le déni.

Aglaé, la choquée. peinture par Cathy Art majeur.

Ingénument j’aurais voulu qu’elle prononce le mot bite à haute voix. C’était sa mise élégante, son port de tête admirable, en un mot sa tenue irréprochable qui, certainement, configuration tellement complexe pour mon esprit appauvrit par de multiples privations, avait soudain déclenché ce caprice. Que cherchais-je donc ainsi à entendre sinon le bruit de la banquise qui se fêle, se fractionne, s’éparpille, puis fonde comme le glaçon qu’elle venait de lâcher avec la pince d’argent dans mon verre de Ballantines. J’essayais encore de m’accrocher à la logique, ou à une quelconque velleite esthétique. Une association fortuite, musicale et pourquoi pas joyeuse avec le plouf du cube glacé heurtant la surface de l’alcool. Oui, certainement l’eût- t’elle prononcé, ce mot sur lequel elle buta résolument, nos échanges par la suite s’en seraient grandement améliorés. Au lieu de cela son regard se chargea de pitié, presque de condescendance. Et malgré tous les indices m’indiquant le reproche et le lieu de ma culpabilité, mon esprit se mît à battre la campagne ne s’attachant plus qu’aux rougeurs aperçues sur ses joues. Et dont bien sûr je ne savais que faire ni penser dans mon effroyable ingénuité . Presque aussitôt le mot salope me vint tout naturellement à l’esprit puis, horrifié par ce que venais de m’entendre prononcer et une fois que ma gêne et la dame se furent éclipsés, je dû me rendre à l’évidence : je venais tout simplement de vivre ma première experience accompagnée dans le domaine du surnaturel. Contre toute attente l’entité qui avait coutume de me posséder silencieusement dans ma perpétuelle solitude s’était soudain enhardie. Elle parlait désormais par ma bouche et je me retrouvais banni des hautes sphères de la société que je venais tout juste de découvrir et de pénétrer. Dans une totale insouciance du reste. Je finis par me convaincre d’être devenu la victime de ses misérables incartades ectoplasmiques. Puis que le rôle de victime m’était dévolu par le destin. Alors, je décidais de ne plus me poser de question, de recommencer si besoin était, autant de fois qu’il serait nécessaire, pour bien ancrer en moi cette toute nouvelle autant que stupéfiante conviction.

2 réflexions sur “le déni.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.