Le goût du travail bien fait

Manufacture d’art Putain d’usine à Vanosc 07

C’est en me rendant à la Manufacture d’Art dans les montagnes ardéchoises que je me pose la question : qu’est ce que l’exigence pour toi ?

Il y a environ 3/4 d’heure de trajet depuis mon bled jusqu’à là bas, et pour pouvoir réfléchir tranquillement je décide de couper la radio et de me concentrer à la fois sur la route bien sur et sur cette histoire d’exigence,comme toujours il me faut la réponse dans la journée.

En fait il n’y a pas à regarder bien loin pour comprendre le peu d’exigence que j’ai dans la vie. Il fait déjà dans les 25° et les vitres du Kangoo ne se baissent plus suite à un soucis électrique. Sur le tableau de bord j’ai aussi deux petits voyants de rien du tout toujours allumés, l’un indique un problème d’injection l’autre un risque de déploiement intempestif d’air bag.

Je conduis une bagnole pourrie et je me fiche bien de son état général pourvu qu’elle me conduise à bon port.

Enfin j’arrive donc à la » Manu » je gare ma poubelle et je trouve Cécile et Christian qui m’accueillent bras ouverts.

Tu veux boire un petit café ?

Oui bien sur et nous allons nous asseoir à la cuisine .. j’adore cette cuisine qui me projette à des années lumières en arrière chez mon amie Lara dans la maison qu’elle squattait au fond de l’impasse du Labrador dans le 15 eme arrondissement parisien.

Bref ! l’odeur du four à bois, du café, la sympathie des amis et toujours cette question qui me taraude depuis le réveil .. comment fonctionne l’exigence ? pourquoi l’être ? comment s’y prendre ?

Une fois le café bu nous allons accrocher les tableaux que leur ai apportés pour la prochaine exposition.

Ce sont de nouvelles toiles qui viennent d’être réalisées durant l’été, à l’huile et donc je ne les ai pas encore vernies. Et dans mon empressement je n’ai pas installé non plus de système d’accrochage.

Pas de problème dit Christian

Il se munit de son mètre, de ficelle, et de sa perceuse et mesure, perce et visse.. en quelques instants et sans se presser voilà les systèmes d’accrochages installées.

Quand je vois qu’il mesure la hauteur ou il va percer je ne peux pas m’empecher de dire

ah tu mesures meme ça ? moi en général je fais ça au pif…

Il sourit et dit « j’aime quand le travail est bien fait »

Du coup voilà je vais enfin pouvoir parler de l’exigence à quelqu’un …

Une fois les tableaux accrochés il m’emmène vers la salle d’eau qui servira aussi de toilettes aux normes pour handicapés qu’il est en train de construire. Cécile est avec nous et dit « il a vu une merdouille au plafond et ben il a tout recommencé »

Nul doute pour moi que Christian représente un peu l’exigence incarnée… quand je mesure le boulot qu’il a réalisé en une dizaine d’années dans l’usine désaffectée qu’ils occupent désormais..c’est limpide.

C’est quoi le moteur je demande ?

Il hausse les épaules « je n’aime pas le travail salopé »

Tu as commencé à travailler de bon heure ?

oh oui mon premier patron c’était mon père et des coups de pied au cul j’en ai reçu..

Ainsi je devrais posséder des trésors d’exigence me suis je mis à penser n’ayant pas été en reste de coups de pied au cul moi même.. et pourtant non ce n’était pas cela

Quand Christian a fait allusion à son père puis à ses patrons, j’ai pu voir dans son regard de l’admiration pour eux, sans doute de l’affection aussi et pourquoi pas de l’amour tout bonnement. Ce ne sont pas tant les coups de pieds au cul qui conduisent à l’exigence que la reconnaissance de pourquoi ils sont donnés et il me semble même que c’est par gratitude peu à peu qu’on acquiert une exigence véritable.