Enfermé dans la tête.

Ce confinement que nous traversons tous et ce de manière mondiale désormais est une métaphore prodigieuse.Si ce petit virus de rien du tout provient effectivement d'une chauve-souris qui, la plupart du temps est aveugle et se déplace au radar, si l'on veut bien aussi se souvenir de l'allégorie de la caverne de Platon, on peut toujours trouver des liens entre toutes ces choses.Nous sommes essentiellement constitués de cette nécessité d'établir des liens entre les choses, notre intelligence s'est construite au cours des milliers d'années de cette façons, nous n'y pouvons pas grand chose, disons que c'est le destin, la fatalité ou ce que tu voudras finalement car cela n'a pas vraiment d'importance.