De la confusion à la profusion.

Autour s’étendaient les vergers peuplés de cerisiers, de pruniers, de pommiers qui chaque année à la saison propice fournissaient au villageois de beaux fruits sucrés qui les réjouissaient. Et quand ceux ci passaient à coté de l’arbre inconnu ils ne le regardaient même plus.