Le « faire avec » et le « c’est comme ça. »

Il est assez peu probable que sans entrainement quotidien, l'optimiste comme le pessimiste, ne puissent se caler de façon durable sur l'un de ces deux points de vue d'appréhender l'existence. Il arrive alors un mouvement pendulaire, parfois ténu, qui nous ferait osciller sans s'en apercevoir de l'un à l'autre entre le "faire avec" et le" c'est comme ça"

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :