Back to the trees !

Nous bouffons des milliards de bestioles que nous asservissons comme si l’expérience nazie nous avait boosté pour prendre un plus bel élan vers l’horreur, Nous dévorons tout ce que nous traitons de bêtes, n’accordant que peu de cas aux turpitudes d’un goret, aux méditations d’un bœuf, nous déchiquetons à belles dents la tendre chair des agneaux au printemps sans nous soucier d’autre chose ensuite que d’aller faire une bonne sieste après cette nouvelle goinfrerie dominicale.
Et nous osons encore parler de beauté, d’art, de poésie, d’amour ?

La pensée agissante.

Le point commun entre tous ces personnages merveilleux c’est qu’ils proposent d’améliorer considérablement ma vie en me faisant gagner une somme énorme à des jeux de hasard. Pour cela chacun y va de sa recette personnelle : j’ai le choix entre le rituel de la grenouille bleue ou du bison vert, l’anecdote de l’herboriste style Hildegarde de Bingen qui découvre un chat perdu qui prononce un message caché, et désormais le rituel de la pensée agissante

Le ciel et la terre

Les chinois s’émerveillant de la justesse de l’ordre céleste ont imaginé pouvoir le reproduire sur terre ce qui plaça le Confucianisme comme modèle éthique durant un bon moment . L’empereur fut placé tel un soleil en plein milieu du monde et sa majesté comme sa puissance reproduisait ou représentait alors l’ordre immuable des choses. Or […]