L’homme sorcier des temps premiers et la femme papillon

Dans l’écrit me voici juché à l’intersection des univers, au centre du grand cercle et mon ubiquité c’est l’intuition. Cette étincelle, cette flamme je ne puis m’en déclarer proprio, elle ne vient pas de « moi », elle me traverse « seulement » et ce de plus en plus souvent et depuis maintenant longtemps. Si comme on le dit « l’intuition est féminine » je pourrais la peindre en femme oui. Une de ces « femmes-papillon » chères à mon ami Thierry Lambert.