demande

Iran 1986

frappe aux portes non, pas ton truc, pour qu’on t’ouvre et qu’on t’en mette une, non, passée l’époque masochiste ; tu n’es plus aussi jeune pour encaisser tout ça, tu es devenu méfiant, ça frappe encore à l’intérieur, pas mal fort d’ailleurs, mais ça te regarde, plus rien à l’extérieur, que dalle; une résistance rompue à toutes les formes de la question, de la torture; mais tout doucement, tu sais bien comment ça marche. demande la nuit, le jour, plusieurs fois, en boucle, une insistance, demande comme ça, pour rien, demande pour voir, pour apercevoir le signe qui te ferait signe, , un rire, un sourire; demande pour t’exercer à demander – et quand on te répond, si on te répond, admets- le rien d’important, mais tout de même quelque chose, ni précieux rien de grave, même si tu ne sais que faire des réponses, surtout quand tu ne sais qu’en faire. demande alors ce que tu peux faire des réponses ça répondra peut-être; ou pas; c’est toujours comme ca oui ou non, l’idée c’est de tout demander et ne de ne pas te plaindre trop te réjouir non plus ensuite du tout et rien de la réponse, demande par réflexe , comme un batch, une tache de fond permanente, et ensuite creuse ce rien, creuse ce tout; Il est tard, c’est bientôt la nuit, je t’en prie, demande.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.