Ridicule

Prototype d’un hélicul gouache sur papier

Il ne tue plus. Mais parfois lorsqu’on le repère il tord les boyaux, sans rire.

Je n’arrive pas à peindre donc j’emmerde le monde dixit ma moitié

C’est ridicule n’est-ce pas…mais un peu moins que certaines vidéos que je regarde.

Des vidéos sur la fin du monde, des glapissements de trouille qui se propagent de l’un à l’autre sans aucun autre fondement que ce que produit en boucle l’imagination lorsqu’elle n’est pas réfrénée.

Chacune et chacun y allant bon train avec toutes sortes de tons, du melliflu au caverneux et sur des basses et des aiguës dont on s’inquiéterait des conséquences sur la tessiture, le timbre, les cordes vocales ,avec un brin d’empathie si seulement…

Si seulement le ridicule de tout ça ne dévastait pas le moindre élan cardiaque.

L’altruisme est dans les choux.

Cet altruisme là auquel on a cru par défaut.

Un autre est en train de pousser dans l’utérus de la modernité, un altruisme plus pondéré, patient, méprisant l’effusion sous toutes ses formes.

Vous êtes ridicules oyez oyez mais ce n’est pas forcément une fatalité.

Tout cela pourrait s’arranger… cure de zinc, magnésium, et un zest de bon sens , vous voyez… le monde est toujours là, les premiers crocus sont déjà dans un rêve à venir … ils vont bientôt percer la bêtise de la neige et du blanc

Et alors fini les bonhommes de neige leurs tarins de carotte et leurs regards de pierre.

Et alors , elle tourne, elle tournera encore

Et si vous la voulez plate pourquoi pas, la belle affaire …

Le ridicule de demain se moquera de celui d’hier

On nommera cela le progrès ou je ne sais quoi

N’oubliez pas vos pilules, avalez buvez

Et tentez donc d’être sage ouvrez en grand les yeux

voyez le ridicule d’aujourd’hui c’est l’évidence de demain.

Trop de choix tue le choix

Démarrage d’une série sur le ciel à l’association proche ou je donne des cours.

Je lis ce texte sur les 4 entrées de la souffrance : l’amour, la haine, le choix, le rejet.

En une seule phrase 4 mots pour s’égarer facilement…

Car on voudrait suivre tous les mots d’ordre en même temps …

Hilarant non ?

Ou bien on reste tétanisé face à ces mots c’est selon..

Peu importe l’effet produit, ce qui compte c’est de parvenir à saisir l’absurdité

Celle du trop de choix du trop de possibilités

Il faudrait séparer tout ça faire au plus simple

Commencer par le début

Par exemple « aimer est douloureux » puis laisser reposer

Faire silence.

Une seule chose à la fois.

Si on y parvient vraiment pour un mot cela ira de soi pour les autres

Car ils sont effectivement liés sans conteste… mais ce ne sont pas des remèdes sur le rayon d’une pharmacie.

Un bon coup de pied au cul vaut mieux que 10 avé Maria.

Détail Vierge au Rocher Léonard de Vinci

Quelle époque!

Chacun y va de sa petite péroraison sur tout et rien.

Ils parlent de tout un tas de choses dans le vent. L’éveil, l’univers, la synchronicité, et se réfèrent à des sages, des maîtres, des guru…

—Guru guru guru ! le dindon peut le faire en beaucoup mieux

Et en plus pour lui c’est une vocalise naturelle.

Mais toi regarde toi…. Qu’as tu vraiment dans la tête ?

Tu es là avec toute ta collection de grigris et de chapelets, toutes ces valises pour partir en quête de la grâce … quelle stupidité !

Et les pater noster et les avé Maria

Toutes ces récitations sans cœur ni âme…

Je frappe sur ton front et ça sonne creux.

Je te décoche un bon coup de pied au cul

et là oh miracle !

Tu réagis enfin youpi !

Conclusion personnelle : un bon coup de pied au cul vaut mieux que 10 avé Maria.

Partisans

Eugène Boudin peinture

L’un est pour le jour

L’autre pour la nuit

Tout autour la conversation

Beaucoup de tergiversations

Pour ou contre

Le jour, la nuit …

L’un ou l’autre

Le oui des uns, le non des autres.

Et les jours et les nuits passent

Les partisans, les «pour » les « contre »

Y a t’il une fin où ils s’enlacent ?

Le net et le flou

Publié dans « Propos sur la peinture » (lien sur la page d’accueil du blog)

Peinture chamanique

Il se peut que des relations intimes s’établissent, poussées inconsciemment ou pas au travers d’un contexte plus général que cette petite bulle dans laquelle je réside. Des relations intimes se tissent entre les notions de net et de flou dans la peinture et dans le dessin.

Une fatigue de la suggestion sera apparue progressivement cette année dans ma peinture et peu à peu cette fatigue se sera étendue à cette notion d’abstraction qui aura pendant longtemps mon « cheval de bataille ».

Cette fatigue est dûe probablement à un tiraillement très ancien logé au plus profond de ma personnalité et qui rejoint cette hésitation continue, ce manque de confiance maladif entre le net et le flou que j’aurais aimé parvenir à réunir ensemble, sans doute en vain.

La difficulté que j’entrevois aussitôt c’est d’avoir à choisir un camp. Et c’est exactement la même difficulté que j’éprouvais jadis lorsque je me posais la…

Voir l’article original 646 mots de plus

Maillages

Texte publié en 2019 dans  » Propos sur la peinture » dont vous trouverez le lien sur la page d’accueil du blog

Peinture chamanique

En ce moment deux pistes principales de réflexion cheminent en parallèle dans la cervelle. A gober les mouches il arrive qu’un colibri vienne titiller la langue en déposant son nectar. Celui ci s’infiltre dans les veines, remonte jusqu’au cœur et finit par on ne sait quelle alchimie à rejoindre le ciboulot.

Les Védas et les magnifiques peintures des aborigènes d’Australie ont ceci en commun d’être des anti sèches, des aides mémoire.

Les premiers ont commencé à être écrits en sanskrit 1500 ans avant Jc, cette période correspondant à la naissance de l’ère de Kali Yuga, l’ère de la destruction des mondes, il s’agit vraiment d’un condensé ésotérique qui veut pérenniser une parole trés ancienne porteuse d’un savoir multi millénaire.

Ce savoir est organisé d’une telle façon que chaque caste y trouve son grain à moudre. Que ce soient les brahmanes, l’élite ou bien le mendiant, l’inutile, tout le monde peut…

Voir l’article original 228 mots de plus

La mine d’or

En russe rien se dit Nietshevo

Je ne comprends rien

Ia Nietzsche et veau ni panne ni maille you

Mais justement c’est là que je comprends le mieux

Et si c’était lui qui écrivait des articles chaque jour … Le solitaire. « Dans les écrits d’un solitaire, on perçoit toujours comme l’écho du désert,…

La mine d’or

Eurêka

Œuvre de Didaum ( Didier Aumignon)

Il fait beau. Il fait froid mais beau.

C’est con comme phrase.

Tellement con que soudain j’ai eu une illumination.

Eurêka !

Je suis désormais un génie !

Je fais mouche à tous mes coups désormais

Et je peux répéter l’opération

Sans les mains

Sans les pieds

Badaboum !

Même la chute tout à fait bien !

Merci mais à qui ?

Au Mignon sors de ce corps nom de Dieu !

250

Bon comme je passe le cap des 250 abonnés, je me suis dit qu’il fallait marquer le coup, dire un truc genre merci beaucoup , il parait que ça se fait.

J’ai échappé au merci pour le premier, pour le dixième, le cinquantième … faut pas pousser mémé dans les orties non plus

Donc Merci beaucoup !

Par contre à 500 je chanterai une chanson promis.

et peut-être même qu’à 1000 je danserai avec des claquettes…

faut suivre pour le voir

L’avenir, s’il y en a encore un, nous le dira.