Nostalgie

Susan Sontag

Lire un journal. Ces alternances entre quotidien, extérieur, intérieur, paragraphes de tailles différentes, le vide ou la photographie entre. Cela ressemble à la vie. Ces engouements pour les journaux, Leautaud, Calaferte, Nin, Woolf, Kafka… et tant d’autres finalement se confondent désormais en une seule entité. Quelqu’un écrit un journal. Quelqu’un dessine un morceau de vie, ou qui y ressemble. Quand comment pour quelles raison ai-je cessé d’écrire un journal… je reviens toujours à cet événement d’avoir brûlé tous ces carnets. À l’impossibilité découverte de ne pouvoir reprendre le cours de ce type d’écriture « comme avant »

Le blog est-il un journal ? Bien sûr que non. Conscient de tout l’imaginaire auquel s’associe l’acte d’écrire, il ne m’est désormais plus possible d’écrire « naïvement » tous les micro événements d’une simple journée. Presqu’aussitôt ceux-ci s’évadent vers un récit. Pas possible de me duper sur ce point.

Et cette nostalgie est de la cendre rien que ce résidu consumé qui flotte encore dans la mémoire. De la poussière avec laquelle joue la lumière. D’où vient cette lumière ? Aucune idée. C’est ma limite.

3 réflexions sur “Nostalgie

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.