La tactique du renard

Une fois par les fenêtres de mon appartement de Lausanne, je vis passer un renard qui inspectait méticuleusement les poubelles. C’était une petite zone résidentielle tranquille et il prenait bien son temps sans précipitation, sans doute connaissait il bien les lieux.

Cela me rappelle une histoire que l’on m’a racontée je ne sais plus où sur les renards pris au piège et qui sont capables de s’arracher la patte plutôt que de rester emprisonnés et donc attrapés.

Cette petite histoire a du avoir un impact très important dans ma vie car à la façon des renards, bien souvent je me suis coupé non pas une patte mais tout un pan de vie, tout un cercle de personnes, tout un tas d’habitudes géographiques, familiales, amoureuses, professionnelles à chaque fois que je sentais ma liberté trop menacée.

J’imaginais toujours le courage qu’il fallait alors au renard pour s’extraire du piège en y laissant un membre et cela me consolait un peu d’avoir laissé tant de choses derrière moi. J’ai toujours mes deux jambes et j’arrive encore à marcher avec souplesse et détermination.

On identifie bien souvent le renard avec la ruse mais pour moi c’est bien plus avec le courage, la liberté et le renoncement que j’associe à cet animal.

Je me demande toujours ce qui me serait arrivé si j’avais été influencé par l’histoire des pigeons voyageurs dont l’intérêt pour les propriétaires de ceux-ci est qu’ils retournent toujours à leur point de départ.