L’excitation

Le cru ne t’excite que par ce qu’il suggère, autant dire qu’il ne t’excite pas sans cela. Que c’est la suggestion la cible. Dis-moi des mots crus mais si ceux-ci tombent d’une bouche ouvrière, d’une bouche qui peine à gagner son pain, d’une absence d’éducation, d’une grossièreté , d’une tendre maladresse – ce qui n’arrive jamais dans la réalité, mais plutôt de personnes distinguées où plutôt qui s’évertuent à le paraître ,mais que tu soupçonnes être d’une vulgarité crasse, alors tu te réjouis aussitôt, tu t’excites d’apercevoir une terre promise, celle où enfin la fausseté tombe le masque, est à nue dans sa sauvagerie sa fragilité, sa vulnérabilité. Serait-elle ainsi enfin acceptable voire aimable ? Cette guerre contre la fausseté qui t’occupa une vie entière semblable à toutes les guerres. Aussi inutile, puéril qu’elles le furent, le sont, le seront toujours. Dis- moi bite chatte suce lèche encore enfonce plus fort plus loin encore défonce moi et aussi cul queue salope salaud chienne chien couilles — vide donc ton putain de sac que l’on puisse enfin respirer et baiser comme des bêtes -en éloignant de nous toute cette confiture de sentiments factices hypocrites. Évidemment que ça ne se fait pas, que ce sera toujours mal pris sauf si… sauf si quoi au fond le sais-tu toi-même ? l’amphibologie de la baise et du baiser ne t’auras jamais échappée, sauf que tu ne l’as jamais résolue vraiment que tu te tiens toujours dans l’entre-deux. Tu commentes des commentaires de commentaires. Et si tu as souvent pensé depuis cet entre-deux pouvoir te glisser au travers de la décision, l’éviter, tu t’es sûrement ainsi complètement égaré. Et donc ton problème avec le choix n’est rien d’autre qu’un reflet de l’excitation que crée cet entre-deux. l’excitation et le doute. Puis le manque d’étonnement au fil des années de constater la dépression causé par la moindre certitude. D’ailleurs en peinture ce qui t’excite c’est de ne pas savoir ce qui va arriver, tu tâtonnes, tu essaies d’attraper ton désir qui se défile aussitôt que tu penses le saisir, le résultat ne t’importe qu’à la façon d’une ejaculation et cette tristesse cette solitude qui l’accompagnent.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.