putain l’amour

ça te passe dessus, ça te remplit et puis ça te vide; ça dit : faut-t’y faire mon vieux, je vais t’apprendre comme jamais, ça dit : c’est ça l’amour mon gars, hein que t’y croyais pas, putain l’amour, tu vois l’amour c’est comme un chien, l’amour c’est comme une chienne, ça te lèche, ça remue la queue, ça te mordille, te fait des compliments, des battements de mains, des applaudissements, des battements de cœur, des papillons blancs, des battements de cils , des regards doux, des regards noirs mais c’est rien que du flan , c’est inventé comme le pognon, c’est un flux, des statistiques, un algorithme, une infographie mise à jour, des prêts, des échéances, des échanges, au jour le jour; pour que tu crois que tout ça c’est vrai; en vrai rien que des mensonges, de ceux qui accouchent de grands immeubles, de zones industrielles, d’usines, de barres de béton à la périphérie des cités, avec bien sûr de pauvres petits squares, des réverbères bousillés, des papiers gras au sol , des capotes dans les fourrés, avec des vieux assis seuls sur des bancs publics, des patients trop patients qui crèvent seuls, des clebs déboussolés, errants. des junkies qu’ont des tronches de zombies, toujours en quête d’une indicible étoile, un trou du cul, une nouvelle dose, et des gosses, des enfants de salauds d’à peine dix-ans qui reluquent la grosse chatte poilue de Simone la salope sur Jacquie et Michel, putain l’amour; tu croyais quoi sinon, aux conneries de Walt Disney ? À la belle au bois dormant ? Au carrosse de Cendrillon ? t’en as ramassé combien dans ta vie merdique des pantoufles de vair ? et tu crois qu’ils y croient vraiment ceux qui te font toujours croire que l’amour est charmant ? Et même ta haine de l’amour, de ce putain d’amour, elle est prévue mon gars, c’est une réclame, une pancarte publicitaire que tu portes gratuitement sur la tronche. et tu vois petit con, et bien ça, c’est encore, et c’est toujours de l’amour; mais hurle nom de Dieu ! ça continue, on ne peut pas l’arrêter, ça continuera encore longtemps comme ça , sûrement très longtemps, éternellement, putain l’amour; putain l’amour. Et quoi, t’as plus un rond ? aller au taf, va te faire aimer, dégage.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.