De l’impossible

une nouvelle toile un nouveau départ à partir d’un fond noir, huile sur toile 70×70

Impossible de ne pas écrire, impossible d’écrire dans une langue étrangère, le français, impossible d’écrire dans une langue maternelle inconnue, mais est-ce l’estonien. l’estonien n’est au bout du compte qu’un symbole. tout comme ces diverses tentatives parfois fructueuses pour apprendre l’hébreu, le farsi, le sanskrit et bien évidemment l’anglais et l’allemand. Mais la langue de l’autre, n’importe qui, suffirait pour faire ressurgir l’échec. Tenter de tracer un périmètre une fois encore à la tour de Babel. Voué dés le départ à la ruine de l’orgueil ou la vanité qui auront fomenté un dessein si singulier si stupide. C’est là l’origine d’une singularité et de tous les malentendus permanents qui en découlent. Singularité prise au début comme une sorte d’avantage dans sa flamboyance initiale, alors qu’il s’avère qu’elle est tout le contraire, un handicap. Le plus terne du terne. Et la compréhension que ce ne pouvait pas en être autrement qu’ainsi. Pour plagier Kafka – dans ce combat entre le monde et toi, seconde le monde. C’est à dire fonce dans cette singularité, détruis-là par tous les moyens possibles, imaginables. Un être seul ne peut pas vivre ainsi dans le monde. Il ne peut jamais que mesurer l’écart entre le monde et lui. Et, ce faisant débarrasser le monde d’une singularité qui ne lui appartient en rien, dont il n’est jamais conscient. l’impossibilité ontologique du monde de posséder une telle conscience. Il n’en a pas besoin voilà une vérité. la vérité du monde est d’être ce qu’il est quoiqu’il soit. La malediction d’une conscience faisant retour comme un boomerang, une éclaboussure, vers l’individu isolé. Soit encore une double impossibilité qui forme le fleuve coulant entre ces deux rives. Entre conscience de l’un et inconscience de tous. Ce qui finit par rendre caduque la conscience, la rendre ennemie. Et le désir bizarre parfois de plonger au sein du monde comme une brute, comme une bête, un animal. Mais Impossible désormais puisqu’on en aura justement pris note ou conscience.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.