vrombissement

Lorsque j’y repense aussitôt le mot vrombissement. Possible qu’un insecte se soit trouvé au même moment prisonnier des grands rideaux tirés contre les vitres. Qu’il tenta à ce moment même de s’échapper. En tous cas ce bruit reste associé au souvenir de la scène . Peut-être les prémisses d’une sorte de prémonition. N’étais-je pas réduit au genre bidule volant, celui des insectes genre bourdon tout compte fait. Un bon petit soldat gonflé à bloc prêt à point pour sauter par dessus la tranchée et en prendre plein l’abdomen. Une sorte de gâte- sauce pour tourner le miel avec sa cuillère en bois. Mais surtout ne mégotons pas. Quand je pense au vrombissement c’est à sa matrice que je pensais. Un ronflement de moteur d’avion fabuleux, extraordinaire, un vortex de vibrations qui m’entraînerait à coup sûr vers mon dernier souffle si toutefois je daignais. C’était gros comme l’empire state building au moins. Encore que de toutes les morts auxquelles j’avais déjà rêvées, celle de crever englouti, étouffé par une vulve insondable ne pouvait sûrement pas être la plus bête de toutes. Ça poserait même probablement son homme. Même niveau que certains présidents de la RF ou de magnats libidineux et richissimes de l’agroalimentaire. Parvenir enfin au spasme définitif en même temps que se vider, se répandre dans une apothéose lumineuse, le regard révulsé lâchant à regret de l’œil et de la paume ses seins généreux , me retrouver sous forme ectoplasmique coincé entre le rideau et la vitre. Être cet insecte enfin clairement, sans la plus petite ambiguïté, être tout et rien en même temps enfin. Et puis voir la scène de haut, avec une indifférence magistrale. Sans doute une bonne intro au fameux nirvâna. Mais non au lieu de ça, je fis ma coquette, ma begueule. Je me cramponnai tout à coup à mon statut professionnel. Évident que j’allais tirer ses négatifs, avec plaisir même, puisque il était entendu que je serai rémunéré. Mais de là à servir de chair à canon, devenir canon ou homme canon, non merci. Enfin pas tout de suite. Un minimum d’entregent, de faux hasard, de délicatesse, voire de tendresse si possible, un verre de whisky à défaut de gnole. Que tout ne soit pas une braderie où j’aurais été un lot parmi d’autres, sorte de peluche qu’on chope au ball-trap, un bonus. Ce jour là il ne se passa strictement rien. A un moment quelqu’un, elle ou moi, je ne sais plus, a dû ouvrir l’une des fenêtres et l’insecte a disparu. L’atelier où nous étions devint un lieu beaucoup plus calme. Une mobylette passa un peu plus loin sur le boulevard, ce qui me fit sursauter légèrement. Mais j’étais tellement sur les nerfs pour un rien en ce temps là, je me mis à respirer à fond comme j’en avais acquis l’habitude. Et nous passâmes soudain à autre chose.

4 réflexions sur “vrombissement

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.