Attention intention

« petit poème du fond des ages » Patrick Blanchon

La chambre d’hôtel meublée de façon spartiate, un lit, une table, une chaise, une armoire. Une fenêtre donne sur la rue. Le bruit envahit la pièce de façon continue. Difficulté à trouver ses repères. L’ailleurs dans l’ailleurs.

Déflagration lente qui réduit l’identité en poudre. Colère, déprime, acceptation, résignation,et finalement le redéploiement des ruses.

Accueillir le bruit comme une symphonie inconnue, acceuillir l’inconnu comme un familier inexploré.

L’intention c’est vivre et non survivre.

Porter l’attention sur chaque partie pour reconstituer un tout.

Cette table ne veut rien dire

Ce lit ne veut rien dire

Cette fenetre ne veut rien dire

Ce bruit ne veut rien dire

Toutes ces pensées, chacune d’entre elles ne veulent rien dire.

Répétition de l’attention pour maintenir l’intention

Tout cela ne veut rien dire

Et enfin un matin tout se met en place, tout s’emboîte et l’on referme la porte derrière soi pour continuer simplement son chemin.