le double voyage 01

Cette année cela fait des mois que tu ne cesses de te répéter le jour, la nuit il faut que je fasse quelque chose de moi Et cette pensée, cette obsession s’est transformée en projet, en l’idée d’un déplacement, comme si l’idée de partir, de se déplacer d’un point à un autre du monde pouvait provoquer une séparation véritable entre celui que tu considérais être et celui que tu imagines devenir. Comme si cette idée de voyage était une sorte de sas, un rite initiatique de l’ordre du passage entre la jeunesse et la maturité. Cette année tu ne veux pas caresser seulement un rêve comme les années précédentes, aussi tu as préparé tout le nécessaire pour t’arracher d’ici de ce petit appartement d’Aubervilliers, mais quelle expérience des préparatifs connaissais-tu alors, aucune. Tu n’as fait qu’imaginer que pour effectuer un tel voyage il te fallait surtout de l’argent, pas mal d’argent. Et cela fait des mois que tu as deux emplois, le premier t’occupe de 7h30 à 17h et le second de 19h a 6h du matin. Tes journées s’effectuent à Bobigny dans un entrepôt où tu prépares des commandes de matériel informatique, et le soir. la nuit tu es gardien de nuit au siège social, place Vendôme, à Paris d’une autre société informatique concurrente. Tu dors très peu, à peine quelques heures, à l’heure du déjeuner dans une sorte de petite réserve sur des rouleaux de papier bulle, à peine une heure mais suffisante pour tenir ensuite jusqu’à 2 ou 3 heures le matin où dans le hall du luxueux siège social tu t’écroules sur un canapé, une heure encore parfois deux selon la bienveillance de tes collègues de travail. Il faut que tu fasses quelque chose de toi.cette phrase est toujours orientée vers un lieu un temps dans l’avenir mais tu ne parviens pas vraiment à t’y projeter. Aucune vision particulière qui te permettrait d’avoir un peu de cœur à l’ouvrage durant cette période de préparatifs de départ. Non, pas la moindre image, pas la moindre idée d’ailleurs tu n’en as jamais eu du tout, l’avenir est une chose si abstraite pour toi, comme les mathématiques, la grammaire, les déclinaisons latines ou allemandes, que tu as fini par faire l’impasse sur lui. Tu ne sais vivre qu’au jour le jour advienne que pourra et c’est justement pour cela que ton existence s’est brisée plusieurs fois déjà. Parce que tu vis au présent sans calcul, sans stratégie, sans projet et qu’il est pour autrui inadmissible de vivre ainsi. Surtout pour P. ta compagne durant dix ans avec qui tu viens de rompre. Et tu penses encore à cette nuit d’avant, à cette nuit dingue durant laquelle vous avez fait l’amour. Jamais elle ne s’était offerte comme cette nuit là et tu en avais été effrayé, ce fut comme une prémonition.Tu n’avais pas pu fermer l’oeil ensuite, jusqu’au matin où surprise enfin elle t’appris qu’elle partait vivre au Brésil, qu’il y avait un autre homme, que tout cela était plus rassurant ou excitant, tu ne sais plus vraiment les mots. tout cela lui correspondait plus ou mieux. Tu ne relates peut-être aussi que les mots qui t’arrangent des mots définitifs, de ceux qui imposent une décision. Et cette décision elle tourne en toi depuis des mois, c’est il faut en finir se fondant dans il faut que je fasse quelque chose de moi

Tu ne t’en sors pas avec la photographie. Tu ne sais pas très bien ce que tu veux mais tu sais ce que tu ne veux pas en revanche. Tu ne veux plus faire de photographies d’architecture, pas de photos de mariage, pas de book pour ces filles, ces types imbus d’eux mêmes qui veulent devenir mannequins ou acteurs, tu ne veux plus faire ce genre de photographies utilitaires ou dans l’intention que tu y détectes quand on s’en servira sera trouble pour toi. Plutôt que d’aller te vendre comme photographe tu préfères effectuer des boulots dans lesquels tu perds ton temps pour gagner des salaires minables. Mais où tu te sens en prise avec une réalité, celle de tout le monde en général, tous ces gens qui se lèvent le matin pour emmener les gamins à l’école, qui prennent des trains, des bus des métros, pour se rendre dans le même type de travail assommant, qui gagnent juste de quoi survivre. Toi tu préfères cette réalité là, elle te correspond mieux que n’importe quel projet de réussite que d’autres désirent que tu fomentes depuis des lustres, en vain.

L’agrandisseur est emballé avec un sac poubelle. Les bacs pour tirer les photos empilés à côtés. c’est tout ce qui reste sur le grand plan de travail qui prend une grande partie de la chambre. L’appartement est briqué de fond en comble. Pas un seul grain de poussière, pas une seule chiure de mouche sur les murs blancs, ni au plafond, tu as même préparé la cafetière pour demain matin, le café est dans le filtre l’eau dans le réservoir, tu n’auras plus qu’à appuyer sur le bouton, regarder une dernière fois les lieux en sirotant ton jus , puis tu rinceras la tasse, debrancheras la cafetière, tu couperas le compteur électrique, et tu refermeras la porte de l’appartement derrière toi. Ensuite ton sac sur l’épaule tu marcheras le long du canal une dernière fois, tu auras taillé assez large pour parvenir à la Villette juste un peu avant l’heure. Le temps de trouver le bus qui t’emportera vers l’ailleurs, vers l’incertain, sans doute mille fois préférable à toutes les sales certitudes que tu t’es déjà confectionnées en chemin.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.