carnet 37

cathédrale d’Amiens toute une mémoire dans la pierre. En pensant à Fulcanelli.

phrases retenues de mémoire. un genre d’autobiographie par les phrases dont on se souvient.

de 0 à 10 ans: télescopages entre les slogans familiaux, amicaux et scolaires.

Mais Jacques Prévert résume assez bien la période, une des premières récitations apprises à l’école communale de Vallon-en Sully. La grasse matinée.

-Il est terrible

le petit bruit de l’œuf dur cassé sur un comptoir d’étain il est terrible ce bruit

quand il remue dans la mémoire de l’homme qui a faim

mon père :

-un bon tiens vaut mieux que deux tu l’auras.

Mon meilleur ami de l’époque à propos des filles.

-il suffit d’y penser, de le vouloir, tu peux toutes les avoir.

10 à 20 ans.

  • phrases de chansons
  • phrases apprises en pension
  • phrases entendues dans une proximité et retenues comme marquantes.
  • phrases parfois bizarres mais que l’on conserve dans un recoin de la mémoire parce que l’on y pressent une prophétie plus ou moins claire ou vague.
  • phrases qui servent à tenir
  • phrases qui servent à éprouver la présence du cœur dans la poitrine
  • phrases qui ne servent à rien mais qui musicalement apportent un peu de paix ou de plaisir.

l’embarras du choix. c’est comme autrefois la page où la toile blanche. Rien ne vient. ce n’est pas que ça manque mais impression que tant de choses se pressent pour arriver en premier au moment où le rideau des soldes s’ouvre.

phrase dite avant la rupture avec P.

  • jamais je n’aurai d’enfant avec toi tu ressembles trop à mon père.
  • heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage G.Brassens
  • l’un croyait en Dieu l’autre ni croyait pas.
  • Je suis le Ténébreux, – le Veuf, – l’Inconsolé,

Le Prince d’Aquitaine à la Tour abolie :

Ma seule Etoile est morte, – et mon luth constellé

Porte le Soleil noir de la Mélancolie. G.de Nerval.

Nul ne peut dire où je juche :

Je n’ai ni lit ni hamac.

Je ne connais d’autre huche

Si ce n’est mon estomac.

Mais j’ai planté mon bivac

Dans le pays de maraude,

Où sans lois, sans droits, sans trac,

Je suis le bon gueux qui rôde. Jean Richepin.

Tout, mes amis, tout peut nous servir dans les conditions où nous sommes. Je vous en prie, ne l’oubliez pas. l’île Mystérieuse Jules Vernes

Ses yeux ronds, son air à la fois satisfait et ahuri, le faisaient ressembler à une oie grasse qui digère dans la salutaire crainte du cuisinier.

Rien de plus charmant, en vérité, que ces promenades d’amour. L’imagination câline et inventive du Midi est là tout entière. C’est une véritable mascarade, fertile en petits bonheurs et à la portée des misérables

Enfin, ils mordaient aux plaisirs des riches ! Leurs appétits, aiguisés par trente ans de désirs contenus, montraient des dents féroces./ Zola les rougon macquart

La sociabilité des citadins m’attirait. L’absurdité qui régnait dans leurs moeurs m’amusait comme une farce enfantine, et dès lors que par nature j’étais bien au-delà de toutes les formes et conventions particulières en vigueur, je me jouais de toutes, les endossais et les ôtais tour à tour comme des habits de carnaval. Hyperion Holderlin

Je cherche fortune,

Autour du Chat Noir,

Au clair de la lune,

A Montmartre !

Je cherche fortune ;

Autour du Chat Noir,

Au clair de la lune,

le chat noir de Bruant

Un rat est venu dans ma chambre

Il a rongé la souricière

Il a arrêté la pendule

Et renversé le pot à bière

Je l’ai pris entre mes bras blancs

Il était chaud comme un enfant

Je l’ai bercé bien tendrement

Et je lui chantais doucement

Dors mon rat, mon flic, dors mon vieux bobby

Ne siffle pas sur les quais endormis

Quand je tiendrai la main de mon chéri / la fille de Londres P. Mac Orlan

Les images qui arrivent dans nos rêves n’exigent pas une connaissance du monde, elles nous invitent à habiter le monde. Il ne s’agit pas d’un savoir, qui est avoir ; il s’agit d’être. Roland Bies.

Le hasard est le plus grand romancier du monde, pour être fécond il n’y a qu’à l’étudier. Balzac.

ce qui manque cherche le dans ce que tu as. Koan zen.

j’accepte la grande aventure d’être moi. Simone de Beauvoir.

mon père : une connerie dans une bouteille il est capable de la casser pour la faire.

exercice intéressant qui mériterait de ne pas se limiter à un simple billet de blog. Il faudrait prendre plus de temps pour y penser. Et puis j’ai toujours 20 ans dans la tête, après la mémoire semble me faire défaut. A moins que la pudeur n’advienne enfin. Que je décide de ne pas tout dire.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.