L’ecuyere

https://patrick-blanchon.artmajeur.com/fr/artwork/lecuyere/11092663?collectionId=1797718#images-1

Entre ses cuisses douces
et chaudes

lorsqu’elle chevauche,

L’axe des limbes,vers l’oubli, ourdit l’orage

et des espoirs

œuf coupé

Immobile et vibrant,robuste

Energiquement

s’élance

vers les sommets rêvés

par la plus noire des profondeurs

Se tient

satin inouï,

orange

Amere

l’amie, la mort,la vie.

Le chant des sirènes

Errances, Parrick Blanchon Acrylique sur toile  format 30x40 cm
Errances Patrick Blanchon 2006

On peut s’étonner d’une confusion dans la représentation de ces créatures. Chez les grecs anciens les sirènes sont représentées avec une tête , parfois aussi un buste de femme et  des ailes d’oiseaux. Représentation  fort éloignée de l’image populaire distillée de nos jours par  les studio Disney d’une créature mi femme mi poisson et plutôt  » cool ».

On peut aussi penser à la Sirène de Heinrich Heine, Lorelei, ou à la petite sirène de Copenhague.

 Possible que les sirènes soient une version négative des Néréides,   filles du dieu Nérée  Dieu des mers antérieur à Poséidon et de sa sœur Doris. Est-ce la notion d’inceste qui les transforme selon des époques plus moralistes en créatures suspectes et hostiles ?

En Anglais on peut noter qu’il existe deux mots distincts ( siren pour la sirène antique et mermaid pour une version plus moderne remontant au moyen-age).

Hier encore à  la cour du très ancien  dieu de la mer ,elles chantent et dansent et en cela  revêtent le rôle des  Muses  fort éloigné de celui des créatures hostiles dont nous parle Homère.

Les sirènes possèdent des instruments de musique, elles sont parfois 2, 3 ou 4 selon les versions des textes dans lesquels  on retrouve leurs traces.

Nul n’est vraiment sur non plus de l’emplacement de ce fameux rivage sur lequel elles résident. Leur chant étant censé outre  capter et  ravir l’attention et la vigilance des marins, calmer les vents.Il se pourrait en examinant des traces anciennes de cultes qui leur avait été dédiés qu’on les retrouve entre Sorrente et Capri, ou bien encore quelque part du coté du détroit de Messine.

On notera aussi qu’il existe aussi d’autres créatures dans la mythologie grecque ayant un lien de parenté avec les sirènes: Les Harpies. En grec ce terme évoque l’idée de capter et de ravir, non dans une idée de séduction mais pour attirer vers une fin inéluctable. Les harpies, au nombre de 3 se nomment Obscure, Vole-vite, et Bourrasque. Elles vivent sur la côte du Péloponèse dans les iles Strophade, en Grèce. Ce sont de vieilles femmes à l’allure peu sympathique et leur présence se manifeste par une puanteur insoutenable.

Leur commanditaire est Héra la jalouse, épouse de Zeus, ce qui vaudra aux Harpies d’être aussi nommées les « chiennes de Zeus » ce qui est étonnant car Zeus n’avait pas grand chose à voir avec elles … Elles dépendaient d’Héra qui les envoyait régler ses comptes lorsqu’elle était victime d’injures.

En harcelant les âmes de façon incessante par leurs méchancetés le mot harpie fut utilisé pour désigner les femmes acariâtres 

Elles symbolisent aussi une obsession de la méchanceté, du vice qui harcèlent les êtres qui ne savent contrôler leurs passions.

On se souviendra d’Ulysse qui, suite à l’avertissement de la magicienne Circé, demande à son équipage de l’attacher au mat de son navire lorsqu’il croise à quelques encablures des rivages blanchis de nombreux ossements  où vivent les fameuses sirènes.

Le bon sens populaire qui aime utiliser des raccourcis percutants en a tiré l’idée d’une offre alléchante mais qui peut se retourner contre celui qui l’accepte.

Cette idée de dangerosité de la femme rappelle une image en creux , celle de la femme généreuse, la muse. 

Les sirènes seraient-elles  le double inquiétant des muses et quel lien de parentalité pourrait on deviner entre ces deux extrêmes? 

Si l’on s’appuie sur la langue des oiseaux le mot sirène compte 6 reines et révèle la présence d’une absence pour citer l’écrivain Maurice Blanchot dans son texte « le regard d’Orphée », cette absence qui serait à l’origine du langage et qu’on ne verrait jamais comme désormais on détecte les trous noirs par les phénomènes périphériques qu’ils déclenchent. C’est lorsque l’écrivain, le peintre se dirige vers le chant imparfait des sirènes qu’Eurydice apparaît et disparaît à jamais. En Art, un texte, une peinture, une sculpture n’est pas la relation de l’événement de cette rencontre, c’est l’événement lui-même.

Dans le Médée de Sénèque on peut aussi lire : 

Et quand les terribles créatures charmèrent de leur voix harmonieuse la mer d’Ausonie, le Thrace Orphée chanta sur la lyre de Piérie et peu s’en fallut qu’il ne força la Sirène qui retient d’ordinaire les vaisseaux par son chant à suivre celui-là. »

Sénèque, Médée, 335-360.

Ulysse n’était pas un artiste mais un guerrier. Par la ruse et la volonté il désirait percer le secret des sirènes mais ce fut en vain car elles se jetèrent du haut des falaises pour sombrer à jamais dans la mer. Il ne nous reste que le texte homérique comme vestige de l’aventure de l’homme qui exacerbant sa raison à l’ultime participe à la naissance d’un monde dans lequel  Eurydice et les sirènes ne chantent plus. 

La psychanalyse voudrait réduire ce passage d’Homère à la naissance de l’identité de la personnalité d’Ulysse, on se souviendra qu’il se nomme « Personne » dans un récit précédent lorsqu’il se présente à Polyphème le Cyclope… Pourquoi pas ? mais est-ce suffisant ? n’est-ce pas un peu trop raisonnable encore ? voir malin voir rusé voir masculin et indicateur d’une perversion ( la version du père en l’occurrence Freud).

Ce n’est pas parce que personne ne les écoute qu’elles ne chantent plus, c’est seulement parce justement l’incohérence qui constitue leur sève manque de silence pour que nous puissions distinguer les notes de leurs mélopées. Les sirènes sont toujours là inaudibles à nos oreilles de consommateurs dans notre hâte d’assouvir nos pulsions et désirs le plus rapidement possible sans beaucoup de préliminaires.

Il manque toute une approche sensuelle autant que spirituelle proche du tantrisme pour renouer avec ce féminin qu’elles représentent dans ce qu’il peut révéler d’obscur et de lumineux tant chez la femme que chez l’homme.

Il faudrait un nouvel écrivain, un artiste qui montrerait le chemin sans mat ni lien, sans raison ni ruse pour nous extirper du rêve de la consommation vers la certitude d’être et ce faisant proposer à l’humanité une nouvelle Odyssée.

Devenir précieux

Je ne ferai pas de pub pour ce magnat de la finance et tairai donc son nom. En appuyant sur une mauvaise touche de mon smartphone alors que je recherchais un certain type de contenu sur YouTube une voix nasillarde genre super décontractée à l’américaine  inonde  la cabine de mon Kangoo et me dit : « Tout ceux qui travaillent pour un salaire sont des loser… »

J’allais reprendre les choses en main, et changer de vidéo mais les virages que j’abordais me rendait l’opération périlleuse et je ne sais quoi en moi capté par ce discours m’en empêcha.

La voix reprenait  « tout ceux qui sont riches ne travaillent pas  pour un salaire  » puis cela partait dans l’explication de diagrammes impossibles à regarder évidemment.

Et enfin le thème de la préciosité fut abordé.

L’Amérique est une échelle qui commence à 4 dollars de l’heure et si vous  voulez monter comment pouvez vous vous y prendre ?

Apparemment il devait s’agir d’une conférence car j’entendais des voix proposer des réponses comme travailler plus, être plus malin que les autres etc…

Et le conférencier illustra son discours  avec l’exemple d’un employé d’une célèbre chaîne de hamburgers :

-« ok tu travailles chez X tu gagnes 4 dollars de l’heure, tu souris tu te retrouves à 5 et si tu portes la casquette tu vas vite arriver à 6… »

Il suffit juste d’avoir le bon état d’esprit ajoute-t’il …

Et soudain, l’émission commença à m’intéresser vraiment.

Le conférencier visiblement très riche et reconnu comme une pointure par son audience continue…

Quand vous commencer vous êtes à 4 dollars vous comprenez , pas 5 non 4 c’est tout à fait suffisant ! et ensuite vous avez le choix : soit vous restez à 4, bon aller 5 dollars toute votre vie, soit vous monter à l’échelle …

Et quelle  vie vraiment merdique de choisir de rester à 5 dollars !

Mais si vous changez votre point de vue, votre état d’esprit vous pouvez aussi vous dire : pourquoi est ce que je gagnerais pas 10 dollars de l’heure ?

Et comment faites vous ?

réponses du public: on demande une augmentation au patron, on travaille deux fois plus etc 

Vous n’y êtes pas du tout !

Pour gagner 10 dollars de l’heure il faut que vous soyez deux fois plus précieux que vous ne l’êtes !

Je vous le dis on ne travaille pas pour de l’argent on travaille pour de la valeur ajoutée ce qui n’est pas la même chose.

Puis le conférencier raconte qu’il est en semi retraite et qu’il envisage d’aller passer quelques jours sur une plage idyllique quand il reçoit un coup de fil et qu’un entrepreneur lui propose un projet à 60 millions de dollars pour sa poche.

Il revient à la charge en expliquant un peu plus son parcours et revient au fait que lui , il a su se rendre tellement précieux dans son domaine de compétence que ça ne pose aucun soucis à ce genre d’entreprise de le solliciter pour de telles sommes qui pour moi appartiennent au domaine du surnaturel.

Du coup j’ai allumé une clope et j’ai ouvert un peu la fenêtre pour aérer.

Il faisait froid et le voyant de ma jauge d’essence était passé à l’orange.

J’ai songé à ma vie de peintre alors que je revenais d’une exposition bien loin de chez moi . Je n’avais vu personne de la journée sauf la fille sympa de l’accueil.

Et là je me suis dit : bien sur il faut que je devienne plus précieux. 

Du coup la question du comment se posa …je savais que ce n’était pas en demandant une augmentation, ce n’était pas en travaillant plus non plus car je passe pratiquement 15 heures par jour à bosser et je ne gagne pas grand chose en rapport de tout ce boulot.

Mais cette phrase m’avait marqué profondément : comment m’y prendre pour devenir plus précieux … 

Perdu dans ces pensées j’ai bien failli déraper dans un virage.

Il faut se méfier des mots qu’on utilise et qui nous attirent comme des lucioles dans l’obscurité.