En panne de spontanéité.

c’était un sorte de rituel que j’entretenais avec les divinités gardiennes des pigments et des enduits et autre accessoires propres à ma pratique plastique. Mais aucun ange, aucun démon, n’est jamais venu tenir mon pinceau à ma place, enfin j’espère que je m’en serais aperçu le cas échéant, vue que j’ai toujours la tête dans la lune.