La confusion en peinture et dans le reste

Photos troubles Patrick blanchon

J’ai longtemps été confus dans tous les domaines de ma vie a croire parfois que je mettais un point d’honneur à ne pas être clair, si toutefois la clarté est le contraire véritable de la confusion.

Quelque chose en moi projetait comme la sèche, la pieuvre, le calamar,un nuage d’encre afin de me dissimuler certainement en cas de danger. Pour tromper l’adversaire, à l’extérieur ou à l’intérieur de moi. Et cet adversaire maintenant que j’y réfléchis pourrait être à la fois l’évidence comme la certitude et le sommeil que provoquent toujours chez moi ces deux mots.

Car « moi je » voulais aller plus loin, je voulais être le meilleur en quelque chose sans savoir vraiment bien quoi. Il le fallait cela m’était consubstantiel pensais-je. Du moins c’était là le mot d’ordre servant d’excuse à une certaine forme d’arrogance, de mépris envers le reste de l’humanité qui n’était pas sur la même fréquence: lanterne éteintes et lanterne allumées.

Dés les bancs de l’école je m’étais aperçu que seuls deux ou trois de mes camarades revêtaient une importance pour moi , seule forme de réalité tandis que la grande partie des autres, disparaissait dans un amas de contours incertains. Ceux que je ne choisissais pas de regarder n’avaient alors pas accès à l’existence.

Il y en allait ainsi de tout, du choix que j’opérais quand au degré d’importance que j’attribuais.

j’ai ainsi donné de l’importance à certains arbres particulièrement les cerisiers et j’ai un peu aimé les hêtres, les bouleaux, et les chênes. Éventuellement le sureau qui me donnait de quoi fumer. tout le reste de l’immense forêt m’est parfaitement inconnu. Et souvent je me suis juré qu’un jour j’achèterais un manuel pour combler mes lacunes, cependant ce serment n’a jamais été tenu.

Dans cette notion d’importance donnée aux choses, aux êtres, le moteur, la motivation qui me poussait était souvent la curiosité. alors que je n’étais en fait curieux que d’une seule chose : explorer une version de moi-même encore inédite et ce peu importe que ce fusse en amitié, en amour, la traversée du miroir m’était inconnue.

Pourtant je le savais, intellectuellement, je maîtrisais cette notion d’ego, de projection, de transfert, de rejet également, et voilà ce qui sans doute m’a retardé le plus longtemps. Cette impression, cette fabrication mentale s’appuyant à la fois sur l’instinct, l’analogie et le livre mais assez peu sur le corps, sur le ressenti ni sur le cœur.

D’ailleurs très longtemps j’ai pensé être dépourvu de cet organe. Ne me le disait on pas à longueur de temps, « tu n’as pas de cœur, mets y du cœur », je n’avais pas de cœur à avoir du cœur et voilà tout.

Moi c’était plutôt la tête en premier et assez rapidement les jambes que je prenais à mon cou quand on me crachait en pleine figure les vertus cardiaques

C’est que du fin fond de ma confusion je comprenais bien toutes les mailles, la toile entière parfois que tissait ce prétendu « cœur à l’ouvrage » et qui me paraissait m’empêtrer dans plus de confusion encore à chaque tentative de m’en échapper.

Il doit en être de tous les mots ainsi je le crains. Nous les utilisons comme des ombres s’emparant d’armes tranchantes, argentées et luisantes dans la nuit de notre ignorance. Nous croyons savoir ce que veut dire aimer, nous croyons savoir ce que veut dire haïr, nous nous formons des images mentales associées à ces mots et bornées par celles ci nous traçons des voies labyrinthiques que nous appelons alors , simplicité, évidence, clarté.

En peinture je n’ai jamais cessé de savoir ces bornes et j’ai souvent compris qu’il fallait commencer par la confusion comme dans la vie. Laisser aller sa pente naturelle à désordonner le monde ou la toile ce n’est pas quand même tout à fait semblable.

Les harmonies, les lumières équilibrées d’avec les ombres que je n’ai pu trouver en peinture, j’ai pu les recouvrir et reprendre par dessus de nouvelles toiles, cependant que les défaites, les guerres, les prétendues victoires obtenues au travers les ombres et les lumières de ma vie passée je les ai laissées disparaître à jamais dans la nuit de mon oubli.

« A jamais dans la nuit de mon oubli » vous voyez on y croirait !

Bien sur que non, rien n’est oublié vraiment elles me hantent souvent la nuit et même en pleine lumière désormais.

Le chakra du trou de balle

La mode s’est un peu affadie comme c’est l’usage pour celle ci mais il y a eut un temps où je me suis essayé à devenir positif.

Tout à commencé au boulot et bien sur comme il se doit : dans l’ennui.

Un de mes collègues, que j’avais connu sur un site parisien revenait sur Lyon et, le soir, nous finissions notre job aux alentours de 21h, nous nous mettions en quête d’un restaurant pour dîner et papoter avant de retourner chacun dans nos trous à rat respectifs.

P. n’était pas d’équerre mais faisait tout, au boulot, pour le paraître le mieux du monde. Il saquait, persiflait, chuchotait, relatait,trichait, mentait.. bref il s’était fabriqué une conduite impeccable dans ce cloaque professionnel dans lequel nous pataugions depuis potron-minet jusqu’à pas d’heure et souvent les week-end.

N’ayant encore rien compris à l’essentiel je me cantonnais à travailler en tentant d’améliorer certains process qui m’étaient aussitôt « empruntés », et avec lesquels mes « n+1, +2,etc » déclenchaient en leur faveur des « oh » et des « ah » admiratifs.

Je n’en avais pas grand chose à faire, l’anonymat ayant toujours été pour moi un refuge, si on ne m’avait pas dérangé de ma routine, sans doute, serais je encore là-bas. Mais la providence dans sa grande clémence en décida autrement.

Donc entre la poire et le fromage, P. me parla de ses lectures, dont les auteurs la plupart du temps m’étaient totalement inconnus. celles ci se situaient dans un lieu mental étonnant à mi chemin entre le New-age et le marketting , le développement personnel et la spiritualité.

Je me mis progressivement à ces lectures, curieux de nature, et aussi peu à peu à acheter des fleurs de Bach, des bâtonnets d’encens estampillés Sathya Sai Baba, et à refonder mon système de croyances sur de nouvelles bases. Et c’est aussi bien vite que je m’inscrivis à un stage de programmation neuro linguistique pour les prochaines vacances hivernales.

J’arrivais à Grenoble et rencontrai un petit groupe de personnes qui, pour la plupart comme moi, désireuses de changer leurs vies s’étaient payé à tempérament le montant conséquent de ce stage. Le postulat de devenir libre s’en trouvait légèrement effrité mais ce fait semblait passer inaperçu, y compris pour moi-même.

Ça sentait un peu des pieds. Dehors les chaussures , comme les ceintures qu’il valait mieux défaire, le mot d’ordre « d’être à l’aise » presque inscrit en rides grasses sur le front de notre animateur aurait du, au minimum m’inciter à me méfier mais trop tard, j’avais payé.

Nous passâmes 3 jours enchanteurs en tous cas. Ce qui est relativement facile lorsque tout le monde se fixe sur l’objectif de devenir meilleur. C’était à qui ferait le plus de compliments, le plus de bisous mentaux à ses compatriotes, et des vas-y que je te flatte, que je te caresse, que je te porte au pinacle j’en passe et des moins bonnes… évidemment le tout mué par l’espoir jamais déçu de réflexivité.

Et si, le cas échéant, ce retour sur investissement semblait un peu poussif, l’animateur prenait le relais et nous nous retrouvions dans le meilleur des mondes … oh Aldeus comment j’ai bien rigolé !

Le pire de tout c’est de se sentir différent du monde entier quand, muni de quelques croyances en la vertu des prédicats, on se met à ausculter les voix, à évaluer les regards, à croire qu’on a pigé le signal d’un croisement de jambes, à deviner de fait tout ce que l’autre ne dit pas.

De ce stage donc je sortais augmenté et aussitôt dans la foulée je m’inscrivis pour la suite, qui, encore plus onéreuse pour ma bourse modeste, se déroulerait cette fois en Belgique.

Je ne me souviens plus combien de stages en tout j’ai effectué dans ce milieu formidable des bisounours. Cependant je me souviens très bien comment je me suis sorti de cette illusion.

L’option « stage chamanisme » était à 50% si on prenait le package alors me frottant les mains j’en profitais.

Là, c’était le cran au dessus. Il devait y avoir une bonne cinquantaine de personnes. J »avais épluché le dépliant publicitaire et tout, pour une fois, était conforme à défaut d’être vrai !

Des locaux immenses, un restaurant, des chambres proprettes, le tout dans une abbaye magnifique avec un joli parc. Au moins cela ferait une semaine de vacances si le contenu n’était pas à la hauteur de mes espérances.

Porté par cette atmosphère magique, je repérai tout à coup une petite rouquine dans la quarantaine, et comme les exercices devaient s’effectuer souvent à deux elle devint peu à peu ma partenaire en chamaneries.

On allait main dans la main faire le tour des bâtiments en écoutant le vent nettoyer nos mauvaises ondes, et au besoin on aidait celui ci par des nettoyages énergétiques des hugh et des papouilles – dans ma paume à quelques cm de sa peau je pouvais sentir la chaleur, l’énergie, pas de doute ça dépotait grave.

Du coup c’est comme ça que nous fîmes le lien de l’Amérique vers l’Inde car il fut question de chakra..bon j’avais bien sur un peu lu là dessus, et je savais que le premier se situait aux alentour du trou du cul .. c’était le premier à s’éveiller, pour que la kundalini puisse monter …

Tout cela aurait pu finir en partouze gigantesque n’eut été le lieu, n’eut été les moines, n’eut été aussi le temps car ces quelques jours passèrent à une vitesse folle et je me retrouvais vite dans le TGV avec la petite rouquine sur le siège en face. Nous étions redevenus deux voyageurs dans un train qui les ramenait chez eux et rien de plus.

Sans doute évitions nous l’essentiel, rendus troubles et confus de par ce rapprochement intempestif. Bien sur nous n’allions quand même pas imaginer autre chose qu’une alliance spirituelle, on était nettoyé de tout pas question de déconner.

A la Part Dieu nous osâmes échanger nos coordonnées quand même et puis je m’engouffrais à nouveau dans le quotidien avec l’étonnante sensation de n’être à peine plus avancé que je ne l’étais avant de devenir « chaman ».

J’avais tout oublié comme d’habitude quand, à l’ heure du déjeuner quelques jours plus tard je recevais un SMS..

-« Ce soir au gros caillou ? »

C’était ma rouquine et je galopais comme un adolescent vers la croix rousse le soir venu. Nous dînâmes en éprouvant une excitation inextinguible à relever tous nos points communs. Et au moment de nous quitter elle s’accrocha à moi en me priant intensément de l’emporter vers mon 7ème étage sans ascenseur.

Je refusais tout de go prétextant le désordre inouï qui y régnait, me réfugiant derrière la honte d’être découvert brouillon et sale alors qu’en fait c’était une trouille bien plus profonde qui m’empêchait.

Nous eûmes une relation un peu houleuse durant quelques mois, deux mages féroces et potaches s’envoyant des sorts n’auraient pas fait mieux. Mais dans le fond des choses, ma rouquine, peut-être se sentait-t’elle vieillir et cherchait un compagnon en déployant comme les roses ses derniers artifices avant de se faner. Quant à moi je n’étais pas encore prêt à endosser la responsabilité d’une vie de couple à nouveau. On aurait pu faire durer le plaisir mais l’anticipation nous obsédait bien trop.

Une chose fut vraiment bonne et je dois remercier P. Finalement l’instigateur de ce parcours de vie, ou pion placé par le destin … je ne sais

Sans doute l’éveil du premier chakra dû à l’effort de vouloir changer de vie, restera-t’il durant longtemps, dans mon esprit, une notion bien confuse. Si je n’avais suivi scrupuleusement le parcours énigmatique chuchoté à voix basse mais o combien insistante par mon trou de balle accompagné de celle de mon nombril que serais je devenu ? je l’ignore totalement et finalement quelle importance ?

Ce qui n’était pas dit c’est que ce réveil allait m’emporter vers de nouvelles aventures, de multiples défaites, avant qu’enfin exténué par la bêtise toute bourse vide je lâche prise, abdique face à mes nombreuses résistances comme autant de fiefs illusoires pour que cette énergie enfin libérée continue de s’élever, et à atteindre le cœur.

Et c’est ainsi que je démissionnais de ce travail où j’étais depuis de trop longues années et m’agrippant à une nouvelle illusion je quittais tout à nouveau pour me rendre vers l’inconnu.

De mes peintures de cette époque j’ai tout jeté qui n’était que vulves,mamelles,matrices, fellations exagérées et sodomies intempestives. La projection si l’on veut du résultat de mes obsessions grandiloquentes de découvrir le mystère de la vie, de l’univers prenaient à cette époque naissance dans le trou de balle et je ne sais pourquoi je songe tout à coup au poème de Rimbaud « Le dormeur du val » :

« C’est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons. »

….

« Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit. »

Comment je peins

Juste avant le Yin et le Yang
Huile sur toile 120x90
Année de réalisation 2018
Juste avant le Yin et le Yang huile sur toile 100 x 80 cm

Je sors dans la cour pour sentir le temps qu’il fait tout d’abord. En général j’ai avec moi une tasse de café noir que je sirote doucement en écoutant les premiers oiseaux chanter. Ce chant qui vient du fond des temps, à la frontière de l’aube et de la nuit , m’apaise car je suis dans mes pensées bien avant l’aurore et celles-ci ne m’occupent que par jeu, divertissement, m’éloignent par désœuvrement de l’essentiel.

Une fois le seuil de l’atelier franchi, j’ai toujours un petit malaise, une petite épreuve à traverser entre l' »à quoi bon » et le « je ne sais pas quoi faire. »

Bien sur je fais des plans sur la comète, bien détaillés, fouillés, documentés, et en les relisant je fume ma cigarette matinale.

Puis j’envoie tout cela bouler et je m’installe devant ma toile vierge ou inachevée.

Je reste là sans rien faire un petit moment. J’essaie de comprendre et je ne comprend jamais. Mais je renouvelle la tentative pratiquement chaque matin. Sans cette tentative à quoi bon renoncer?

Puis, une fois rendu à l’évidence, désarmé par celle-ci, je prépare mes couleurs, en général seulement les 3 primaires avec un peu de blanc dans le centre de la palette.

Et puis je disparais, réapparaît, au fur et à mesure des effacements, des ajouts, des erreurs, des tons gris ou sales, des excès de gras, des manques de gras, des couleurs trop vives, des couleurs trop ternes.

Et tout cela ne tient qu’à moi, et moi je tiens à lui … à tout ce désordre dont j’ai besoin absolument pour trouver l’ordre.

Le Graal c’est un peu ça la quête… Et les pièges sont nombreux avant d’y arriver. D’ailleurs je ne cesse de tomber dans tous, sans doute parce qu’au fond je sais très bien de quoi il s’agit.

Il faut faire des centaines de tableaux pour le comprendre, pour en être définitivement certain. Et des que l’on croit comprendre, surtout ne pas s’y arrêter, ce n’est jamais cela vous comprenez.

Ce sont juste, chaque tableau un indice, une coquille vide, celle d’une défaite toujours renouvelée.

Il n’y a rien d’important là dedans, rien que l’on puisse voir sur un seul tableau, non ça je ne pense pas qu’on puisse le voir, j’ai beaucoup espéré la dedans.. mais c’est passé.

J’imagine que quelque chose se situe entre tous les tableaux, oui il y a cette histoire dont je vous parle un peu, l’intimité du peintre si l’on veut.

Ah j’oubliais de préciser ne tentez pas de faire comme moi, vous n’y parviendrez pas, je m’entraîne depuis trop longtemps et maintenant je me tais, il est l’heure d’y aller .

L’ecuyere

https://patrick-blanchon.artmajeur.com/fr/artwork/lecuyere/11092663?collectionId=1797718#images-1

Entre ses cuisses douces
et chaudes

lorsqu’elle chevauche,

L’axe des limbes,vers l’oubli, ourdit l’orage

et des espoirs

œuf coupé

Immobile et vibrant,robuste

Energiquement

s’élance

vers les sommets rêvés

par la plus noire des profondeurs

Se tient

satin inouï,

orange

Amere

l’amie, la mort,la vie.

Le revers

Il y aurait un endroit où le revers serait annoncé par un ensemble de fifres,de hautbois et de couverts dominicaux.

Le vin coulerait à flots dans des coupes adamantines, en l’honneur du Hérault,des pages et des gueux qui l’accompagnent.

Car le revers a tant de choses à dire qu’il se présente non glorieux mais un tantinet buté de prime abord.

C’est bien la l’unique raison de le fêter comme on cognerait sur une viande pour l’attendrir.

Ainsi, enivré par la louange et la douceur,se mettrait il à table.

Confiant de par l’attention que lui prêteraient les convives, il sortirait de sa poche le butin de sa quête. C’est bien connu que chaque revers se doit de nous montrer à son retour ce qu’il n’a pas atteint.

Tout le monde ouvrirait alors de grands yeux et évidemment le rien deviendrait pour chacun un quelque chose à sa mesure.

C’est là le génie de tout revers de nous apprendre le plan de table de l’Hôte qui nous convie à écrire ou lire ces quelques lignes.

Se détacher

Ubu roi d’Aldred Jarry

Je dois  avoir une vingtaine d’années et je me trouve d’une nullité absolue.Rien ne fonctionne dans ma vie. 

Sur le plan intellectuel, je suis désorganisé et ai  énormément de mal à établir des plans, à classer mes idées, à me fixer des objectifs et surtout à respecter la moindre stratégie que je me serais fixée pour y parvenir.

Sur le plan émotionnel ce n’est pas bien reluisant non plus, je suis colérique, impulsif, ou alors excessivement gentil et je ne sais dire ni oui ni non , chaque choix, chaque décision à prendre est un véritable calvaire. Je ne cesse d’osciller entre l’enthousiasme et la déprime. On appellerait cela aujourd’hui « bipolaire ». j’appellerais cela  plutôt de l’immaturité ou plus simplement encore la jeunesse.

Sur le plan physique je suis   moche, pas fini, et malgré tout le temps que je passe à me regarder dans  les miroirs, à me muscler, à courir  à marcher  rien n’y fait:

Le mot « falot » se rapproche le plus de ce que je ressens de mon aspect à ce moment

Résidus d’adolescence.

Evidemment je ne tiens pas  la longueur, aucune  endurance pour rien, volatile, instable comme du lait sur le feu je cours  tous les lièvres toutes les garces, toutes les chimères. Don Quichotte  et ses romans de preux.

 A bout de souffle, épuisé, ne sachant plus ou aller il me faut retourner à la maison. Chez mes parents.

Quel échec ! j’avais quitté le foyer familial à 16 ans plein de morgue et d’arrogance envers eux  et me voici bien honteux d’y revenir dans cette situation.

Il serait inconcevable que  je n’aille pas travailler, aussi je trouve un emploi rapidement pour  atténuer le frottement électrique que mon inaction ne manquerait pas de déclencher chez mon père.

Chaque jour, je me lève  avant l’aurore. De ma banlieue, je descends la rue qui mène à la station de RER et m’engouffre dans la cohue des transports en commun.

Bien sur retrouver l’ambiance du foyer familial a du bon. Je n’ai  plus à me soucier de payer de loyer,de  repas… juste de temps à autre chercher du pain et résister à l’ennui que je ressens de voir vivre mes parents. Mais cet ennui est tellement épais qu’il finit vite par prendre l’avantage sur les bénéfices que je pourrais regarder avec gratitude.

Il n’en est  rien. Rien à faire  il me faut  toujours des projets abracadabrants en tête pour résister à la soi-disant dureté de mon quotidien.Et c’est ainsi que je me met  un jour  en tête, avec « une telle souffrance » de devenir écrivain.

Je rentrais donc dans la première librairie sur le chemin de la gare et achetais un petit carnet clairefontaine relié de tissu ainsi qu’ un feutre à pointe fine , aussitôt dit aussitôt fait.

Les premiers mots que j’écrivis ne furent à mon avis que pour en finir avec la page blanche. Ces mots d’une banalité inouïe sont la date du jour, et sans doute l’heure car l’angoisse persiste. Une sensation de vide sidéral laisse  la page vierge sous ces mots et j’arrive devant les portes de la petite imprimerie dans laquelle on m’a offert ce job de grouillot.

Le boulot est  simple. Je prends une éponge pour dégommer de grandes plaques juste avant que les ouvriers ne lancent l’énorme rotative .Alors dans un bruit de cliquetis et de claquements  celle-ci  dégueule   par centaines, de magnifiques  affiches de cinéma. C’est à cet instant que  je bouge  de poste. Assis devant la roto  sur ma  caisse en bois comme le nom de mon poste l’indique, je « reçois » les affiches, avec leurs bords parfois aiguisés qui m’entaille les doigts. je dois veiller  à  l’empilement. Qu’aucune ne se froisse, ne se déchire, ne souille les autres.

Evidemment une telle aridité déclenche de nouveaux délires.

Ces larges macules  que je passe  dans l’encrier pour nettoyer celui ci , lorsque nous devons  changer de matrice, la roto les  régurgite alors  en  paysages fabuleux, en foule de personnages tarabiscotés.

Impossible de n’y voir seulement des taches sur un morceau de papier.

Comme en plus d’être imaginatif  j’ai peu confiance en moi je dois bien être  prétentieux, j’attire alors  l’attention des ouvriers sur mes trouvailles esthétiques .

Comme si moi seul ayant vu, il fallait qu’eux aussi le vissent ce qui me valu quelques lacis et quolibets.

Enfin je suis  le gamin, l’arpette le grouillot, le « receveur » ça les fait  bien  rigoler , ça met un peu de fraîcheur dans cette ambiance d’encre et d’huile. Ma naïveté dessine en creux leur maturité et c’est ainsi je crois, que nous devenons amis.

A l’heure du repas qui se tient dans une petite pièce exiguë, mon cœur se serre de les entendre parler de foot, de politique, et de leur vie familiale sur un ton plus feutré, avec énormément de pudeur. Alors c’est  l’évocation, la suggestion, l’ellipse, quant à l’avancée du  rhume du petit, du passage d’un examen de l’aîné, de la perte d’emploi d’une moitié.

Je crois que ce sera durant ces repas que je compris intuitivement la valeur de bien des  sujets de conversation entre les gens. Prétextes seulement à partager un moment, à rompre le  silence profond, assourdissant d’une vie ordinaire.

Environ une semaine plus tard après l’achat de mon premier carnet, j’ose à nouveau effectuer une tentative. L’ennui et la désespérance aidant je me mets  à noter soigneusement tous les faits, toutes les pensées,tous les bons mots entendus, tous les rêves, tous les projets qui me passent  par la tête durant ces journées.

C’est ainsi que je commence à écrire. Par paquet quotidien, par paragraphe hésitant, et au fur et à mesure que je noircis des pages et des pages et que je me relis cependant ,  un désespoir encore plus grand me tenaille.

Car au moment où  je vous parle je ne vois  là aucun talent, aucune lueur, rien qu’une banalité emmerdante qui malgré mes maigres efforts ne me renvoie qu’à celle que je vis.

Parmi mes trouvailles je tente de délirer, de laisser aller tout ce qui vient, c’est encore  pire  je ne suis pas dupe.

Alors une crise encore plus profonde arrive. Je me mets au laconisme. Eviter le surplus d’adjectifs, ne plus me mélanger me perdre dans la conjugaison des temps. Relater au présent.Vider tout événement de sa substance imaginaire devient pour moi une sorte de sacerdoce.

Je me retrouve alors devant une double aridité. Celle de ma vie et celle de mes pages. Et dans mon for intérieur une espèce de sentiment quasi mystique  se met à sourdre lentement. Je sens  confusément que je me détache de quelque chose sans bien savoir de quoi.

Et puis il y a la rencontre de Roger, le peintre en lettres.

Lorsque je repense à cette époque, sans le savoir j’assistais à une mutation de l’imprimerie. Jusqu’alors celle-ci utilisait les service d’un peintre en lettres pour la réalisation des affiches, le procédé Offset était dans l’esprit des patrons encore à l’état d’ une idée coûteuse et inquiétante car nul ne savait si la qualité de ce procédé en même temps que sa rentabilité permettrait à l’entreprise de conserver une clientèle importante celle des cinéma de quartier.

Je du prendre mon poste juste à ce moment, l’imprimerie faisait un premier test pour les cartes de visites, les publicités, dont la clientèle constituait alors un risque moindre.

Un jeune Laotien avait été embauché fraîchement sorti de l’école pour étrenner une machine neuve. On avait d’ailleurs pris grand soin de ne pas placer cette nouvelle acquisition dans l’atelier, mais dans une sorte de sas entre le magasin et celui ci ce qui par conséquence créa  une sensation malaise entre le nouvel opérateur et les ouvriers.Une sorte de degré hiérarchique inédit qui accentua  encore plus l’angoisse générale.

De l’autre coté de l’atelier se tient  un bureau vitré, et c’est là qu’on a relégué Roger. Il approche de la retraite mais a encore bon pied bon œil surtout. Un grand bonhomme aux cheveux blancs encore  fournis, au teint rose à l’œil bleu, On l’appelle l’Albatros.

Toujours impeccable, cravaté sous sa blouse  blanche je le vois encore  sortir par la porte de l’atelier qui donne sur la rue pour fumer. C’est comme cela que nous nous sommes rapprochés, par petites phrases, par bref regards tout en fumant nos clopes.

Roger ne mange avec nous, les ouvriers,que  rarement, soit à l’occasion d’un anniversaire, la veille d’une période de congés, enfin quand on a un truc spécial à fêter.

La plupart du temps il préfère se rendre à la gare de l’Est proche et s’asseoir dans une brasserie.Aussi je suis moins familier avec lui .

Bien sur il a repéré  les rires de mes camarades d’effort. Mais il reste muet  durant nos poses, attendant que je craque et le branche sur un  sujet. Il a déjà compris  que je ne pourrai pas  me retenir. Que je suis curieux de tout et je ne vais pas tarder à l’interroger sur lui  son métier. 

Lorsque je l’aperçois derrière les vitres crasseuses qui me fait signe se relevant de longs moments  courbé sur sa tache  alors je comprends qu’il faut que j’aille  chercher la nouvelle plaque à rouler. je n’ose guère lui adresser la parole. Sa concentration comme son mutisme contrastent trop avec la petite lueur amusée qu’il a dans l’œil.Et que bien sur je prends  d’emblée pour une sorte de mépris amusé envers  ma jeunesse.

En fin de compte j’ai tort . Bien au contraire.Il repère un truc que je suis à des années lumières de comprendre  . A tous points de vue je ne sais absolument pas ce que peut être  un artiste .Par contre je suis attiré par l’image que je me fais de lui Roger et des artisans.

A partir du moment ou nous entamâmes notre première conversation véritable il me parla d’initiation. Je ne sais si c’est lui, Roger, ou la vie qui possède du génie mais le fait est qu’une synchronicité étonnante surgit à ce moment où je me sentais tellement désespéré.

Il m’orienta vers les cathédrales, l’art roman, la franc maçonnerie, et surtout vers la liberté. Et surtout la plus belle de toutes celle de penser.

Enfin nous primes l’habitude d’aller boire un pot ensemble après le travail dans un petit café d’où nous pouvions apercevoir les voyageurs s’engouffrer dans la gare. Il m’accordait du temps tout en s’en accordant aussi car sa récréation était d’admirer les femmes de couleur, particulièrement les martiniquaises et les antillaises aux formes plus que généreuses. Il en était baba mais jamais n’en parlait vulgairement et je compris qu’au delà de l’idée de la femme, confusément pour moi mais surement plus clairement pour lui  , se tenait autre chose. A la vision de ces matrones éblouissantes, comme à une source il se régénérait, s’animait, la journée de labeur derrière lui, il pouvait alors continuer son trajet plus guilleret, plus paisiblement aussi  revenir  à son foyer.

Par ricochet cette rencontre valida encore plus l’intérêt que je portais  aux femmes et dont je me sentais bien encombré. je veux dire encore plus intensément – j’allais dire moins naïvement mais bien sur que si  c’était même enfantin et ce encore plus que jamais.

Je n’avais rien compris du tout des femmes . Et bien sur je ne restais axé que sur l’aspect, sensuel, animal, bestial de la proposition. Pour sortir de la maman, rien ne vaut les putes passage obligé..

Le cul concomitance de  l’écriture, c’est fastidieux, exténuant, comme une paire de seins qu’on n’atteint jamais même en les tordant dans tous les sens.Je  passe sous les fourches caudines  du lucre et de la fornication, avec tout l’attirail du chasseur, gibecière, tableau de chasse et fusil mitrailleur , un bien mauvais quart d’heure.

Mes écrits de l’époque ne sont plus alors  qu’ odes à la touffe, aux humeurs de tout poil, je m’enfonce dans l’humide, le baveux, le mucus en patinant  avec ténacité, énergie et résignation. tout en même temps que je dévore Henri Miller, Raymond Carver, Anais Nin,et surtout comble d’ironie Jarry et son père Ubu .. et encore  tant d’autres comme si,  par l’entremise de ces lectures pouvait s’effectuer une sorte de validation de mes actes désordonnés.

Cependant ces auteurs furent mes salvateurs, sans eux jamais je n’aurais compris le phénomène de dissolution nécessaire par lequel on parvient enfin à faire le point, ce fameux point cher aux alchimistes. dissoudre et coaguler .. je ne savais pas encore à quel point il fallait encore dissoudre et surtout qu’avant de le faire il fallait une matière, un métal, une vie presque entière..

Avec du recul si j’ose dire, je n’éprouve plus  de gène, plus de pudeur mal adressée  mais plutôt une tendresse, ou mieux encore de l’amitié pour ce jeune couillon que je fus.

En filigrane: le génie de l’existence, son parfum musqué me monte aux narines à nouveau et je pourrais  être tout proche d’une érection neuve   si je ne me souvenai soudain du titre que j’ai placé tout en haut de ce pavé.

 Et pourtant. S’il y a un pas de plus à effectuer dans le détachement, c’est bien celui de s’en détacher. Et peut-être que c’est juste à ce moment là que l’on peut attaquer la coagulation, l’écriture vraiment ou la peinture, qu’importe.

Étrangement j’ai abandonné l’écriture un jour pour me plonger dans la peinture. Je ne me souviens plus du premier coup de pinceau donné mais j’imagine que j’ai du refaire une partie du chemin de la même façon, c’est à dire désordonnée, anarchique, brouillonne, sans vraiment me poser les bonnes questions. Et après tout quelles seraient elles ces vraies questions finalement ?

j’avoue que je n’en sais encore rien du tout, il y a même une résistance importante à refuser de me la poser cette question  comme si l’ayant posée j’en sentirais immédiatement la réponse qui annihilerait tous mes efforts , toutes mes démarches.Ce sentiment persistant d’à quoi bon de nullité… Comme l’effondrement brutale d’un beau château de sable. Et peut-être parce que j’ai creusé si loin dans la solitude, que je ne me suis en fait occupé que de moi-même et ce, même au travers des autres toujours, qu’il m’aura toujours été difficile d’imaginer que d’autres aient effectué un chemin semblable.


Et pourtant nous faisons tous le chemin, il ne peut y en avoir d’autre, que ce soit dans cette vie ou une autre pour arriver à cette question enfin et peu importe les réponses que chacun trouve pour fuir celle ci .

Voilà un fragment parmi des fragments de ce kaléidoscope. Déformé, reformé, re déformé, comme mes tableaux avec toujours cette difficulté majeure d’osciller entre une idée du beau et une idée du juste. En fait la littérature pour le peu que j’en connais, m’a souvent fait comprendre que l’on ne pouvait dire aucune vérité tout de go.. ça n’intéresse personne la vérité en fait. Ce que les gens veulent c’est seulement la sentir, comme une bourgeoise sentirait le pénis d’un petit voyou contre ses fesses. Le petit frisson du soir ou du matin  dans ce que j’appelle encore les transports en commun. Par contre pas question de se retrouver à poil dans le wagon..non, faut juste s’excuser, esquisser un sourire confus et se reculer à bonne distance. Alors peut-être que la dame y croira, mais de rien jeune homme.. .. allez donc savoir.

 

Le chant des sirènes

Errances, Parrick Blanchon Acrylique sur toile  format 30x40 cm
Errances Patrick Blanchon 2006

On peut s’étonner d’une confusion dans la représentation de ces créatures. Chez les grecs anciens les sirènes sont représentées avec une tête , parfois aussi un buste de femme et  des ailes d’oiseaux. Représentation  fort éloignée de l’image populaire distillée de nos jours par  les studio Disney d’une créature mi femme mi poisson et plutôt  » cool ».

On peut aussi penser à la Sirène de Heinrich Heine, Lorelei, ou à la petite sirène de Copenhague.

 Possible que les sirènes soient une version négative des Néréides,   filles du dieu Nérée  Dieu des mers antérieur à Poséidon et de sa sœur Doris. Est-ce la notion d’inceste qui les transforme selon des époques plus moralistes en créatures suspectes et hostiles ?

En Anglais on peut noter qu’il existe deux mots distincts ( siren pour la sirène antique et mermaid pour une version plus moderne remontant au moyen-age).

Hier encore à  la cour du très ancien  dieu de la mer ,elles chantent et dansent et en cela  revêtent le rôle des  Muses  fort éloigné de celui des créatures hostiles dont nous parle Homère.

Les sirènes possèdent des instruments de musique, elles sont parfois 2, 3 ou 4 selon les versions des textes dans lesquels  on retrouve leurs traces.

Nul n’est vraiment sur non plus de l’emplacement de ce fameux rivage sur lequel elles résident. Leur chant étant censé outre  capter et  ravir l’attention et la vigilance des marins, calmer les vents.Il se pourrait en examinant des traces anciennes de cultes qui leur avait été dédiés qu’on les retrouve entre Sorrente et Capri, ou bien encore quelque part du coté du détroit de Messine.

On notera aussi qu’il existe aussi d’autres créatures dans la mythologie grecque ayant un lien de parenté avec les sirènes: Les Harpies. En grec ce terme évoque l’idée de capter et de ravir, non dans une idée de séduction mais pour attirer vers une fin inéluctable. Les harpies, au nombre de 3 se nomment Obscure, Vole-vite, et Bourrasque. Elles vivent sur la côte du Péloponèse dans les iles Strophade, en Grèce. Ce sont de vieilles femmes à l’allure peu sympathique et leur présence se manifeste par une puanteur insoutenable.

Leur commanditaire est Héra la jalouse, épouse de Zeus, ce qui vaudra aux Harpies d’être aussi nommées les « chiennes de Zeus » ce qui est étonnant car Zeus n’avait pas grand chose à voir avec elles … Elles dépendaient d’Héra qui les envoyait régler ses comptes lorsqu’elle était victime d’injures.

En harcelant les âmes de façon incessante par leurs méchancetés le mot harpie fut utilisé pour désigner les femmes acariâtres 

Elles symbolisent aussi une obsession de la méchanceté, du vice qui harcèlent les êtres qui ne savent contrôler leurs passions.

On se souviendra d’Ulysse qui, suite à l’avertissement de la magicienne Circé, demande à son équipage de l’attacher au mat de son navire lorsqu’il croise à quelques encablures des rivages blanchis de nombreux ossements  où vivent les fameuses sirènes.

Le bon sens populaire qui aime utiliser des raccourcis percutants en a tiré l’idée d’une offre alléchante mais qui peut se retourner contre celui qui l’accepte.

Cette idée de dangerosité de la femme rappelle une image en creux , celle de la femme généreuse, la muse. 

Les sirènes seraient-elles  le double inquiétant des muses et quel lien de parentalité pourrait on deviner entre ces deux extrêmes? 

Si l’on s’appuie sur la langue des oiseaux le mot sirène compte 6 reines et révèle la présence d’une absence pour citer l’écrivain Maurice Blanchot dans son texte « le regard d’Orphée », cette absence qui serait à l’origine du langage et qu’on ne verrait jamais comme désormais on détecte les trous noirs par les phénomènes périphériques qu’ils déclenchent. C’est lorsque l’écrivain, le peintre se dirige vers le chant imparfait des sirènes qu’Eurydice apparaît et disparaît à jamais. En Art, un texte, une peinture, une sculpture n’est pas la relation de l’événement de cette rencontre, c’est l’événement lui-même.

Dans le Médée de Sénèque on peut aussi lire : 

Et quand les terribles créatures charmèrent de leur voix harmonieuse la mer d’Ausonie, le Thrace Orphée chanta sur la lyre de Piérie et peu s’en fallut qu’il ne força la Sirène qui retient d’ordinaire les vaisseaux par son chant à suivre celui-là. »

Sénèque, Médée, 335-360.

Ulysse n’était pas un artiste mais un guerrier. Par la ruse et la volonté il désirait percer le secret des sirènes mais ce fut en vain car elles se jetèrent du haut des falaises pour sombrer à jamais dans la mer. Il ne nous reste que le texte homérique comme vestige de l’aventure de l’homme qui exacerbant sa raison à l’ultime participe à la naissance d’un monde dans lequel  Eurydice et les sirènes ne chantent plus. 

La psychanalyse voudrait réduire ce passage d’Homère à la naissance de l’identité de la personnalité d’Ulysse, on se souviendra qu’il se nomme « Personne » dans un récit précédent lorsqu’il se présente à Polyphème le Cyclope… Pourquoi pas ? mais est-ce suffisant ? n’est-ce pas un peu trop raisonnable encore ? voir malin voir rusé voir masculin et indicateur d’une perversion ( la version du père en l’occurrence Freud).

Ce n’est pas parce que personne ne les écoute qu’elles ne chantent plus, c’est seulement parce justement l’incohérence qui constitue leur sève manque de silence pour que nous puissions distinguer les notes de leurs mélopées. Les sirènes sont toujours là inaudibles à nos oreilles de consommateurs dans notre hâte d’assouvir nos pulsions et désirs le plus rapidement possible sans beaucoup de préliminaires.

Il manque toute une approche sensuelle autant que spirituelle proche du tantrisme pour renouer avec ce féminin qu’elles représentent dans ce qu’il peut révéler d’obscur et de lumineux tant chez la femme que chez l’homme.

Il faudrait un nouvel écrivain, un artiste qui montrerait le chemin sans mat ni lien, sans raison ni ruse pour nous extirper du rêve de la consommation vers la certitude d’être et ce faisant proposer à l’humanité une nouvelle Odyssée.

L’entre deux

            Ce n’est pas ici et  ce n’est pas tout à fait là bas non plus, c’est une sensation étrange de se retrouver nulle part et pourtant la conscience reste active et s’interroge sur son pourquoi.

Une conscience qui dans la fréquence de l’ici et du là ne remarque que les fausses notes et la disharmonie. Qui ne participe plus à la mélodie, terrassée éreinté, soupir prolongé, silence au milieu de la  cacophonie.

C’est un mauvais gris mal exprimé par les couleurs vives environnantes, flamboyantes qui  lui dament le pion, le maltraite et l’écrabouille lui refusant toute autre utilité  et encore que celle de la dissonance.

Le voici entre le rouge et le jaune le noir et le blanc l’orange et l’indigo bâillonné et oppressé à l’heure de pointe des symphonies grandiloquentes.

Un gris coloré pourtant : le père est le grand bleu et  la mère orange

Que c’est t’il passé dans l’entre deux pour que leur rejeton leurs ressemble si peu ?

Le  grand bleu lui a laissé une trace sombre dans l’œil et le oh range ! de maman produit sur ses nerfs un phénomène étrange

Un jour tout est parti à val l’eau ou à vau l’eau comme on dit, vers la flamme orange d’un grand feu grégeois. Impossible à éteindre : ni  eau ni feu ou mi eau mi feu ..

Dans les épousailles des deux un nouveau type de flamme est né.. 

c’est un incendie de cendres grises un « entre deux » qui attend un maillet, une pioche, un couteau,  et du recul

pour l’ouvrir jusqu’à la béance  lumineuse de l’âme or.

Devenir précieux

Je ne ferai pas de pub pour ce magnat de la finance et tairai donc son nom. En appuyant sur une mauvaise touche de mon smartphone alors que je recherchais un certain type de contenu sur YouTube une voix nasillarde genre super décontractée à l’américaine  inonde  la cabine de mon Kangoo et me dit : « Tout ceux qui travaillent pour un salaire sont des loser… »

J’allais reprendre les choses en main, et changer de vidéo mais les virages que j’abordais me rendait l’opération périlleuse et je ne sais quoi en moi capté par ce discours m’en empêcha.

La voix reprenait  « tout ceux qui sont riches ne travaillent pas  pour un salaire  » puis cela partait dans l’explication de diagrammes impossibles à regarder évidemment.

Et enfin le thème de la préciosité fut abordé.

L’Amérique est une échelle qui commence à 4 dollars de l’heure et si vous  voulez monter comment pouvez vous vous y prendre ?

Apparemment il devait s’agir d’une conférence car j’entendais des voix proposer des réponses comme travailler plus, être plus malin que les autres etc…

Et le conférencier illustra son discours  avec l’exemple d’un employé d’une célèbre chaîne de hamburgers :

-« ok tu travailles chez X tu gagnes 4 dollars de l’heure, tu souris tu te retrouves à 5 et si tu portes la casquette tu vas vite arriver à 6… »

Il suffit juste d’avoir le bon état d’esprit ajoute-t’il …

Et soudain, l’émission commença à m’intéresser vraiment.

Le conférencier visiblement très riche et reconnu comme une pointure par son audience continue…

Quand vous commencer vous êtes à 4 dollars vous comprenez , pas 5 non 4 c’est tout à fait suffisant ! et ensuite vous avez le choix : soit vous restez à 4, bon aller 5 dollars toute votre vie, soit vous monter à l’échelle …

Et quelle  vie vraiment merdique de choisir de rester à 5 dollars !

Mais si vous changez votre point de vue, votre état d’esprit vous pouvez aussi vous dire : pourquoi est ce que je gagnerais pas 10 dollars de l’heure ?

Et comment faites vous ?

réponses du public: on demande une augmentation au patron, on travaille deux fois plus etc 

Vous n’y êtes pas du tout !

Pour gagner 10 dollars de l’heure il faut que vous soyez deux fois plus précieux que vous ne l’êtes !

Je vous le dis on ne travaille pas pour de l’argent on travaille pour de la valeur ajoutée ce qui n’est pas la même chose.

Puis le conférencier raconte qu’il est en semi retraite et qu’il envisage d’aller passer quelques jours sur une plage idyllique quand il reçoit un coup de fil et qu’un entrepreneur lui propose un projet à 60 millions de dollars pour sa poche.

Il revient à la charge en expliquant un peu plus son parcours et revient au fait que lui , il a su se rendre tellement précieux dans son domaine de compétence que ça ne pose aucun soucis à ce genre d’entreprise de le solliciter pour de telles sommes qui pour moi appartiennent au domaine du surnaturel.

Du coup j’ai allumé une clope et j’ai ouvert un peu la fenêtre pour aérer.

Il faisait froid et le voyant de ma jauge d’essence était passé à l’orange.

J’ai songé à ma vie de peintre alors que je revenais d’une exposition bien loin de chez moi . Je n’avais vu personne de la journée sauf la fille sympa de l’accueil.

Et là je me suis dit : bien sur il faut que je devienne plus précieux. 

Du coup la question du comment se posa …je savais que ce n’était pas en demandant une augmentation, ce n’était pas en travaillant plus non plus car je passe pratiquement 15 heures par jour à bosser et je ne gagne pas grand chose en rapport de tout ce boulot.

Mais cette phrase m’avait marqué profondément : comment m’y prendre pour devenir plus précieux … 

Perdu dans ces pensées j’ai bien failli déraper dans un virage.

Il faut se méfier des mots qu’on utilise et qui nous attirent comme des lucioles dans l’obscurité.

Les oiseaux du lac de Stymphale

Eurysthée, roi de l’Argolide demande à Hercule de détruire les oiseaux du lac de Stymphale qui sont décris comme étant cruels et se nourrissant de chair humaine.

En fait de lac il s’agirait plutôt d’un marais à proximité de celui ci qui rend la progression d’Hercule quasiment impossible. Il tente bien de décocher quelques flèches mais cela provoque la fuite des volatiles et Hercule dépité implore alors Minerve pour l’aider. La déesse compatissante fait alors jaillir deux cymbales (probablement en cuivre) qui s’entrechoquent et provoque un tel coup de tonnerre sonore qu’il fait s’élever des fourrés tous les oiseaux. Hercule n’a plus qu’à décocher ses flèches mortelles pour débarrasser le lac et son marais du fléau .

Bien évidemment il s’agit d’un récit à plusieurs couches de compréhension les travaux d’Hercule étant  l’illustration d’une initiation alchimique.

Il s’agit dans ce cas d’une épuration que l’on ne peut effectuer sans la présence de Minerve qui représente à la fois la guerre mais aussi la sagesse l’intelligence et l’industrie  qui trouve l’étrange astuce de faire apparaître   ces cymbales. Or ces cymbales sont constituées de cuivre qui est aussi le métal symbolisant Vénus. Autrement dit pour chasser nos idées noires l’intelligence et la sagesse proposent que celles ci soient effrayées  par le bruit que produit l’amour. 

Vincent mon ami si tu avais pris connaissance de cette histoire et imploré Minerve en temps voulu peut-être n’aurais tu pas été aussi célèbre que tu l’es désormais presque comme Hercule.

Et en même temps le plomb que tu as choisi pour mettre fin aux idées noires s’est bel et bien transformé en or malgré toi.

Tous ces corbeaux qui jaillissent du blé dont ils ont fait leur territoire comme un marais, celui des oiseaux du lac de Stymphale.