Location d’un scooter, être moins dépendant des bus, découvrir autrement. C’est dans un virage entre korthi et Chora, Andros, que l’idée de la mort resurgit. Le ciel bleu, la chaleur, peut-être un moment d’insouciance. Et aussitôt la pensée que ce n’est peut-être pas si grave. Que mourir n’est qu’un moment comme tout autre moment. Que ce n’est rien, que ce rien c’est autant la mort que la vie. Que c’est comme tout. Et pour en finir que rien soit la mort. Écrire permet cela comme peindre. Si l’on dépouille de tout enjeu séculaire ces deux activités on peut pénétrer dans une forme très active du rien. On peut se rendre compte que tout et rien n’a pas de séparation pas de frontière, ni de limite. Que la forme d’une création quelque soit ce qu’on en juge se suffit à elle seule. Qu’en s’achevant elle nous achève. Mais ce mouvement est continu. Et il s’échange d’être à être, peu importe le masque, l’apparence que revêt celui-ci.

3 réflexions sur “Et que rien soit la mort

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.