lire à haute voix

divers essais de lecture à haute voix ces derniers jours me laissent sur le flanc quand je mesure à nouveau la quantité de travail à fournir afin que le résultat ne soit pas d’un ridicule achevé. Mais je peux me déclarer au moins content de cette prise de conscience, sans laquelle aucun point de départ digne de ce nom ne serait envisageable. Sans laquelle je continuerais à patauger à l’intérieur de mes propres illusions. Avant de lire à haute voix il apparaît nettement qu’il faille d’abord lire le plus silencieusement possible le texte que l’on désire restituer. Par exemple les premiers mots de la confusion des sentiments-– livre que je ne cesse de lire et relire depuis une bonne semaine désormais — et que je pense comprendre à première lecture mais qui devient de plus en plus retors au fur et à mesure où je reprends chaque page chaque paragraphe chaque phrase et même chacun des mots. C’est bien là le même écart toujours que j’y perçois de la même façon entre les mots que j’écrirais dans un premier jet et leur relecture quelques jours semaines années plus tard. Avec la question lancinante : que cherche vraiment à dire l’auteur, le personnage et ce que j’en comprends vraiment moi-même dans l’immédiateté d’une première lecture : à vrai dire pas grand chose de réel. force est de constater que l’on croit bien plus comprendre que l’on comprend vraiment. et si cela se produit de cette façon pour un livre qu’en est-il de toutes les interactions d’une seule journée. Sans doute que le réflexe ancien qui m’entraîna à noter sur des carnets le récit de mes journées, au fur et à mesure qu’elles s’étaient écoulées doit avoir une relation intime avec le doute d’en avoir saisi quoique ce soit de réel justement.

Trouver le ton est une chose mais il en est une seconde, plus insidieuse si on n’y prend pas garde. celle de se trouver en mesure de conserver ce ton durant plusieurs paragraphes, plusieurs pages, un livre entier. Et il semble que ce n’est pas tant une affaire de souffle qu’encore une fois une compréhension intime du texte. Parvenir à retrouver le rythme de l’auteur au moment même où les phrases naissaient dans son esprit s’écrivaient sur le papier. Et donc je peux déjà percevoir qu’il existe deux types de lecture à haute voix. Une qui s’emparerait d’un texte afin de se mettre en avant, une lecture narcissique, et une autre plus humble plus terne plus servile qui se mettrait au service du texte tout simplement sans avoir besoin d’effet, d’en ajouter. Je me suis mis à songer à l’acteur Michael Lonsdale. De mémoire il me semble qu’il fut un des seuls à toujours conserver une intégrité de lui-même quelque soit le texte qu’il lisait et pourtant sans jamais produire le moindre effet, la moindre manifestation d’une interprétation personnelle. comment est-ce possible c’est un grand mystère.

7 réflexions sur “lire à haute voix

  1. Lire à haute voix est un plaisir pour beaucoup mais c’est aussi un art. Même le ton de la voix, la tessiture sont importants, tout comme la technique qui demande apprentissage et entraînement. ça se travaille. Au bout du compte, il s’agit de s’effacer derrière le texte pour exprimer sa subtilité.

    Aimé par 1 personne

  2. Je me joins pour Michael Lonsdale. Le souvenir de son Zarathoustra.

    S’il s’agit juste de lire, de servir le texte brut, sans fioriture, l’effacement oui.
    S’il s’agit de performer, au travail de la voix s’ajoutent d’autres éléments, de sons, de chuchotements etc Les deux sont intéressants pour travailler cet élément de l’oralité.
    Il y a ensuite l’étape du texte mis en musique voire chanté, qui nécessite d’autres atouts que je n’ai pas…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.